jeu Fév 22, 2024
jeudi, février 22, 2024

Nos accords et nos divergences avec le Hamas

Depuis son action militaire du 7 octobre contre des sites militaires israéliens, l’organisation palestinienne Hamas est au centre de l’attention des médias internationaux, qui sont nombreux à l’accuser (ainsi que le gouvernement de Benjamin Netanyahu) de « terrorisme cruel », pour justifier leurs attaques contre elle et la population de la bande de Gaza qu’elle gouverne. Qu’est-ce que le Hamas ? Pourquoi le défendons-nous contre ces attaques ? Quels sont nos accords et nos divergences avec lui ?


Par: Alejandro Iturbe, le 26 octobre 2023


Hamas signifie « ferveur » en arabe et est l’acronyme du Mouvement de résistance islamique. Cette organisation a été fondée en 1987 en tant que scission des Frères musulmans d’Égypte pour se construire au sein du peuple palestinien. Sa structure organisationnelle se compose d’une branche politique, d’une branche sociale et, depuis 1992, d’une aile militaire : les Brigades al-Qassam.
Il appartient au courant sunnite de l’islam et, dans sa charte de principes (adoptée en 1988), revendique le Coran comme son fondement idéologique et politique et le djihad comme sa « voie » (mot qui désigne l' »effort » pour défendre les préceptes du Coran et qui, dans certains contextes, est utilisé dans le sens de « guerre »).
La même « charte » précise que son objectif politique est : « L’établissement d’un État islamique palestinien sur l’ensemble du territoire de l’ancien mandat britannique de Palestine »[1]. Dans la mesure où l’Etat d’Israël s’est approprié plus de 70% de ce territoire (en expulsant les Palestiniens) et maintient le reste sous occupation militaire, cet objectif stratégique implique la destruction de l’Etat d’Israël et la « voie du Djihad » prend le contenu d’une guerre contre lui.
La création du Hamas, et d’organisations similaires dans d’autres pays arabes et musulmans (comme le Hezbollah au Liban en 1982), doit être comprise dans le contexte dans lequel elle s’est produite. Tout d’abord, le processus de la révolution iranienne de 1979, qui a renversé un régime fantoche de l’impérialisme américain, a finalement consolidé le régime islamique des ayatollahs[2]. Dans un cadre où l’impérialisme l’attaquait et où ce régime l’affrontait, il est progressivement devenu une référence pour de nombreux combattants arabes et musulmans.
Deuxièmement, à la fin de l’année 1987, la [première] Intifada a eu lieu dans les territoires palestiniens occupés, la rébellion héroïque de la jeunesse palestinienne qui a affronté les soldats israéliens lourdement armés avec des pierres et des lance-pierres, et a provoqué une crise profonde dans le moral de ces soldats. La création du Hamas a donc été une réponse politique au climat d’agitation qui régnait dans les territoires occupés.
Troisièmement, dans le cadre du processus qui a conduit à l’Intifada, l’Organisation de libération de la Palestine (laïque par nature, et qui était jusqu’alors la direction incontestée du peuple palestinien) avait déjà entamé le chemin de la trahison qui allait conduire aux accords d’Oslo et à sa transformation en agent colonial de l’occupation israélienne à Gaza et en Cisjordanie[3]. 3] Un chemin de trahison qui avait déjà été emprunté par plusieurs régimes et gouvernements arabes « laïques », comme celui de l’Égypte qui, en 1978, a signé les accords de Camp David avec Israël et l’impérialisme américain, reconnaissant la « légitimité » de cet État et acceptant la « paix » avec lui.


