mer Avr 17, 2024
mercredi, avril 17, 2024

La Fraction Trotskiste, le contraste entre Gaza et l’Ukraine

Dans un premier article polémique avec la Fraction trotskiste (TF), nous avons critiqué certains aspects significatifs de leur position sur la guerre génocidaire à Gaza[1]. Dans ce deuxième article, nous voulons souligner le contraste entre leur abstentionnisme flagrant face à la guerre en Ukraine et leur critique sévère des organisations françaises Lutte Ouvrière et NPA-C pour leur neutralisme vis-à-vis de Gaza.

Victor Alay

Dans le cas de la Palestine, Matias Maiello[2], n’hésite pas à écrire que :

« Contrairement aux pacifistes, les marxistes révolutionnaires distinguent les guerres justes et injustes. La guerre d’un peuple qui se soulève contre l’oppression coloniale entre clairement dans la catégorie des guerres justes. C’est pourquoi les révolutionnaires sont inconditionnellement du côté de la résistance et de la lutte du peuple palestinien contre l’État d’Israël, quelles que soient leurs directions.

Du point de vue du marxisme révolutionnaire, nous pouvons distinguer deux types d' »abstentionnisme » face à une guerre juste. Le premier est l’abstention face à la guerre elle-même, par ceux qui prétendent rester neutres et refusent de prendre clairement parti militairement pour le peuple opprimé. Cela équivaut à abandonner l’anti-impérialisme et donc la révolution socialiste. L’autre est l’abstentionnisme de ceux qui, dans le contexte de la guerre, refusent de lutter sur le terrain du programme, de la stratégie et des méthodes contre les directions bourgeoises ou petites-bourgeoises qui sont actuellement à la tête du camp des opprimés ».

Ce sont des paroles très solennelles, qui reflètent la méthode et la stratégie avec lesquelles nous, marxistes révolutionnaires, abordons les guerres entre les puissances impérialistes et les peuples opprimés. Ces raisonnements devraient également s’appliquer à la guerre en Ukraine. Mais pour le FT, il n’y a pas de « guerre juste » en Ukraine contre l’invasion russe, mais une « guerre réactionnaire » des deux côtés. Par conséquent, les révolutionnaires ne devraient pas se placer dans le camp militaire ukrainien contre l’agression impérialiste russe, mais s’abstenir: ni avec la Russie, ni avec l’Ukraine, mais « contre la guerre ».

Une « guerre réactionnaire »

Emilio Albamonte[3], la figure la plus éminente de la FT, nous dit :

« La définition que nous avons donnée de la guerre est la suivante : s’il s’agissait du problème de l’autodétermination nationale, nous serions avec l’Ukraine ; il y a un problème d’autodétermination nationale dans la mesure où une grande puissance envahit un pays semi-colonial. Mais l’Ukraine n’est pas n’importe quel pays dépendant ou n’importe quelle semi-colonie, mais, par vote, parce qu’ils ont fait un coup d’État, etc. etc. etc., elle s’est proposée d’être un appendice de l’Union européenne et, si possible, de l’OTAN. Puisqu’il en est ainsi et que cela correspond à la pensée du courant dominant en Ukraine, de la classe dirigeante ukrainienne, ainsi qu’aux souhaits d’une majorité d’Ukrainiens, il est très difficile de faire ce que disent certains groupes de gauche qui mettent l’accent sur la fourniture d’armes à l’Ukraine. À qui les donnerait-on ? À des organisations qui soutiennent Zelensky ? Le problème est que tout cela dépend de l’existence d’une force politique indépendante en Ukraine, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui ».

La première affirmation d’Albamonte est qu’en effet « il y a un problème d’autodétermination nationale lorsqu’une énorme puissance envahit un pays semi-colonial ». Ce devrait être un point décisif pour qu’un marxiste révolutionnaire se place dans le camp militaire du pays opprimé. Cependant, ce critère ne fonctionne pas car l’Ukraine, pays semi-colonial envahi par la Russie, « n’est pas n’importe quel pays dépendant ou n’importe quelle semi-colonie » mais ses classes dominantes, ainsi que la majorité de la population, c’est-à-dire la classe ouvrière et les opprimés ukrainiens, « par vote, parce qu’ils ont fait un coup d’État, etc. etc. etc., elle s’est proposée d’être un appendice de l’Union européenne et, si possible, de l’OTAN ».

Cet amalgame que fait Albamonte entre les classes dirigeantes et la classe ouvrière ukrainienne, la majorité de la population[4], est une erreur très grossière pour un marxiste lorsqu’on se réfère à des classes sociales antagonistes.

