sam Mai 25, 2024
samedi, mai 25, 2024

L’Ukraine face à l’invasion russe : attaquée par un impérialisme et soumise au chantage des autres

23 février 2024

Par Taras Schevchuk

Comme nous l’avons défini dès le début, l’Ukraine mène une guerre de libération nationale sur la base de son statut de pays semi-colonial. C’est pourquoi elle affronte objectivement tous les impérialismes et le système capitaliste dans son ensemble. Et les masses ukrainiennes – en particulier la classe ouvrière – se heurtent de plus en plus à leurs dirigeants politiques et militaires bourgeois, pro-impérialistes et prosionistes, qui servent également les intérêts des différents clans d’oligarques locaux. Deux ans après le début de la guerre de résistance à l’invasion et à l’occupation, les classes exploitées vivent une expérience douloureuse et sont confrontées au grand défi de surmonter les fausses illusions du soutien de l' »Occident » et d’avancer vers la révolution sociale, bien que le sens du « socialisme », pour la majorité de ceux qui résistent à l’envahisseur, soit empoisonné par le souvenir du stalinisme, qui a fait dégénérer et finalement s’effondrer l’URSS, et qui a à nouveau trahi à travers les partis héritiers du PCUS, tels que le PCU, le PSPU et d’autres satellites, qui en 2014 ont soutenu l’annexion de la Crimée par la Russie ou ont agi en tant qu’agents de l’invasion et de la partition du Donbass. En bref, la guerre de la Russie contre l’Ukraine dure depuis 10 ans maintenant.

La classe ouvrière armée a été le facteur essentiel qui a permis à l’Ukraine de résister, pendant deux ans à l’agression de l’une des plus grandes puissances militaires, et de la résistance héroïque des masses. C’est l’initiative et l’auto-organisation des masses qui ont permis de repousser l’invasion de la ville et de la région de Kiev et de refouler les envahisseurs venus de la frontière nord. Dans la région de Kiev et dans d’autres villes, le peuple s’est mobilisé et a exigé qu’on lui remette des armes. Dans un premier temps, le gouvernement a tenté de contrôler la remise des armes. Mais des dizaines de milliers d’armes ont été prises par des volontaires. Cela a contraint la Rada à adopter une loi sur la possession d’armes en raison de l’urgence de la guerre. Depuis mars 2022, la classe ouvrière, enrôlée massivement et volontairement, a constitué le sujet social fondamental des troupes au combat. Au début, il y a eu l’organisation des brigades de Défense Territoriale. Plus tard, elles ont été centralisées et disciplinées sous le commandement militaire des Forces de Défense Ukrainiennes (FDU). Malgré ces transformations et ces distorsions, nous avons assisté au cours de ces deux années à un immense sacrifice de vies pour défendre la cause de la liberté, ce qui représente en soi un exploit historique.

Tout cet énorme processus, extraordinairement progressiste, se heurte à un premier obstacle: le gouvernement Zelensky, qui est mandataire de la colonisation impérialiste. Ce gouvernement est entré en fonction en 2019 et a été le deuxième – le premier étant celui du magnat Porochenko – à émerger de la politique de réaction « démocratique » mise en oeuvre par la bourgeoisie impérialiste pour détourner l’immense soulèvement de masse qui a conduit à l’insurrection du Maïdan, qui a mis en échec la tentative bonapartiste du président Ianoukovitch et l’a contraint à s’enfuir et à se réfugier en Russie. Dans les mois qui ont précédé l’invasion, Zelensky et son parti « Serviteur du peuple » étaient déjà fortement discrédités du fait de leurs politiques néolibérales et de la perte de souveraineté du pays. Lorsque l’invasion a commencé, Zelensky n’a reçu qu’un crédit temporaire lorsqu’il a décidé de rester dans le pays et de ne pas s’enfuir.Mais au fil du temps et des rudes épreuves que subit l’Ukraine, les interrogations sont devenues de plus en plus vives quant à son rôle de chef d’Etat d’un pays en guerre, et la méfiance a grandi vis à vis de sa politique intérieure et internationale. Bien sûr, ce gouvernement, agent de la colonisation du pays, est incapable de garantir son intégrité territoriale.

En outre, le soutien ouvert de Zelensky à l’occupation sioniste génocidaire de la Palestine a isolé davantage la lutte du peuple ukrainien contre l’agression et l’occupation russes, provoquant une vague de dégoût parmi les peuples du Caucase qui avaient exprimé leur solidarité active avec la résistance ukrainienne et avaient même détaché des combattants volontaires.

D’autre part, depuis octobre dernier, les nouvelles preuves du rôle traditionnellement meurtrier de l’impérialisme yankee et de l’OTAN, avec leur soutien prioritaire inconditionnel au bourreau sioniste Netanyahou, relèguent au second plan le chacal Poutine, ses crimes de guerre et son bombardement permanent de la population civile ukrainienne. Et cette réalité est exploitée par l’appareil médiatique international financé par le régime russe.

