Home DÉCLARATION LIT-QI NON à l’apartheid et au nettoyage ethnique ! Pour une Palestine libre,...

NON à l’apartheid et au nettoyage ethnique ! Pour une Palestine libre, laïque et démocratique, du fleuve à la mer !

Le peuple palestinien se soulève une nouvelle fois contre les politiques d’apartheid et de nettoyage ethnique menées par l’État raciste d’Israël dans le cadre de la Nakba (catastrophe) en cours depuis sa formation en 1948. Le soulèvement, initié dans la ville d’Al-Quds (Jérusalem), s’est étendu et a englobé l’ensemble de la population palestinienne, que ce soit en Palestine de 1948, dans la bande de Gaza, en Cisjordanie ou dans les camps de réfugiés, dans la diaspora palestinienne, un fait sans précédent depuis la première et la deuxième Intifada.

Ligue internationale des travailleurs – QI

18 mai 2021

Al-Quds

Tout comme lors de la deuxième Intifada (2000), le déclencheur furent les luttes à l’intérieur de la ville d’Al-Quds (nom arabe de la ville de Jérusalem). Dans le quartier palestinien de Sheikh Jarrah, des familles palestiniennes résistent au nettoyage ethnique en cours et refusent désormais d’accepter les ordres d’expulsion des tribunaux israéliens pour céder leurs maisons aux colons israéliens.

À la porte de Damas, l’entrée principale de la vieille ville, un lieu traditionnel de rencontre et de camaraderie pour les jeunes Palestiniens, ceux-ci se sont soulevés contre les ordres de la police qui leur interdisait de rester là.

À l’intérieur de la vieille ville, les Palestiniens musulmans luttent pour leur droit de prier librement à la mosquée Al-Aqsa, le troisième site le plus sacré de l’Islam, ce qui a donné lieu à des affrontements avec la police et l’armée israéliennes sur l’Esplanade des Mosquées. Outre la police et l’armée, l’État d’Israël a utilisé des gangs fascistes sionistes pour attaquer les Palestiniens, dont des centaines ont été blessés et/ou emprisonnés.

La Palestine de 1948

À partir d’Al-Quds, le soulèvement palestinien s’est étendu à la Palestine de 1948 (comme les Palestiniens appellent leurs terres occupées en 1948, que l’ONU reconnaît comme l’État d’Israël).

Les jeunes Palestiniens sont descendus dans la rue dans les villes et quartiers palestiniens tels que Lyd, Jaffa, Ramla, Nazaré, Haïfa, Acre, Umm al-Fahm et le Nakab. Il convient de rappeler que l’actuel soulèvement palestinien a été précédé par les récentes mobilisations à Umm al-Fahm contre la collaboration de la police israélienne avec des gangs criminels.

Selon la journaliste Linaa Al-Saafin, le point culminant fut la ville de Lyd, près de Tel-Aviv, où se trouve le principal aéroport israélien. En 1948, la plupart des 19 000 habitants palestiniens ont été expulsés et 200 ont été exécutés par les milices sionistes, dont faisait partie le futur Premier ministre israélien Yitzhak Rabin. Aujourd’hui, environ 30 % de ses habitants sont des Palestiniens.

Le 10 mai, des Palestiniens ont hissé un drapeau palestinien sur un lampadaire, en solidarité avec les Palestiniens d’Al-Quds et, par vengeance, un colon israélien a assassiné le Palestinien Moussa Hassouna la même nuit. Le lendemain, ses funérailles ont également été prises pour cible par des gangs fascistes sionistes. Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a déclaré l’état d’urgence dans la ville (pour la première fois depuis 1966), a dépêché 16 unités de police dans la ville et a déclaré que « l’État juif ne tolérera pas de pogroms contre nos citoyens ». Le ministre de la Sécurité publique, Amir Ohana, a demandé la libération de l’assassin de Moussa Hassouna et a déclaré : « L’emprisonnement du tireur de Lyd et de ses amis, qui ont apparemment agi en état de légitime défense, est consternant. Les citoyens respectueux de la loi qui portent des armes sont pour les autorités un multiplicateur de force pour la neutralisation immédiate des menaces et des dangers. »