L’influence croissante du Hamas
En avril 1994, le Hamas commet son premier attentat suicide dans la ville israélienne de Hedera, qui sera suivi d’autres attentats. Outre les persécutions de l’armée israélienne et des forces de répression, l’Autorité nationale palestinienne (ANP) condamne les « opérations terroristes » du Hamas et arrête quelque 140 membres présumés du Hamas.
Dans la mesure où l’ANP et le Fatah (la principale organisation politique de la défunte OLP) avaient abandonné la lutte pour la récupération du territoire palestinien et agissaient comme des agents coloniaux d’Israël, le Hamas est apparu de plus en plus comme une organisation qui poursuivait la lutte pour cette aspiration du peuple palestinien. Son prestige et son influence se sont accrus parmi les Palestiniens, en particulier parmi les habitants de la bande de Gaza qui vivent dans les pires conditions de survie.
L’année 2000 a été marquée par la [deuxième] Intifada, une nouvelle rébellion de la jeunesse palestinienne contre l’occupation. Elle est la conséquence de la prise de conscience que la création de l’ANP n’a pas conduit à un processus de souveraineté palestinienne dans les territoires (dans la perspective de l’existence de « deux États ») comme le prétendaient l’ANP et al-Fatah[5]. Elle n’a fait que servir la politique israélienne d’expulsion des Palestiniens de leurs quartiers à Jérusalem et de progression de l’appropriation des terres agricoles en Cisjordanie pour les donner à des colons juifs d’origine russe. Dans son contenu le plus profond, cette rébellion n’a pas seulement confronté Israël, mais aussi la politique et le rôle de l’ANP-Fatah.
En 2004, le Hamas a commencé à supprimer le mot « islamique » de la formulation publique de son objectif stratégique et l’a exprimé comme « l’établissement d’un État palestinien sur l’ensemble du territoire de l’ancien mandat britannique de Palestine ». Une politique qui contraste fortement avec la « capitulation » d’al-Fatah et de l’ANP.


Le Hamas et le gouvernement de Gaza
Il n’est donc pas surprenant qu’en 2006, lors de sa première participation aux élections du Conseil législatif palestinien (organe de l’ANP basé à Ramallah, en Cisjordanie), le Hamas ait remporté une victoire écrasante : il a obtenu 76 sièges et le Fatah 43 sièges, soit une nette majorité pour former le gouvernement de l’ANP.
Dans cette situation, Mahmoud Abbas, membre d’al-Fatah et président de l’ANP, ignore les résultats des élections et la victoire du Hamas, se proclame seule autorité palestinienne et garde le contrôle des institutions centrales de l’ANP en Cisjordanie. Il est soutenu par Israël et les puissances impérialistes qui le reconnaissent.
En tentant de prendre le contrôle de Gaza, les affrontements entre les forces du Hamas et celles de Mahmoud Abbas se sont soldés par la victoire du Hamas, qui s’est imposé comme le gouvernement légitime de ce territoire. À l’époque, la LIT-CI avait caractérisé la bande de Gaza comme le seul territoire palestinien indépendant d’Israël et le gouvernement du Hamas comme l’expression politique et militaire de cette indépendance.
Cette indépendance de la bande de Gaza est inacceptable pour l’État sioniste, qui a besoin de s’en débarrasser. Il veut faire capituler sa population en l’isolant, en bloquant son économie, en bombardant en permanence ses infrastructures de santé et en détruisant l’approvisionnement de base en eau et en électricité.
Ainsi, lorsqu’Israël attaque le Hamas, il ne le fait pas parce qu’il est « terroriste » ou « islamique » (questions que nous aborderons plus loin dans cet article), mais dans le cadre d’une attaque contre le caractère indépendant de la bande de Gaza et de la quête de la reddition de ses habitants. Car le Hamas, malgré ses fortes contradictions, maintient ce caractère par son approche politique et ses actions, contrairement à l’ANP-al-Fatah en Cisjordanie.
C’est pourquoi nous ne « condamnons » pas les actions du Hamas contre Israël et défendons cette organisation contre les attaques de l’État sioniste, de l’impérialisme et de ses nombreux gouvernements complices dans le monde. Nous sommes dans le même « camp militaire » de la lutte contre Israël et, par conséquent, nous menons des actions conjointes dans différents pays du monde qui expriment cette unité d’action. Cela fait partie de la défense du peuple palestinien et de sa lutte contre Israël, et c’est indispensable dans la situation actuelle.