Il est vrai que nous pouvons nous trouver à un moment donné face à l’agression militaire de la Russie, qui veut asservir l’Ukraine et la liquider en tant que nation indépendante, face à une majorité de la classe ouvrière ukrainienne, se sentant sans défense, peut prendre position en faveur de l’intégration dans l’UE et dans le parapluie de l’OTAN lui-même. Mais ce sentiment des travailleurs ukrainiens est complètement différent de la position du gouvernement Zelensky et du secteur des oligarques auquel il est associé, qui aspirent à devenir – sur la base de la surexploitation des travailleurs ukrainiens – des partenaires coloniaux des États-Unis et de l’Allemagne et des sujets loyaux de l’OTAN.

Dans le cas de la classe ouvrière ukrainienne, cependant, cette conscience fausse est en contradiction profonde avec ses intérêts de classe et s’explique en grande partie par l’absence de partis révolutionnaires enracinés, tant en Ukraine que dans l’UE. Mais la contradiction entre leurs intérêts de classe et leur conscience ne peut être résolue que par l’action ou, ce qui revient au même, par la défense militaire du pays contre l’invasion russe et le dévoilement progressif, dans ce processus, du gouvernement Zelensky.

Si Albamonte suivait la réalité vivante de la guerre et entretenait des relations avec les organisations ouvrières ukrainiennes indépendantes du gouvernement Zelensky, il pourrait vérifier l’évolution de la conscience de larges secteurs de travailleurs, dont beaucoup sont sur la ligne de front, qui s’opposent à Zelensky et aux mesures anti-ouvrières de son gouvernement, en qui ils ont perdu confiance, et qui expriment, en même temps, une méfiance profonde à l’égard de l’UE et de l’OTAN.

Ce n’est pas pour rien que les puissances impérialistes occidentales montrent dans la pratique, de manière de plus en plus claire (tant dans le domaine de l' »aide » économique – qui endette et engage le pays en vue d’une future semi-colonisation – que dans le domaine de l’aide militaire toujours limitée et tardive) que la vie des soldats et le sort du peuple ukrainien leur importent peu, pas plus que l’indépendance et l’intégrité territoriale du pays. Ce qui les intéresse, ce n’est pas la victoire de l’Ukraine, mais l’usure de la Russie, la colonisation ultérieure de ce qui reste de l’Ukraine après les annexions russes, l’utilisation de la guerre pour promouvoir le militarisme et le réarmement généralisé et, dans le cas des États-Unis, le fait de profiter du conflit pour consolider leur hégémonie sur les autres puissances occidentales et pour renforcer leur position vis-à-vis de la Chine.

Albamonte conclut son argumentation en affirmant qu’étant donné que l’ensemble de l’Ukraine (les oligarques, Zelensky et la classe ouvrière) est en faveur de l’UE et de l’OTAN, « il est très difficile de faire ce que disent certains groupes de gauche: à qui donneraient-ils des armes ? Aux organisations qui soutiennent Zelensky ? Le problème est que tout cela dépend de l’existence d’une force politique indépendante en Ukraine, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui ».

Nous entrons ici dans un classique des camarades de la FT, car, selon eux, s’il n’y a pas de « force politique indépendante », révolutionnaire ou strictement de classe, à la tête ou au moins jouant un rôle pertinent dans un mouvement populaire, on ne peut pas soutenir un tel mouvement ou se placer dans son camp militaire dans le cas d’un conflit armé. Ce n’est pas seulement le cas en Ukraine. Ce fut également le cas avec le puissant mouvement démocratique contre la dictature de Bachar el-Assad en Syrie, où la FT a maintenu une position abstentionniste et a refusé de soutenir le soulèvement populaire, tant lors des grandes mobilisations de masse contre le régime que pendant toute la période initiale de la guerre civile, avant que le mouvement populaire ne soit noyé dans les factions militaires financées et dirigées par les régimes réactionnaires de la région. Dans le cas de la Palestine, les camarades de la FT ont plutôt considéré la nécessité de se placer inconditionnellement dans le camp de la résistance contre l’Etat d’Israël « quelle que soit sa direction », bien que, comme nous l’avons vu dans le premier article de ce travail, leur soutien inconditionnel soit plein de réserves et d’incohérence.