Cette déclaration est emblématique de la nature coloniale de l’État d’Israël, qui encourage les groupes fascistes d’extrême droite à poursuivre leurs crimes, comme Lahava, la Hilltop Youth, les supporters de football de La Famille du Beitar Jerusalem, qui ont envahi Lyd, brûlé des voitures palestiniennes, attaqué la mosquée et vandalisé le cimetière en criant « Mort aux Arabes ». À Bat Yam, le lynchage d’un Palestinien a été télévisé en même temps que l’invasion des maisons palestiniennes à Haïfa et à Acre. Le 10 mai, les autorités policières ont annoncé que 1000 citoyens étaient emprisonnés, dont 850 Palestiniens et 150 sympathisants.

Gaza

Assiégés par l’État d’Israël et le régime égyptien depuis 2007 et soumis à de fréquents bombardements sionistes, deux millions de Palestiniens vivent une crise humanitaire dramatique dans la bande de Gaza. Selon le journaliste Ahmed Gabr, 80 % des activités industrielles et des bureaux ont été fermés en raison du siège israélien, qui a empêché les livraisons. La pêche est limitée à cause du blocus par la marine israélienne. Les bombardements israéliens sur les centrales électriques et les stations de traitement des eaux ont fait que l’alimentation en électricité est limitée à quatre heures par jour en moyenne, et que 96 % de l’eau est contaminée, impropre à la consommation. Dans le cadre d’un nouveau massacre, les Palestiniens risquent de se retrouver à court d’énergie dans quelques jours. Le pouvoir de facto est exercé par le Hamas après sa victoire aux élections législatives de 2006, ce qui n’a pas été accepté par la puissance occupante israélienne, ni par les impérialismes américain et européen.

Gaza a historiquement joué un rôle de premier plan dans la lutte palestinienne. C’est à Gaza que la première Intifada a commencé en 1987 et où les marches du retour ont eu lieu en 2018-2019, au cours desquelles 189 Palestiniens ont été tués par l’armée d’occupation israélienne, et plus de 20 000 ont été blessés.

Face aux événements d’Al-Quds, le Hamas, ainsi que son allié le Jihad islamique, ont lancé quelques roquettes sur l’État sioniste afin d’avertir qu’il était uni à la résistance.

Contrairement à ce qui est propagé dans la propagande sioniste, la résistance est légitime sous l’occupation, par tous les moyens : ce n’est pas du terrorisme. Le terroriste est l’État raciste d’Israël.

Depuis lors, Gaza fait face à un nouveau massacre, étant brutalement bombardée par l’armée de l’air israélienne, qui lance des missiles à haut pouvoir destructeur. Selon le rapporteur des Nations unies, environ 300 bâtiments ont été touchés par les bombardements, et jusqu’à présent, 200 Palestiniens ont été tués et des milliers blessés.

Les roquettes lancées depuis Gaza ont fait l’objet d’une amélioration technologique visible, à la fois dans la capacité de les lancer en série – ce qui rend leur interception plus difficile – et dans l’extension de leur portée – elles peuvent désormais atteindre des cibles jusqu’à 250 kilomètres.

Malgré l’amélioration de la portée de leurs roquettes, elles ne font pas le poids face aux missiles et aux avions ultramodernes fournis par les États-Unis à l’armée israélienne. Par conséquent, nous ne pouvons pas appeler l’agression israélienne une guerre, mais un massacre.

Cisjordanie

En Cisjordanie, la résistance palestinienne est confrontée à un régime d’apartheid, avec des murs et des points de contrôle imposés par l’occupation israélienne, ainsi que par la police et les services de renseignement de l’Autorité palestinienne, qui maintiennent un accord de coopération sécuritaire honteux avec l’État d’Israël.

Malgré les difficultés, dans toutes les villes et villages palestiniens de Cisjordanie, comme Ramallah, Bethléem, Al-Khalil (Hébron), la jeunesse palestinienne manifeste et fait face à une forte répression de la part des forces militaires de l’occupation, ce qui a obligé l’Autorité palestinienne à prendre position contre le bombardement israélien de Gaza et pour un retour aux négociations.

