ven Juin 21, 2024
vendredi, juin 21, 2024

Mobilisations étudiantes en défense de la Palestine

Le 3 mai 2024

Par Carlos Sapir

Dans toute l’Amérique du Nord, les étudiants ont affronté l’administration de leurs universités et la police afin de contester le soutien inconditionnel de ces institutions à l’État d’Israël et à sa guerre génocidaire contre le peuple palestinien. La portée de ces manifestations a été telle que les médias ont eu du mal à compter le nombre total de campus et d’étudiants impliqués, et même des sources sympathisantes comme Al Jazeera ont eu du mal à obtenir un décompte complet et précis au cours du week-end (à l’heure où nous écrivons ces lignes, la liste s’élève à 49 universités américaines et à 10 universités internationales en Europe et en Australie).

Dans ces universités, les étudiants ont tenté d’établir des campements et d’occuper des espaces en plein air (ou, dans certains cas, des bâtiments administratifs). Si certains de ces campements ont été autorisés à se maintenir pacifiquement, la plupart ont été immédiatement attaqués par les forces de police, qui ont souvent réussi à disperser le campement et à arrêter les participants, avant que les étudiants ne le rétablissent par la suite.

Des étudiants d’universités telles que Emory (en Géorgie), l’université du Texas à Austin et l’université d’État de l’Ohio ont été brutalement agressés par la police, qui a notamment utilisé des gaz lacrymogènes, et des manifestants menottés ont été visés par la police au moyen de pistolets à impulsion électrique. Des arrestations ont eu lieu sur plus de 30 campus à travers le pays, avec en point d’orgue l’arrestation de plus de 300 étudiants à New York dans la nuit du 30 avril. Parmi les personnes arrêtées à New York se trouvaient des étudiants qui occupaient un bâtiment à l’université de Columbia et des dizaines de manifestants au City College.

De nombreuses universités ont également menacé les étudiants de suspendre leur emploi s’ils continuaient à participer aux manifestations. La répression a été redoublée par les politiciens israéliens et américains, qui ont accusé les étudiants d’antisémitisme (malgré la présence significative et bruyante d’activistes juifs dans les campements eux-mêmes) et ont dénoncé les étudiants comme des nazis, tout en envoyant la police anti-émeute.

Pourquoi cela se produit-il aujourd’hui ? Les campements sont une tactique typique des activistes étudiants, et certains manifestants relient explicitement leurs efforts actuels à des actes historiques d’activisme dans leurs universités par rapport à l’apartheid sud-africain et à d’autres causes. Des campements ont même été utilisés pour protester contre l’invasion israélienne de Gaza, comme à l’université de Stanford (Californie) et au Smith College (Massachusetts), respectivement en novembre et en mars.

La vague actuelle de mobilisation doit être attribuée en partie à la combinaison d’une tentative de campement à l’université de Columbia qui a coïncidé avec la convocation par le Congrès américain de la présidente de Columbia, Minouche Shafik, pour lui reprocher d’avoir engagé des professeurs qui ont étudié et dénoncé avec diligence l’occupation israélienne de la Palestine, et d’avoir autorisé les étudiants à manifester. Shafik n’a pas du tout défendu son université, elle a cédé sur pratiquement tous les points à l’inquisition maccarthyste du Congrès, et a ordonné l’arrestation des étudiants qui manifestaient à Columbia en les menaçant de suspension, y compris de représailles à l’encontre des organisateurs étudiants-travailleurs affiliés au syndicat UAW 2710. Les étudiants de Columbia, rejoints par des membres de la communauté soutenant la cause palestinienne, ont réussi à défendre leur campement. La découverte de charniers à Gaza a ensuite été annoncée dans les médias et le mouvement universitaire propalestinien s’est mis en branle, s’empressant de suivre l’exemple de Columbia.