Maiello répond à la propagande de Poutine

Pour en revenir à l’Ukraine, le raisonnement d’Albamonte étant trop « brutal « , d’autres dirigeants sont entrés dans les détails pour justifier la position de la FT. C’est le cas de MatíasMaiello. Dans l’article que nous citons[5], qui est une référence pour la FT, Maiello tente tout d’abord de justifier pourquoi ils refusent de définir la guerre d’indépendance nationale de l’Ukraine comme une « guerre juste ».

Il écrit, en citant Lénine et Clausewitz, que « pour analyser une guerre (et plus encore si l’on veut en déduire une politique indépendante), il est nécessaire de passer au crible toutes les politiques antérieures des différents acteurs qui sont maintenant poursuivies à travers la guerre ». Il nous dit donc que la politique que Poutine « poursuit » avec l’invasion est de recréer un statut de puissance militaire pour la Russie, basé sur l’oppression nationale des peuples voisins, sur le modèle du tsarisme et du stalinisme et dans la continuité des interventions militaires antérieures en Russie et dans la périphérie russe. L’OTAN, pour sa part, poursuit sa politique d’expansion en Europe de l’Est afin d’«encercler» la Russie. Jusqu’à présent, nous pourrions être plus ou moins d’accord avec Maiello.

Le problème survient lorsque Maiello se réfère à la partie ukrainienne, où il nous donne un compte-rendu des dernières années dans lequel il parle de l’Euromaïdan[6], de l’évolution politique ultérieure de l’Ukraine, dominée par « des forces réactionnaires et pro-occidentales d’extrême droite » et d’une « guerre civile de faible intensité marquée par l’existence d’une minorité russophone d’un tiers de la population, la montée des groupes d’extrême droite, et Zelensky, un gouvernement pro-impérialiste jusqu’au bout des ongles ».

Maiello, désormais lâché, poursuit :

« Est-ce qu’il s’agit d’être dans le « camp militaire du peuple ukrainien », mais alors de quel côté de ce « camp », déjà divisé par une guerre civile ? Demander des « armes pour le peuple », mais pour quelles milices : pour les milices séparatistes du Donbass, pour les milices d’extrême-droite comme le bataillon Azov ? Poutine a déjà fait le premier choix, l’OTAN le second, tous deux dans le cadre de la continuité de leurs politiques ».

Le problème avec le récit de Maiello est qu’il n’a pas grand-chose à voir avec la réalité mais beaucoup avec le discours de Poutine. Alors que le dictateur russe, grand ami de l’extrême droite internationale, utilise les méthodes de la Wehrmacht hitlérienne, sa propagande a tenté de justifier son agression par le « caractère nazi » du régime ukrainien, présidé soit dit en passant par un personnage juif et russophone. Pour le prouver, il exhibe des photos du bataillon Azov, une force paramilitaire composée principalement de militants d’organisations ukrainiennes d’extrême droite telles que PravySector et Svoboda.

Mais il est de notoriété publique que les gros mensonges, pour être crédibles, doivent contenir des éléments de vérité. Bien sûr, il y a des organisations d’extrême droite en Ukraine, y compris celles qui se réclament du nazisme et qui, souvent, ont ou ont eu des liens avec certaines sections de l’armée et certains oligarques. L’Ukraine n’est pas une exception en Europe et l’extrême droite y a également fait sentir sa présence.

Mais un dirigeant aussi informé que Maiello ne peut ignorer que l’influence sociale et le poids politique de l’extrême droite ukrainienne sont insignifiants, bien moindres que dans de nombreux pays européens ou américains. La Coalition nationale d’extrême droite qui s’est présentée aux élections générales de 2019 a obtenu 2,15 % des voix et n’a pas réussi à remporter un seul siège ; lors des dernières élections présidentielles, le candidat de Svoboda, Koshulynskyi, n’a obtenu que 1,6 %. Autrement, si nous devions appliquer la règle de trois, l’État espagnol, la France, l’Italie ou l’Allemagne, le Chili ou l’Argentine seraient des super-nazis. L’affirmation de Maiello selon laquelle le gouvernement Zelensky« s’appuie sur des groupes d’extrême droite » est, une fois de plus, le reflet de la propagande de Poutine. C’est une chose que ce soit un gouvernement purement pro-impérialiste associé à un secteur des oligarques, c’en est une autre que sa base de soutien soit l’extrême-droite.

L’identification par Maiello de la mobilisation militaire ukrainienne, qui était centrée sur les forces territoriales, composées principalement de travailleurs, avec le bataillon Azov est également typique de la propagande de Poutine et inconcevable pour un révolutionnaire trotskiste.