 

Réfugiés et diaspora

Le tableau de la lutte palestinienne est complété par la forte mobilisation des Palestiniens vivant hors des terres palestiniennes – plus de la moitié de la population d’environ treize millions d’habitants – qui sont empêchés par la puissance occupante israélienne de rentrer chez eux.

Une agitation intense règne parmi les jeunes dans les camps de réfugiés palestiniens en Jordanie et au Liban, où les Palestiniens, rejoints par les Arabes locaux, ont organisé des manifestations à la frontière avec la Palestine occupée, où ils ont été réprimés par les forces israéliennes, jordaniennes et libanaises.

Outre la Jordanie et le Liban, des mobilisations de solidarité ont eu lieu dans de nombreuses villes du monde (Londres, Paris, Berlin, New York, Istanbul, Le Cap, Sao Paulo, etc.) où la présence palestinienne et arabe en général est importante.

Dans les pays arabes, des manifestations ont également eu lieu en Tunisie, en Libye, au Maroc et à Idlib (une province syrienne assiégée par les forces du régime syrien).

La position de l’impérialisme

Parmi les diverses déclarations appelant l’État d’Israël et le Hamas à un cessez-le-feu, la position de l’administration démocrate des États-Unis est symptomatique.

Le président Biden et son secrétaire d’État, Anthony Blinken, ont défendu le droit de l’État raciste d’Israël à se défendre contre les « agressions » des Palestiniens. En outre, ils refusent de revenir sur la vente de 735 millions de dollars d’armes de haute technologie à l’État d’Israël, qui les utilise pour promouvoir le massacre à Gaza. Il convient de rappeler que les États-Unis donnent chaque année 3,8 milliards de dollars US en armement à l’État d’Israël. Et ils opposent également leur veto à toute résolution au Conseil de sécurité de l’ONU s’il n’y a pas d’accord israélien.

Enfin, l’ONU fait les déclarations habituelles pour la réduction des attaques, tant des Palestiniens que des Israéliens, et pour le retour aux négociations, approuvant la mise en œuvre de la « solution à deux États », qui a toujours été injuste et qui est déjà irréalisable en raison de l’avancée de la colonisation sur des terres palestiniennes par les colons israéliens.

Quelques conclusions initiales

Le soulèvement palestinien actuel se produit spontanément et surmonte la fragmentation imposée par la colonisation israélienne en devenant un soulèvement de l’ensemble de la population à l’intérieur et à l’extérieur de la Palestine occupée. Ce fait d’importance majeure remet à l’ordre du jour la perspective de l’unité palestinienne qui a été abandonnée par l’OLP après les accords d’Oslo (1993). En outre, elle réaffirme dans la pratique la lutte pour une Palestine libre, laïque et démocratique, du fleuve à la mer, la revendication originelle de l’OLP qui a été abandonnée et remplacée par la « solution à deux États ».

Le soulèvement palestinien actuel, qui unit la société fragmentée, fait face, comme toujours, à des ennemis puissants : l’État d’Israël et ses forces militaires, policières et paramilitaires ; le soutien décisif des impérialismes américain et européen, en plus de la complaisance de l’ONU et de la « communauté internationale » ; les régimes arabes, dont plusieurs sont en voie de normalisation avec l’État d’Israël ; et la bourgeoisie palestinienne représentée par l’Autorité nationale palestinienne (ANP), qui bénéficie des affaires de l’occupation et collabore à la répression avec la puissance occupante israélienne.

Pour que le soulèvement palestinien se consolide comme une troisième Intifada, il faut une coordination locale et une coordination internationale qui représente les Palestiniens de 1948, d’Al-Quds, de Cisjordanie, de Gaza et de la diaspora, comme l’OLP l’a fait depuis la fin des années 1960 jusqu’aux accords d’Oslo. Et il faut la coordination des différentes expressions de la résistance palestinienne sous l’horizon politique du démantèlement de l’État d’Israël, pour une Palestine libre, laïque et démocratique, du fleuve à la mer. Un exemple est le mouvement des femmes palestiniennes Talat, qui affirme qu’il n’y a pas de nation libre sans femmes libres, et qui refuse de coopérer avec les organisations féministes sionistes, unissant la lutte contre le machisme à la lutte pour la libération nationale.