Il y a eu des campements de taille variable, les plus importants rassemblant une présence continue de quelques centaines d’étudiants, soutenus par de nombreux autres qui font le travail logistique de transport de nourriture et de fournitures pour maintenir leur présence, et s’élargissant à des milliers de personnes lors des rassemblements organisés pour les soutenir. Les petites tentatives menées par une poignée d’étudiants sont souvent rapidement dispersées par la police ; d’autres étudiants activistes isolés ont uni leurs forces pour participer à des campements dans des universités voisines.

Les campements ont exigé que les universités rejoignent la campagne internationale Boycott, Désinvestissement et Sanctions et rompent leurs liens avec les institutions israéliennes et les fabricants d’armes, dénonçant la complicité des universités et du gouvernement américain dans le génocide en cours à Gaza. Les campements sont soutenus et coordonnés par le groupe national Students for Justice in Palestine, et ont également reçu le soutien de syndicats de professeurs, de syndicats de doctorants et d’organisations de défense des libertés civiles, y compris la formation d’une coalition nationale de défense des libertés civiles basée sur les syndicats.

À l’heure où nous écrivons cet article, le 1er mai, la majorité des universités qui avaient auparavant négocié ou ignoré pacifiquement les manifestations ont décidé d’envoyer d’importants contingents de policiers lourdement armés pour disperser violemment les campements.

Avec l’approche rapide de la fin de l’année universitaire (entre fin avril et début juin), le mouvement est maintenant confronté à la tâche critique de trouver comment consolider les efforts avant que la population étudiante ne quitte le campus pour l’été. Alors que certains ont lancé des appels frénétiques à une « escalade » de la part du petit noyau d’organisateurs qui sont déjà prêts à sacrifier leur carrière ou même leur vie pour la libération de la Palestine, il semble peu probable que ces forces – des étudiants et des professeurs qui, dans le meilleur des cas, ont le soutien des syndicats étudiants – soient en mesure de prendre les mesures nécessaires, que les étudiants et les professeurs qui ont le soutien des syndicats d’étudiants-travailleurs, mais qui, bien plus souvent, n’ont pas d’organisation plus large que leur noyau immédiat d’activistes propalestiniens, soient capables d’exercer suffisamment d’influence par eux-mêmes pour provoquer un changement appréciable dans la politique universitaire (sans parler de la politique des États-Unis ou d’Israël).

Plutôt que de laisser cette étincelle de résistance s’éteindre, nous devons conserver nos forces et continuer à attirer de nouvelles personnes dans le mouvement de solidarité avec la Palestine. L’héroïsme spontané des campements d’étudiants incite des couches plus larges de la population à prendre des initiatives sur la Palestine. Les activistes doivent rechercher autant d’occasions que possible d’élargir et de renforcer la lutte sur le campus et au-delà. Cela signifie qu’il faut avoir des plans concrets pour poursuivre les activités de solidarité avec la Palestine tout au long de l’été : conférences, discussions, manifestations, et toutes les voies possibles pour attirer de nouvelles forces et venir en renfort des activistes existants.

La classe ouvrière de tous les Etats-Unis est agitée par ce qu’elle voit se passer en Palestine et sur les campus universitaires, même si tout le monde n’est pas prêt à rejoindre (et encore moins à construire) un campement. Alors que les étudiants de Yale et de UConn ont organisé des campements le week-end du 27, la Connecticut Palestine Solidarity Coalition a organisé une marche de milliers de personnes, l’une des plus importantes jamais vues dans cet État. Les gens sont à juste titre indignés par la répression des manifestations pacifiques, une liberté démocratique qu’ils pensaient avoir et qu’ils voient aujourd’hui confisquée par des policiers lourdement armés. Il est possible de lier le mouvement étudiant à des luttes de travailleurs plus larges par le biais de campagnes de sensibilisation (notamment l’adoption de résolutions, la signature de pétitions et la mobilisation physique de piquets de grève pour les libertés civiles) et d’actions de masse exigeant l’arrêt immédiat du financement d’Israël par les États-Unis et l’abandon de toutes les poursuites contre les manifestants ici présents.

