ven Juin 21, 2024
vendredi, juin 21, 2024

50 ans de la Révolution des Œillets : Quand la classe ouvrière prenait la tête du mouvement

Le 25 avril 1974, à 00h20, la chanson « Grândola, Vila Morena » est diffusée sur la radio Renascença comme signal du déclenchement du coup d’État militaire planifié par le Mouvement des forces armées (MFA). Cette nuit-là, les forces militaires occupent des points stratégiques de Lisbonne dans le but de renverser le régime de Marcelo Caetano.

Le MFA « demande à la population de rester calme et de rentrer chez elle ». Cependant, à 8h45, le communiqué reconnaissait déjà que « la population civile ne respecte pas l’appel lancé à plusieurs reprises à rester chez soi ». Après des années d’oppression, le peuple est descendu dans la rue. La révolution portugaise a commencé, la dernière en Europe occidentale.

Un pays impérialiste, mais profondément arriéré

A partir du régime fasciste instauré par Salazar en 1933, la dictature la plus longue d’Europe, connue sous le nom d’Estado Novo, s’est installée au Portugal. Le Portugal était un pays très arriéré, mais il possédait encore des colonies. Avant la révolution, 25,7 % de la population portugaise ne savait ni lire ni écrire, environ 70 % n’avait jamais été à l’école et la faim et la pauvreté étaient très répandues.

Le maintien des colonies était une question de vie ou de mort pour le régime. Ainsi, face à la lutte anticoloniale, qui a débuté en Guinée-Bissau en 1959 et s’est rapidement étendue à l’Angola et au Mozambique, l’État portugais a jeté toutes ses forces dans une guerre coloniale qui a duré 14 ans. Cela a accéléré la crise sociale et déclenché une crise politique dans la métropole.

La défaite militaire en Guinée-Bissau, qui a déclaré son indépendance en 1973, a aggravé la crise des forces armées, qui s’est exprimée par le refus de milliers de soldats de prêter serment sous le drapeau et par des revendications qui, bien que sectorielles, entraient en conflit avec les plans de guerre.

Les masses prennent les choses en main

Pour sortir de l’impasse de la guerre coloniale, le MFA a lancé un coup d’État le 25 avril dans le but d’évincer Marcelo Caetano, mais n’avait pas l’intention d’aller plus loin dans le processus. Le plan d’une partie de la grande bourgeoisie, représentée par le général Spínola, prévoyait une solution négociée dans les colonies, instaurant le néocolonialisme, résolvant la crise de l’armée et maintenant ses privilèges. Cependant, la révolution a mis en échec tous les plans de la bourgeoisie portugaise.

La révolution a commencé par des revendications démocratiques, telles que la chute de la dictature, la convocation d’une assemblée constituante et le démantèlement des structures répressives. Dans les entreprises et les écoles, les travailleurs et les étudiants ont chassé leurs dénonciateurs et leurs bourreaux. Des manifestants se sont rendus à la prison de Caxias, dans la banlieue de Lisbonne, pour libérer les prisonniers politiques.

La révolution a rapidement pris pour cible les grandes familles bourgeoises portugaises, profondément liées à l’Estado Novo, qui ont profité de la répression étatique pour augmenter leurs profits et réprimer les grèves. Le 1er mai 1974, la revendication d’une augmentation de salaire apparaît et une vague de grèves se déclenche.

L’avant-garde de la révolution – ouvriers, travailleurs agricoles et jeunes – commence à former ses propres organisations, telles que les commissions d’ouvriers, d’habitants, de paysans et de soldats. Les commissions décidaient de l’orientation de la lutte, mais réglaient également les problèmes quotidiens, tels que la construction de maisons, la gestion des entreprises, l’ouverture d’écoles, de crèches, de cabinets médicaux, l’occupation des terres, etc.

Alors que les institutions de l’ancien régime étaient en train de s’effondrer, de nouvelles institutions étaient mises en place par la classe ouvrière et le peuple, ce qui constituait effectivement un double pouvoir face aux institutions démocratiques bourgeoises qui étaient encore en train de se mettre en place.

La tentative de coup d’État contre-révolutionnaire

La bourgeoisie était confrontée au défi de contenir l’avancée de la révolution ouvrière et socialiste, tout en résolvant ses propres conflits. Le président de la République d’alors, António Spínola, souhaitait une solution autoritaire et répressive afin de maintenir des relations privilégiées avec les colonies.