L’unité avec les révolutions arabes est un autre point fondamental de la stratégie de libération de la Palestine. Alors que les dictatures arabes collaborent directement ou indirectement avec l’État d’Israël, les masses arabes soutiennent les Palestiniens. L’entrée en mouvement des masses arabes constitue la principale base de soutien des masses palestiniennes, d’où la nécessité de construire des liens de solidarité.

De même, une large unité d’action pour soutenir la résistance et renforcer la solidarité internationale et les campagnes comme BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) est également fondamentale pour démasquer l’apartheid et le nettoyage ethnique dont sont victimes les Palestiniens, et pour faire pression sur les gouvernements de chaque pays.

Pour mener cette lutte jusqu’au bout, une nouvelle direction politique, révolutionnaire, est nécessaire pour la lutte pour la libération de la Palestine. Les organisations actuelles, qu’elles soient nationalistes, de gauche ou islamistes, n’ont pas de programme politique qui aille dans ce sens. La principale organisation nationaliste est le Fatah, dirigé par Mahmoud Abbas, qui dirige l’Autorité palestinienne, laquelle coopère directement avec l’occupation israélienne. Les principales organisations de la gauche palestinienne (FPLP, PFLP et PP), dans l’ombre de l’Autorité palestinienne, ont tourné le dos aux révolutions du monde arabe en soutenant des dictateurs comme Bachar al-Assad (voir l’article du journaliste Tamer Khorma, https://litci.org/pt/63807-2/). De leur côté, les organisations à orientation islamique (Hamas, Jihad islamique, Ra’am in Palestine in ’48) défendent une Palestine islamique, ce qui divise les masses palestiniennes. En outre, les relations politiques entre le Jihad islamique et la dictature capitaliste iranienne les placent contre les luttes démocratiques de la classe ouvrière iranienne, syrienne et libanaise (voir l’article de Fábio Bosco sur la relation entre la résistance palestinienne et les révolutions arabes – https://litci.org/pt/maher-al-akhras-e-os-caminhos-para-a-libertacao-da-palestina/).

Il est clair que cette nouvelle direction politique sera basée sur la classe ouvrière palestinienne, sur les paysans et les jeunes travailleurs palestiniens qui constituent les classes sociales ayant l’intérêt stratégique de vaincre l’État d’Israël, de le démanteler et de construire une Palestine libre, laïque et démocratique, du fleuve à la mer.

Pour la fin du massacre israélien à Gaza !

Soutien inconditionnel à la résistance palestinienne et solidarité internationale efficace !

Unité militaire avec le Hamas et toutes les organisations palestiniennes contre l’agression israélienne et pour la fin du blocus de Gaza ! Réparation de tous les dommages causés à la population de Gaza !

Pour que cessent les expulsions de familles palestiniennes et la démolition de leurs maisons dans le cadre du nettoyage ethnique continu !

Interdiction de la présence de forces militaires, policières ou paramilitaires israéliennes dans la vieille ville d’Al Quds, notamment sur l’esplanade des Mosquées !

Retrait immédiat de toutes les forces d’occupation israéliennes de la Cisjordanie, d’Al Quds et de toutes les villes et quartiers palestiniens ! Pour le démantèlement de l’armée et de la police israéliennes !

Pour l’annulation de toutes les lois racistes contre les Palestiniens !

Liberté pour tous les prisonniers politiques palestiniens !

Pour le droit au retour des réfugiés palestiniens !

Unification des luttes palestiniennes et construction de conseils ouvriers et populaires pour centraliser la résistance palestinienne !

Pour une nouvelle direction politique révolutionnaire pour la libération de la Palestine !

Pour la fin de l’État raciste d’Israël, de ses politiques d’apartheid et de nettoyage ethnique !

Pour une Palestine libre, laïque et démocratique, du fleuve à la mer !