En même temps, nous devons nous méfier des tentatives de réorientation de ce mouvement vers des efforts visant à élire des Démocrates ; le Parti démocrate est le parti qui a permis l’effort de guerre israélien depuis le début. Les politiciens ont déjà commencé à jouer leur partition avec le mouvement. L’ancien représentant du Texas BetoO’Rourke a déclaré qu’il était « fier » des étudiants de l’université d’Austin qui se sont dressés contre la répression policière, AOC a visité le campement de Columbia, la représentante du Massachusetts AyannaPressley a publié une déclaration appelant à la « retenue » de la part des forces de l’ordre, etc. S’il n’y a pas lieu de rejeter d’emblée ces manifestations de soutien, car elles contribuent à légitimer et à défendre le mouvement, nous devons également comprendre qu’elles s’accompagnent de l’espoir que ces gestes symboliques porteront leurs fruits plus tard pour des politiciens et le Parti démocrate.

Nous ne pourrons pas mettre fin au financement d’Israël, ni même à la répression policière des manifestations qui le réclament, en élisant des fonctionnaires qui ne sont pas responsables devant le mouvement et qui sont ensuite atomisés au sein du gouvernement et contraints de se couler dans le moule de l’appareil du parti, en adoptant budget militaire après budget militaire. Nous avons besoin de manifestations massives, engagées et répétées dans les rues, qui maintiennent la pression et montrent que, même si le Parti démocrate soutient la guerre, la volonté démocratique de la majorité de la société ne le soutient pas.

Pour nous éloigner à la fois du Parti démocrate et de l’impasse du martyr pour le martyr, nous devons organiser des rassemblements de masse et gagner le soutien des syndicats pour des revendications claires et de principe sur la Palestine et les libertés civiles. La dissonance qui existe entre les croyances des gens sur la « liberté d’expression » sous le capitalisme et la réalité de la réponse des universités face à la dissidence est trèsporteuse d’agitation et doit être utilisée. En organisant des rassemblements de masse avec des revendications de base sur la liberté d’expression, la liberté académique, la fin de la guerre contre Gaza et la fin de l’apartheid, nous pouvons attirer d’énormes couches de travailleurs préoccupés par les attaques contre les droits démocratiques et les mettre en contact avec des organisateurs qui peuvent les aider à lancer la prochaine série de mobilisations. En faisant cela en avançant des exigences claires pour l’arrêt des livraisons d’armes à Israël et l’octroi de droits démocratiques complets à tous les Palestiniens, nous positionnons le mouvement sur une base qui ne peut pas être manipulée pour correspondre à la plate-forme d’un Parti démocrate qui continue à soutenir l’apartheid israélien.

Au-delà de la question de savoir comment poursuivre la mobilisation dans les mois à venir, le chaos inhérent à l’organisation de toutes ces actions disparates sur les campus sans un cadre centralisé et démocratique montre la nécessité de former un mouvement anti-guerre spécifique, enraciné dans les syndicats et les organisations étudiantes, qui puisse fournir une base de planification démocratique pour l’organisation au niveau national. La démocratie n’est pas seulement un droit abstrait que nous exigeons du gouvernement : c’est notre meilleur outil pour développer la pensée politique et notre meilleure défense contre l’infiltration. Alors que la paranoïa et le secret peuvent aller de pair, une prise de décision politique ouverte et démocratique garantit que nous contrôlons notre propre politique en soumettant les propositions à l’examen et à la délibération du mouvement lui-même. Une telle coalition est ce dont nous avons besoin pour rassembler les groupes d’étudiants et les syndicats afin de discuter de la meilleure façon d’unir nos forces et de mettre fin à la guerre contre la Palestine.