Maiello commet une autre grave erreur en identifiant russophone et pro-russe, car la grande majorité des Ukrainiens russophones sont opposés à l’invasion, au régime dictatorial de Poutine et au régime à leur image et qui leur ressemble, imposé par les armes dans les zones occupées du Donbass. Qualifier les milices pro-russes de Donetsk et de Lougansk de simples « milices séparatistes », c’est taire le fait qu’elles ont été organisées par l’armée russe, qui les contrôle et les dirige, et c’est aussi leur donner une légitimité, comme si elles étaient l’expression d’un mouvement populaire en faveur de l’annexion à la Russie. Il n’est pas étonnant que Maiello ne dise pas un mot sur la forte présence d’extrémistes de droite et de nazis déclarés dans ces milices, comme le tristement célèbre Bataillon Vostok.

Maiello défend par ailleurs le « droit à l’autodétermination de Donetsk, Luhansk et de la population russophone ». L’absurdité qui consiste à identifier la population russophone à une population pro-russe a déjà été discutée. Quant à l’autodétermination de Donetsk et de Louhansk, il s’agit d’un autre non-sens, un peu comme défendre le droit à l’autodétermination de l’Ulster, le territoire irlandais occupé par l’armée britannique et séparé du reste de l’Irlande.

Une « guerre subsidiaire » ?

Sans reprendre les termes crus de Maiello, les articles de Cinatti ou de Chingo, Alcoy et Reip[7], justifient l’abstentionnisme de la FT par le fait qu’il ne s’agit pas d’une « guerre juste », mais d’une « guerre subsidiaire » dans laquelle l’Ukraine agit comme un instrument de l’OTAN dans son affrontement avec la Russie. Ils inventent même un nouveau concept : « un type spécifique de guerre réactionnaire d’oppression nationale, caractérisé par un alignement de la majorité des puissances impérialistes derrière la nation opprimée » [8].

Bien sûr, il faut être aveugle pour nier l’intervention indirecte des États-Unis et de l’Union européenne dans la guerre, ainsi que le caractère profondément pro-impérialiste et anti-ouvrier du gouvernement Zelensky. Le problème est que cela n’élimine pas le fait que nous avons affaire à une guerre d’agression nationale menée par la deuxième puissance militaire du monde contre une nation beaucoup plus faible qu’elle veut soumettre par la violence, avec des méthodes d’une extrême cruauté. Une guerre dont l’objectif est le contrôle militaire, économique et politique d’un pays qui est un immense grenier à blé, qui occupe une position géographique fondamentale pour le flux énergétique et commercial et qui possède une taille et des ressources que le Kremlin considère comme essentielles pour son projet impérialiste de Grande Russie. Il s’agit d’une juste guerre de libération nationale contre une armée conquérante.

Il ne fait aucun doute que l’OTAN et l’UE d’une part, et la Russie d’autre part, veulent coloniser l’Ukraine. Mais il ne faut pas se tromper d’époque. Ce n’est pas l’OTAN qui envahit l’Ukraine, mais la Russie de Poutine, face à laquelle nous devons soutenir le peuple ukrainien.

Une politique marxiste révolutionnaire à l’égard de la guerre en Ukraine

Les révolutionnaires doivent donc se ranger inconditionnellement dans le camp militaire ukrainien et lutter pour la victoire militaire de la nation opprimée et envahie, sans que cela implique un quelconque soutien politique à Zelensky et à l’OTAN. Au contraire, nous devons dénoncer leurs plans et leurs manœuvres et travailler à l’organisation indépendante du prolétariat ukrainien contre Zelensky, l’OTAN, l’UE et le FMI.

Nous devons nous opposer à l’OTAN et la dénoncer avec force l’OTAN (et appeler à sa dissolution) et le réarmement impérialiste, nous opposer à tous les budgets militaires de Biden, Macron, Sanchez, etc. et dénoncer Zelensky comme l’homme de Biden et de l’UE en Ukraine. Mais cette confrontation politique avec Zelensky doit se faire en étant, à tout moment, « les meilleurs soldats contre Poutine ». Exactement comme nous ne pouvions dénoncer le gouvernement républicain de Madrid, qui démantelait les acquis révolutionnaires du début de la guerre civile espagnole de 1936-1939, qu’en étant « les meilleurs soldats contre Franco ».