Nos « discussions » avec le Hamas
Pendant toutes ces années, dans de nombreux articles, la LIT-CI a exprimé qu’elle a un accord avec la formulation de l’objectif stratégique de la Charte de principes du Hamas, au sujet de la nécessité de détruire Israël pour libérer le territoire palestinien et y construire un État palestinien. Mais nous avons une profonde différence : alors que le Hamas proposait de construire un « Etat palestinien islamique », la proposition de la LIT-CI était, dès sa fondation, « Pour une Palestine laïque et non raciste », qui était l’axe central du programme fondateur de l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine) en 1964, et que l’OLP commençait à abandonner pour l' »enterrer » définitivement avec les Accords d’Oslo en 1993 et la formation de l’Autorité Nationale Palestinienne[6].
Il ne s’agit pas d’une « discussion sur la religion » : nous respectons les convictions religieuses des centaines de millions de personnes qui professent la religion musulmane et mènent leur vie selon les préceptes du Coran. C’est certainement le cas de nombreux Palestiniens. Ce que nous disons, c’est que là où des « États islamiques » ont été construits (sur la base d’une interprétation « fondamentaliste » du Coran), ils se sont transformés en dictatures dures, sans démocratie pour les travailleurs et le peuple, avec une oppression extrême des femmes et une répression sévère de l’homosexualité.
C’est le cas du régime iranien des ayatollahs, contre lequel de fortes rébellions ont éclaté[7]. Et des Talibans en Afghanistan. Nous avons vu que le Hamas a progressivement abandonné la formulation d' »Etat islamique » pour adopter une forme plus neutre. Cependant, si nous analysons le caractère de son gouvernement dans la bande de Gaza, nous constatons que, tout en le maintenant comme un territoire indépendant d’Israël, il a également un caractère dictatorial, sans aucune démocratie pour les travailleurs et le peuple gazaouis.
Cette vision d’un futur État palestinien laïc fait également partie de la tradition politique et culturelle du peuple palestinien. Soraya Misleh, lors d’une récente émission diffusée en direct par LIT-CI, a raconté que son défunt père (qui se disait musulman et avait été expulsé de sa terre avec sa famille en 1948) lui avait toujours dit que, pendant le mandat britannique, les Palestiniens coexistaient dans la paix et la tolérance avec les minorités juives et chrétiennes, ainsi qu’avec ceux qui ne professaient aucune religion.


La classe du Hamas et son programme
Le débat politique avec le Hamas est beaucoup plus profond. Le Hamas est une organisation qui a entrepris de mener la lutte pour la libération du peuple palestinien contre Israël, face à Israël. Cela l’a amené à jouer un rôle progressif dans cette lutte et même à prendre le contrôle du gouvernement de la bande de Gaza et à la maintenir comme le seul territoire palestinien non contrôlé par Israël.
Cependant, en même temps, étant donné son origine et son profil de classe, sa conception politique et son programme, les aspirations de la direction du Hamas dans l’État palestinien qu’il veut construire (qui, s’il était réalisé, serait un triomphe extraordinaire) ne sont pas d’avancer vers la construction du socialisme ou d’étendre la lutte révolutionnaire contre le capitalisme, l’impérialisme et leurs gouvernements fantoches à l’ensemble des pays arabes et musulmans (et encore moins au monde entier).
Comme d’autres mouvements aux caractéristiques, conceptions et programmes similaires qui ont mené des luttes pour la libération de leurs peuples, son but ultime est d’obtenir une base territoriale sur laquelle se développer en tant que bourgeoisie et d’être acceptée comme telle dans le monde entier.
C’est ce qui s’est passé avec le FLN algérien (avec un langage beaucoup plus laïque et « de gauche »), qui, après avoir expulsé les colons français et obtenu l’indépendance du pays, a « gelé » le processus de lutte, l’a maintenu isolé et a construit un État bourgeois et une économie capitaliste. Une grande partie de la direction et des cadres du FLN a réussi à devenir une bourgeoisie nationale algérienne, mais la voie choisie a inévitablement conduit au retour de l’Algérie à une situation de soumission à l’impérialisme français[8] La direction et les cadres du FLN ont pu se convertir en bourgeoisie nationale algérienne.
Il se passe quelque chose de similaire avec le gouvernement taliban en Afghanistan. Après avoir mené la guerre victorieuse de libération du pays contre l’occupation de l’impérialisme américain et de ses alliés européens, ce gouvernement a « gelé » le processus et favorise le développement capitaliste en appelant à des « investissements étrangers », notamment dans le secteur minier, en leur offrant de grands avantages[9].