Le niveau de protestation de ces derniers mois a été si élevé que ses partisans comme ses détracteurs l’ont comparé aux années 1960. Partout, il semble y avoir des possibilités de s’organiser politiquement. Les leçons les plus importantes du mouvement anti-guerre comprennent le développement de coalitions ouvertes et démocratiques, coordonnées au niveau national, capables d’organiser et de mobiliser des centaines de milliers de personnes par le biais d’un débat collectif, qui ont été essentielles à son développement.

Tout au long du mouvement contre la guerre du Viêt Nam, il y a eu plusieurs exemples de telles coalitions. L’une des plus importantes était le Comité de mobilisation des étudiants (SMC), qui regroupait toutes les personnes attachées à une action de masse des couches les plus larges possibles et à la revendication fondamentale « Ramenez immédiatement les troupes à la maison! » Le SMC a joué un rôle important dans l’organisation de mobilisations de masse historiques et de grèves étudiantes, notamment le 26 avril 1968, lorsque plus de 100 000 étudiants des écoles publiques (lycées et universités) se sont mis en grève dans la seule ville de New York.

L’organisme à l’origine de la grève étudiante est décrit ainsi par le participant Fred Halstead : « La conférence du 27 au 29 janvier 1968 du Comité de mobilisation des étudiants pour mettre fin à la guerre du Viêt Nam a été la plus grande et la plus importante conférence anti-guerre de l’époque. Plus de 900 étudiants et jeunes gens de 110 universités et 40 établissements d’enseignement supérieur de vingt-cinq États se sont inscrits. Une poignée de lycées étaient même représentés. La moyenne d’âge était de vingt ans, avec moins d’une douzaine d’inscrits ayant plus de trente ans »(« Out Now ! », page 373).

Le mouvement contre la guerre du Vietnam allait continuer à se développer, non seulement par l’ampleur des manifestations, mais aussi par la participation à l’organisation et au débat à tous les niveaux, et la conférence du SMC de 1970 comptait 3 500 participants. Ces coalitions coordonnées au niveau national et organisées démocratiquement – ainsi que les réalités de la guerre et les mobilisations de masse elles-mêmes – ont contribué à créer un contexte dans lequel le mouvement anti-guerre a pu gagner de larges secteurs de soldats en service actif grâce à une propagande directe et à la croissance constante des sentiments anti-guerre déclarés publiquement dans tout le pays.

Nous avons besoin d’espaces pour ce mouvement, qui permettent le débat politique et la prise de décision démocratique, et qui accueillent des personnes qui ne se considèrent pas encore comme socialistes ou anti-impérialistes, car ce n’est qu’à cette condition que le mouvement pourra devenir quelque chose ayant le pouvoir de changer la société et pas seulement un rassemblement de militants déjà engagés à passer à l’action le moment venu. Des mouvements comme celui-ci ont été le point de rencontre historique entre étudiants et travailleurs, permettant de coordonner au mieux une lutte victorieuse. C’est ce qui a donné au mouvement contre la guerre du Vietnam la puissance qui a contribué à la décision de retirer les troupes américaines et qui a laissé une telle empreinte culturelle que les gens l’utilisent encore aujourd’hui comme point de référence.

La tâche qui nous incombe aujourd’hui est de dépasser les comparaisons rhétoriques avec les générations de luttes passées, de tirer véritablement les leçons des succès de cette époque et de saisir les opportunités qui s’offrent à nous maintenant pour aller au-delà, vers un avenir sans apartheid et sans capitalisme.

  • Mettons fin au soutien des États-Unis à Israël !
  • Mettons fin à la guerre contre Gaza !
  • Halte aux arrestations de manifestants ! Libérez-les tous ! Pas de police sur les campus !
  • Réintégration de tous les étudiants et enseignants réprimés !
  • Pour une Palestine unie, démocratique et non sectaire !

Ces articles peuvent vous intéresser

Découvrez d'autres balises

Artigos mais populares