Spínola a convoqué une manifestation le 28 septembre 1974, prônant une élection présidentielle autoritaire, en opposition à l’Assemblée constituante. Les masses ont réagi et Spínola a été battu. Déchu de la présidence, il a cherché à organiser des forces contre-révolutionnaires. Le 11 mars 1975, sa tentative de coup d’État contre-révolutionnaire a échoué face à l’érection de barricades. Spínola a pris la fuite, entraînant avec lui la grande bourgeoisie qui complotait contre la révolution.

La défaite de la tentative de coup d’État contre-révolutionnaire a encore renforcé la classe ouvrière, qui s’est orientée vers la nationalisation des secteurs stratégiques, les occupations, le renforcement des commissions de travailleurs et le contrôle ouvrier sur la production. L’horizon de la révolution à cette époque était la construction du socialisme et d’une société sans exploitation ni oppression.

Les gouvernements provisoires et le front populaire comme frein à la révolution

Au cours du processus révolutionnaire, il y a eu plusieurs gouvernements provisoires, dirigés par la bourgeoisie, auxquels se sont intégrés le MFA et les partis ouvriers réformistes (PS et PCP). Dans son livre « Révolution et contre-révolution au Portugal », écrit en juillet 1975, Nahuel Moreno analyse le gouvernement MFA-PS-PCP[1] comme un gouvernement de front populaire. C’est un symptôme de la profondeur de la révolution, mais aussi du projet de conciliation des classes.

Si le PS, avec son influence à la fois parmi des couches populaires et des secteurs de la bourgeoisie, est intervenu dans les gouvernements provisoires pour le compte de la social-démocratie européenne et de ses gouvernements impérialistes, le PCP, plus inséré dans la classe ouvrière, a milité pour contenir la révolution, en répondant aux intérêts mondiaux de la bureaucratie soviétique.

Dans les différents gouvernements provisoires, le PS et le PCP, bien que représentant des projets différents de détournement de la révolution, ont approuvé diverses mesures répressives pour contrôler le mouvement ouvrier, telles que la loi sur la grève, la loi sur les réquisitions civiles, la bataille pour la production, entre autres. Il fallait vaincre le double pouvoir pour avancer dans la consolidation de la démocratie bourgeoise.

Le 25 novembre, un coup porté au double pouvoir dans les forces armées

Le 25 novembre (1975) fut une tentative de soulèvement d’unités militaires en réaction à la politique de nettoyage et de répression dans les forces armées. La bourgeoisie a profité de ce moment pour réprimer et mettre fin au double pouvoir dans l’armée, le PCP a appelé ses militants – qui se présentaient à l’état-major pour demander des armes – à ne pas résister au coup d’État, et la hiérarchie de commandement dans l’armée a été rétablie.

Si cela a marqué la fin d’un des éléments les plus radicaux de la révolution – le double pouvoir dans les forces armées – cela n’a pas immédiatement mis fin aux autres éléments du double pouvoir dans le pays. Les occupations dans les campagnes et le contrôle ouvrier maintenaient encore une dynamique importante. Il y a eu une première victoire de la bourgeoisie et, par conséquent, un nouveau rapport de forces s’est imposé. Cependant, la révolution n’était pas vaincue.

Pour parvenir à sa défaite finale, un nouveau pacte a été signé entre le PCP et le PS pour consolider la démocratie bourgeoise au Portugal. En 1976, la nouvelle Constitution est approuvée et les premières élections à l’Assemblée de la République sont organisées.

Les conquêtes de la révolution

La constitution de 1976 va consacrer plusieurs victoires du mouvement de masse de la période révolutionnaire. Il s’agit par exemple du droit à la santé et à l’éducation universelle, publique et gratuite ; du maintien des nationalisations effectuées pendant la période révolutionnaire, comme dans le cas des banques et d’autres secteurs stratégiques ; du droit de grève ; de l’établissement institutionnel des comités de travailleurs et de résidents ; et des libertés politiques, qui sont beaucoup plus étendues que dans d’autres pays.

Certains de ces droits démocratiques sont encore en vigueur aujourd’hui. La légalisation d’un parti politique est beaucoup plus simple et moins bureaucratique qu’au Brésil. Lors des élections, tous les candidats, quel que soit leur poids parlementaire, disposent du même temps d’antenne à la télévision. Tout au long de l’année, les partis peuvent faire de la publicité dans les rues au moyen de panneaux et d’affiches. 