Le Hamas abandonne son programme de destruction d’Israël
Après avoir pris le contrôle et la direction de la bande de Gaza, ce caractère de classe de son programme et de ses objectifs a placé le Hamas devant un dilemme : mettre cette victoire au service de la destruction d’Israël et de la reconquête de l’ensemble du territoire palestinien ou s’engager sur la voie de la reconnaissance d’Israël et de son usurpation par une politique de négociations dans le cadre de la stratégie des « deux États », que l’OLP et le Fatah avaient déjà poursuivie jusqu’à la fin[10].
En 2017, le Hamas a modifié sa charte de principes et, dans ce nouveau document programmatique, a accepté l’idée d’un « État palestinien dans les frontières de 1967 ». En d’autres termes, il a accepté les « deux États » et la coexistence avec Israël qu’il avait précédemment rejetés, bien qu’il les positionne comme une « transition vers la libération de toute la Palestine ».
En conséquence de ce profond changement, plus tard dans l’année, « le Hamas annonce qu’il dissoudra le Comité administratif de Gaza, permettant ainsi à un gouvernement d’unité palestinienne de travailler à sa place et de s’acheminer vers des élections générales ». Dans ce cadre, il « signe un accord d’unité avec le Fatah par lequel le Hamas rend au gouvernement autonome palestinien le contrôle des points de passage de Gaza avec Israël et l’Égypte ».
En d’autres termes, pour être accepté à la table des négociations avec Israël et l’impérialisme en vue de la création de « deux États », le Hamas a renoncé à son programme de destruction d’Israël et à son différend sur la direction du peuple palestinien avec l’ANP-Fatah, à qui il a cédé la direction du processus.
Le grand obstacle auquel le Hamas a été confronté dans ce virage est qu’Israël et l’impérialisme n’ont pas accepté qu’il s’assoie à la table des négociations, même avec ce changement. L’excuse est qu’il s’agit d’une « organisation terroriste ». Dans plusieurs articles, nous avons débattu de cette fausse accusation[13]. Nos critiques et nos débats avec le Hamas ne sont pas dus à ses actions militaires, que nous considérons comme une méthode valable et même nécessaire dans la lutte pour la libération du peuple palestinien contre Israël, d’autant plus dans les conditions de l’inégalité des forces en présence.
La vérité est qu’Israël et l’impérialisme veulent faire « payer cher » au Hamas (et à la population de la bande de Gaza dans son ensemble) « l’audace » d’être resté le seul territoire palestinien non soumis à Israël. C’est pourquoi il l’a encerclé, a cherché à étouffer toute possibilité d’activité économique, l’a bombardé en permanence pour détruire ses infrastructures sanitaires. Aujourd’hui, il veut même expulser la moitié de la population palestinienne de ce territoire. Quant au Hamas, précisément, le sionisme et l’impérialisme ne se satisfont pas de sa capitulation, ils veulent détruire cette organisation pour l' »audace » de poursuivre, même partiellement, la lutte contre Israël.
Dans ces conditions, le Hamas a interrompu la voie de la capitulation dans laquelle il s’était engagé et, pour se défendre, a dû poursuivre et même approfondir ses actions militaires. Israël a répondu par une politique encore plus agressive de « nettoyage ethnique » contre le peuple palestinien et la bande de Gaza.