Ni l’OTAN ni Zelensky ne peuvent être démasqués en dehors des tranchées ukrainiennes ou avec une position « ni, ni », dans le « no man’s land », au milieu des tirs croisés. Que dit la FT aux travailleurs ukrainiens, dont beaucoup sont sur la ligne de front?Qu’il ne faut pas être en faveur de l’un ou l’autre camp militaire parce qu’ils sont tous deux réactionnaires et qu’on ne pourra soutenir le côté ukrainien que lorsqu’il y aura un gouvernement anti-impérialiste et socialiste ?

La FT dénonce la guerre en Ukraine comme une guerre réactionnaire et plaide pour un mouvement de paix, comme si nous étions dans une guerre entre puissances impérialistes pour le partage du monde et non dans une juste guerre de libération nationale[9].

Mais la FT est allée très loin dans cette voie, car elle a mené bataille contre la livraison d’armes à l’Ukraine par les puissances impérialistes. Dans des endroits comme l’Espagne ou l’Allemagne, elle a fait campagne pour que « pas un seul char d’assaut ne soit livré à l’Ukraine »[10]. Le groupe allemand de la FT a même demandé aux syndicats d’appeler à une grève générale, non pas pour exiger davantage de soutien militaire à l’Ukraine, la nation attaquée, mais pour « la fin de la guerre et de toutes les actions hostiles, telles que les ventes d’armes et les sanctions ». Poutine a dû être ravi.

Bien sûr, c’est une chose d’envoyer des armes et une autre d’envoyer des troupes impérialistes sur le terrain, ce à quoi il faut s’opposer catégoriquement, car cela ne peut servir qu’à transformer l’Ukraine en une semi-colonie militaire et à la dépouiller de toute souveraineté. Mais il n’en va pas de même pour les armes et les munitions : comment, en pleine invasion, les Ukrainiens pourront-ils défendre leur souveraineté sans armes adéquates ? Il s’agit au contraire de dénoncer le fait que les armes livrées par les puissances de l’OTAN ne correspondent pas à ce que demandent les Ukrainiens, qu’elles sont insuffisantes pour permettre à l’Ukraine de se défendre pleinement et plus encore d’expulser et de vaincre Poutine, et qu’elles sont retardées de manière répétée et injustifiée. Il s’agit bien sûr d’un type d’aide militaire qui n’a rien à voir avec l’aide qu’Israël reçoit pour son génocide à Gaza.

Nous devons encourager et soutenir les actions de boycott de la Russie menées par les travailleurs à travers leurs organisations, à l’instar des « sanctions ouvrières » défendues par les trotskistes dans les années 1930 face à l’invasion italienne de l’Abyssinie (actuelle Éthiopie) et à la deuxième guerre sino-japonaise. C’est ce qui s’est passé à la raffinerie d’Ellesmere, dans le Cheshire, en Angleterre, où les travailleurs ont refusé de décharger du pétrole en provenance de Russie, imitant en cela les travailleurs du terminal gazier du Kent et ceux de ports des Pays-Bas.

En même temps, nous devons construire une solidarité matérielle directe avec les travailleurs qui résistent en Ukraine (et avec les réfugiés ukrainiens), comme les convois organisés par le Réseau syndical international de solidarité avec les mineurs et les métallurgistes du syndicat indépendant Kryvyi Rih (Krivoy Rog).

Sans oublier que l’élément le plus important pour la victoire est de faire progresser l’organisation indépendante de la classe ouvrière ukrainienne et la résistance, à la fois pour faire face à la machine de guerre russe et aux plans de pillage et d’ajustement que Zelensky a signés avec l’UE et le FMI.

Il faut également être conscient qu’en fin de compte, l’Ukraine, une grande nation européenne coincée entre l’impérialisme régional russe et les puissances impérialistes occidentales, toutes deux beaucoup plus fortes qu’elle et désireuses de la soumettre et de la contrôler, ne retrouvera et ne maintiendra durablement son intégrité et sa souveraineté nationales que dans le cadre d’une future union libre des peuples libres d’Europe ou, en d’autres termes, des États-Unis socialistes d’Europe construits sur les décombres de l’UE et de l’expansionnisme impérialiste russe.

L’exemple des trotskystes des années 1930

Définir une position correcte d’un point de vue marxiste révolutionnaire sur la guerre en Ukraine n’est certainement pas une tâche simple. C’est pourquoi il est important de s’inspirer de la méthode et de la stratégie avec lesquelles les trotskystes du passé ont géré la guerre civile espagnole, l’invasion italienne de l’Abyssinie et la deuxième guerre sino-japonaise.