La construction de l’État-providence, avec des droits universels aux soins de santé et à l’éducation, a fait en sorte que le taux d’analphabétisme soit aujourd’hui de 3,1 %, que le taux de mortalité infantile soit l’un des plus bas du monde, et a permis une réponse centralisée à la pandémie, beaucoup plus efficace que celle des pays impérialistes centraux. Les loyers sont restés gelés pendant des décennies.

Ce que la Révolution n’a pas réussi à faire

La même constitution qui consacrait les conquêtes de la révolution et affirmait que « le Portugal est une République souveraine (…) engagée dans sa transformation en une société sans classes » soumise à un processus de « transition vers le socialisme », affirmait également que « le droit à la propriété privée et son transfert dans la vie ou la mort sont garantis à tous ».

Ainsi, malgré le verbiage révolutionnaire, la constitution était au service de la défense des relations sociales capitalistes. Son essence était de garantir les institutions de la démocratie bourgeoise, un grand projet de défaite de la révolution. En ne progressant pas vers la construction d’un État ouvrier, la révolution socialiste a été vaincue.

Pendant les 18 mois du processus révolutionnaire, le Portugal a constitué une menace majeure pour l’impérialisme, car si la classe ouvrière sortait victorieuse du processus, cela modifiait les rapports de force au niveau européen et donnait l’avantage à la révolution, ravivant les flammes allumées en mai 68. Ce n’est pas pour rien que l’impérialisme américain a agi pour contenir le processus révolutionnaire, et l’ambassadeur américain, Frank Carlucci, rencontrait régulièrement Mário Soares, le dirigeant du PS. Après l’échec de la politique de soutien aux tentatives contre-révolutionnaires de Spínola, les États-Unis et la bourgeoisie impérialiste internationale ont décidé de miser sur la voie de la « démocratie » pour vaincre la révolution.

Tout ce qui n’avance pas recule

Le pacte réactionnaire entre le PS et le PCP a permis de détourner la révolution et de consolider la démocratie bourgeoise au Portugal, mais la stabilisation allait encore prendre du temps. Ce n’est que 15 ans plus tard que les acquis de la période révolutionnaire ont commencé à être inversés. Entre 1976 et 1986, le pays a connu 10 gouvernements. Les grèves et les conflits, fruits du processus révolutionnaire, se sont poursuivis et ce n’est qu’après l’adhésion du pays à la Communauté économique européenne, en 1986, que le nombre de grèves a chuté de manière spectaculaire.

L’entrée dans l’Union européenne (UE) a signifié l’application de plans néolibéraux au Portugal, où les gouvernements successifs, avec la complicité du PCP, qui dirigeait les principaux syndicats, ont imposé diverses suppressions de droits et des privatisations d’entreprises.

La crise économique de 2008 et l’action de la Troïka (FMI, Banque centrale européenne et Commission européenne) au Portugal ont marqué un saut qualitatif dans la suppression des acquis et dans les relations du Portugal avec les autres pays européens. La privatisation de secteurs stratégiques de l’économie a été achevée et confiée à des capitaux étrangers, la dernière grande banque portugaise a été liquidée, le désinvestissement dans les services publics a fait un bond en avant, le gel des loyers a pris fin, divers droits de la classe ouvrière ont été retirés et l’intervention directe de l’UE dans la direction de l’économie portugaise est devenue la règle. Le pays connaît actuellement une grave crise sociale, causée par les bas salaires et le coût élevé de la vie, ainsi qu’une grave crise politique, avec un gouvernement instable.

Même la lutte contre les forces réactionnaires commence à reculer. Lors des dernières élections nationales, l’extrême droite, qui utilise le même slogan que celui de Salazar « Dieu, Patrie et Famille », a obtenu 18 % des voix. En 2023, l’actuel président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, a décoré António Spínola, montrant ainsi la relation étroite entre le régime actuel et les forces contre-révolutionnaires du passé.

Dans ce contexte, loin de mettre en avant la défense des institutions de la démocratie bourgeoise et du projet européen, comme le font les partis réformistes au Portugal (BE[2] et PCP), il faut reprendre les leçons de la Révolution des Œillets, faire confiance à la force de la classe ouvrière et affirmer qu’il n’y a pas d’issue au sein du capitalisme.


[1] MFA : Mouvement des Forces Armées ; PS : Parti socialiste ; PCP : Parti communiste portugais

[2] BE : Bloco de Esquerda ; Bloc de gauche, parti réformiste.

Ces articles peuvent vous intéresser

Découvrez d'autres balises

Artigos mais populares