Quelques considérations finales
Nous avons dit que nous ne « condamnons » pas les actions du Hamas et que nous défendons cette organisation contre les attaques d’Israël et de l’impérialisme, dans le cadre du soutien inconditionnel à la lutte du peuple palestinien contre le sionisme oppresseur. Par conséquent, nous faisons l’unité d’action avec cette organisation sur ces points. Telle est aujourd’hui la tâche principale que la LIT-CI s’efforce d’accomplir en Palestine.
Dans ce cadre, nous avons débattu et critiqué la conception stratégique de sa fondation et de ses objectifs politiques. Non pas par sectarisme ou par « rigidité dogmatique marxiste » mais parce que, comme cela s’est produit, une telle conception le conduisait sur la voie de la capitulation. Même lorsque cette voie s’est ralentie et que le Hamas a repris le combat, ces objectifs le conduisent à avoir une politique internationale qui ne contribue pas à faire avancer la perspective stratégique de la destruction d’Israël et de la reconquête de l’ensemble du territoire palestinien.
La destruction de l’État d’Israël et la récupération du territoire palestinien pour son peuple ne peuvent être obtenues que par une guerre menée jusqu’au bout. Dans cette guerre, si l’on considère isolément la corrélation des forces sur le territoire de l’ancien mandat palestinien, nous sommes pleinement conscients que la supériorité militaire israélienne sur la résistance palestinienne est immense. Dans ce cadre limité, la possibilité d’une victoire militaire du peuple palestinien semble impossible.
Pour vaincre militairement Israël et le détruire, il faut l’attaquer de l’extérieur « de tous les côtés ». C’est-à-dire à partir des frontières des pays arabes voisins (Égypte, Liban, Syrie et Jordanie) avec le soutien de l’ensemble des peuples arabes et musulmans. La résistance militaire palestinienne doit être une « étincelle » qui enflamme la lutte révolutionnaire et militaire des peuples arabes contre Israël[14]. Pour développer cette lutte révolutionnaire régionale, il est également nécessaire de faire avancer la lutte contre les régimes et les gouvernements qui, comme ceux de l’Égypte et de la Jordanie, ont reconnu Israël et signé la « paix ».
La politique internationale du Hamas n’a pas cet objectif. Sa principale relation internationale et son principal soutien sont ceux du régime iranien des ayatollahs, qui joue son « propre jeu » pour obtenir une place à la table de l’ordre mondial. Il entretient des relations étroites et de soutien avec le Hezbollah qui, après avoir vaincu l’invasion israélienne du Liban en 2006, maintient une situation de tension militaire permanente à la frontière. Mais la pièce maîtresse de sa politique a été d’être le pilier du régime bourgeois libanais.
En ce qui concerne les régimes jordanien et surtout égyptien, la politique du Hamas a été celle de la « coexistence pacifique ». Nous sommes conscients que, dans les conditions très difficiles dans lesquelles vit le peuple palestinien dans son ensemble, cela a pu s’imposer comme une nécessité : 3 000 000 de réfugiés palestiniens vivent en Jordanie, et la frontière sud de la bande de Gaza avec l’Égypte, dans le cadre de son blocus par Israël, est la seule porte par laquelle le ravitaillement et l’aide alimentaire peuvent entrer. À l’heure actuelle, ce serait la seule issue possible pour le million de Palestiniens qu’Israël veut expulser de la bande de Gaza.
Mais c’est une chose de comprendre cette nécessité et une autre d’en « faire un principe » et d’abandonner la stratégie consistant à « mettre le feu » à la région par un processus révolutionnaire, seule politique capable de vaincre Israël et de détruire cet État.

[1] « Charte du Hamas ». MidEastWeb. 18 août 1988.
[2] Révolution iranienne : la lutte pour le pouvoir après la révolution – Ligue internationale des travailleurs (litci.org)
[3] Oslo, la paix des cimetières pour la poursuite de la Nakba – Ligue internationale des travailleurs (litci.org)
[4] https://www.dw.com/es/los-acuerdos-de-camp-david-cumplen-40-a%C3%B1os-c%C3%B3mo-israel-y-egipto-firmaron-la-paz/a-45514394
[5] Palestine : Sur la fausse solution des « deux Etats ». – Ligue internationale des travailleurs (litci.org)
[6] Voir, par exemple, N. Moreno (1982) : Polemic on the Middle East (marxists.org).
[7] Les manifestations iraniennes se poursuivront en 2023 – Ligue internationale des travailleurs (litci.org)
[8] Indépendance de l’Algérie – Ligue internationale des travailleurs (litci.org)
[9] Les talibans affirment avoir signé des contrats miniers d’une valeur de 6,5 milliards de dollars en Afghanistan | AP News
[10] Dans ce sens, voir l’article de 2006 : Hamas at the crossroads – International Workers League (litci.org).
[11] « Le Hamas accepte un État palestinien avec les frontières de 1967 ». Al-Jazeera. 2 mai 2017.
[12] https://cnnespanol.cnn.com/2023/10/11/que-es-hamas-israel-gaza-movimiento-politico-islamista-trax/
[13] Voir, par exemple : Ce n’est pas du terrorisme, c’est de la résistance contre une guerre quotidienne promue par Israël ! – Ligue internationale des travailleurs (litci.org)
Sur les attaques du Hamas contre les civils israéliens – Ligue internationale des travailleurs (litci.org)
[14] La « question palestinienne » : point central de la révolution arabe – Ligue internationale des travailleurs (litci.org)

Ces articles peuvent vous intéresser

Découvrez d'autres balises

Artigos mais populares