Nous pensons que la politique de la FT aujourd’hui dans la guerre ukrainienne est très similaire à celle du Workers Party (WP) de Shachtman dans la deuxième guerre sino-japonaise, qui a commencé en 1937, lorsque le Japon a envahi la Chine. Au début de la guerre, le SWP de Cannon (la section américaine de la Quatrième Internationale) et le WP de Shachtman (une scission du SWP) ont tous deux soutenu la Chine contre le Japon. Mais lorsqu’en 1941, après le bombardement de Pearl Harbor, les Etats-Unis entrèrent en guerre contre le Japon et commencèrent à envoyer de l’aide militaire à la Chine, Shachtman changea de politique et adopta une position de neutralité, « ni, ni », un peu comme celle de la FT en Ukraine.

Morrison[11], au nom du SWP, le réfute en disant :

« La proposition générale de Shachtman est que l’on ne peut pas soutenir la lutte d’une nation coloniale ou semi-coloniale contre une nation impérialiste engagée dans une guerre avec une autre nation impérialiste, tant que la nation coloniale est sous le contrôle de la classe capitaliste. Mais « l’essence de la politique coloniale du marxisme révolutionnaire est de soutenir la lutte des peuples coloniaux contre un oppresseur impérialiste, même si elle est menée par la bourgeoisie et sans faire d’exception pendant une période où une guerre impérialiste est en cours ».

Cette position est encore plus évidente aujourd’hui, alors qu’il n’y a pas de confrontation armée directe entre l’OTAN et les armées de Poutine. Morrison poursuit :

« Supposons que l’aide apportée à la Chine par les États-Unis soit beaucoup plus importante aujourd’hui qu’elle ne l’était avant Pearl Harbor. La quantité de matériel envoyé à la Chine par les États-Unis change-t-elle le caractère du conflit chinois ? (…) Même avant la déclaration officielle de guerre, les aviateurs américains se battaient pour la Chine. Supposons qu’ils soient maintenant beaucoup plus nombreux en Chine. C’est bien sûr un facteur plus important. Mais aucun marxiste réaliste ne soutiendrait que l’obtention d’une aide technique ou même militaire par l’intermédiaire d’officiers spécialement formés change le caractère du conflit chinois. Ce qui importe, c’est de savoir qui, en fin de compte, contrôle les forces armées et, partant, le conflit. Jusqu’à présent, aucune personne saine d’esprit ne peut affirmer que ce n’est pas le gouvernement chinois qui contrôle l’armée chinoise. Si la situation devait changer et qu’un nombre suffisant de troupes américaines étaient envoyées en Chine et prenaient le contrôle de la lutte contre le Japon, nous devrions alors changer d’attitude. Mais cela ne s’est pas produit ».

[1]https://litci.org/fr/la-fraction-trotskyste-et-sa-position-sur-la-guerre-a-gaza/

[2] «Los medios y los fines:apropósito de la posición de los revolucionarios sobre la estrategia de Hamas », publié le 6 novembre 2023

[3]« Emilio Albamonte en torno a la guerra de Ucrania y el método para el análisis de la situaciónmundial” publiéle 26/6/2022.

[4] Et il ne s’agit pas ici d’une population coloniale amenée de l’étranger dans un pays construit sur le vol de terres et le nettoyage ethnique du peuple d’origine, comme dans le cas d’Israël.

[5] « Debates sobre la guerra en Ucrania:políticaanti-imperialistaindependiente y ‘revolucióndemocrática’ » publié le 20 mars 2022.

[6] La révolte de 2013-2014 contre le président Ianoukovitch.

[7] « Ucrania: el desafío de unapolíticaanti-imperialistaindependiente », publié le 20 mars 2022.

[8] Notons que pour la FT, il n’y a pas d’autres impérialismes que les impérialismes occidentaux, au premier rang desquels les Etats-Unis. La Chine n’est pas pour le FT une puissance impérialiste émergente, en concurrence avec les Etats-Unis. Et, bien sûr, la Russie, malgré sa puissance militaire, est un pays dépendant et non une puissance impérialiste « régionale », associée à la Chine (comme l’était la Russie tsariste dans les deux premières décennies du 20e siècle, alors associée aux puissances de l’Entente).

[9] https://litci.org/es/no-cabe-una-posicion-neutral-ante-la-guerra-de-agresion-contra-ucrania/

[10] https://litci.org/es/sobre-las-consignas-no-a-la-guerra-y-ni-un-tanque-para-ucrania/

[11] “Why we support China” Part 1 and 2, The Militant July 18th and 25th 1942.

Ces articles peuvent vous intéresser

Découvrez d'autres balises

Artigos mais populares