Avdiivka et la démission de Zaloujny

Le chantage de l’impérialisme américain et de l’UE est au cœur des causes et des facteurs qui ont entraîné et déclenché le départ de Zaloujny et, quelques semaines plus tard, le retrait chaotique des troupes ukrainiennes d’Avdiivka. Les deux événements sont étroitement liés. En effet, Zaloujny, par ses interviews retentissantes aux médias impérialistes, a révélé au monde entier que la « contre-offensive » d’automne dans le Sud, dont on a tant parlé, ne pouvait être menée à bien sans avions et sans un changement qualitatif de l’armement. Il a également justifié sa plus grande prudence, en permanence, sur des fronts tels que Bakhmout ou Avdiivka, afin de sauver des vies et de minimiser les pertes face au manque permanent de munitions, d’armes de nouvelles technologies et de pièces d’artillerie à longue portée. Avec la relève de Zaloujny, un nombre important d’autres généraux ont été remplacés. Le malaise dans les forces armées se fait sentir. La personnalité politique de Zaloujny est l’une des plus populaires d’Ukraine. Son renvoi sans nouvelle position claire au sein du régime alimente les spéculations. La crise au sein du commandement militaire se poursuit au milieu d’une guerre qui exige un moral de combat toujours plus élevé. Et ce moral, tout au long de la chaîne de commandement, est désormais en déclin permanent.

Pour illustrer l’indignation des vétérans militaires, je reproduis mot pour mot les mots très durs de Roman Svitan, colonel d’aviation à la retraite, qui a combattu pendant des années, depuis 2014, pour défendre l’Ukraine contre l’agression russe dans le Donbass :

« Je dis depuis deux semaines que si nous abandonnons Avdiivka, ce sera uniquement parce qu’il n’y a pas assez de munitions. C’est un truisme. Une zone bien fortifiée ne peut être abandonnée de la sorte que pour des raisons de force majeure. Premier élément fondamental:l’absence d’aviation. Deuxièmement : l’absence totale d’obus, de balles. Cette pénurie se fait aujourd’hui sentir tout au long de la ligne de front. La faute en incombe naturellement à notre direction politico-militaire. Nous n’avons toujours pas d’obus d’artillerie et, au cours des 30 années d’indépendance de l’Ukraine, l’ensemble de la « direction » politique n’a même pas créé de réserves sérieuses ! Et ceux qui étaient au gouvernement ont permis de les faire exploser sans les renouveler. Et en deux ans de guerre, la production d’obus des calibres nécessaires n’a toujours pas été créée.

La deuxième raison est le manque d’assistance que nos « garants » étaient tenus de nous fournir en vertu du mémorandum de Budapest. Leur problème est qu’ils ont pris des engagements qu’ils n’ont pas respectés. Se cachant derrière des jeux politiques internes aux États-Unis, ils ont pratiquement donné Avdiivka à Poutine avant les élections, créant pour lui des conditions faciles pour une nouvelle « réélection ». Mais il est fort probable que tout cela soit une sorte d’accord entre Biden et Poutine, par l’intermédiaire de Burns (directeur de la CIA) et de Sullivan (secrétaire à la sécurité), grands amateurs de vodka russe !

En fin de compte, nous perdons un territoire, une zone fortifiée puissante et sérieuse et un tremplin pour une libération plus poussée du Donbass. Ce qui est important, c’est que nous avons perdu la vie de nos combattants, qui auraient pu tenir cette tête de pont et, en principe, mener d’autres actions. Aujourd’hui, la situation est bien pire : nous avons perdu des territoires et des vies, et nous perdrons dix fois plus de forces et de ressources pour libérer les positions perdues… ».

Le nouveau chef militaire OleksandrSirsky est qualifié de « boucher », car pour atteindre les objectifs militaires, il donne des ordres d’une main de fer, sacrifiant des vies et des équipements militaires, avec une armée en situation de pénurie d’armement imposée par l’impérialisme. En ce sens, comme Zelensky, Sirsky semble mieux convenir à cette perverse politique impérialiste, exprimée dans les médias internationaux, et qui consiste à accentuer les revers militaires de l’Ukraine – comme Avdiivka – d’une part, et à dissimuler le fait qu’ils sont dus à la suspension pratique des fournitures militaires, d’autre part. C’est ainsi qu’ils continuent depuis des mois à espérer qu’une partie significative des masses accepte de négocier les concessions territoriales à la Russie qu’ils réclament avec insistance depuis un an. Mais jusqu’à présent, plus de 75 % des Ukrainiens, dans presque toutes les régions, rejettent cette possibilité.

La classe ouvrière est l’avant-garde de la défense armée de l’indépendance du pays, mais nous constatons tout le contraire de la part de l’appareil répressif de l’État bourgeois ! C’est le cas du quartier général de la police anti-émeute de la ville de Dnipro, capitale de la région de Dniepropetrovsk, dont les troupes ont refusé d’aller au front au motif qu’elles n’étaient « pas entraînées au combat », alors que ces « gardiens de l’ordre public » professionnels portent des armes et sont entraînés au combat pour s’opposer violemment aux manifestations ouvrières et populaires. Et ce n’est pas un cas isolé.

La colonisation impérialiste aggrave la crise du régime ukrainien

Les pressions exercées par les États-Unis, l’UE et le FMI ne provoquent pas seulement des crises dans la sphère militaire, mais aussi dans l’ensemble des institutions du régime. Car la crise, depuis la révolution de Maïdan en 2014 a été déviée et amortie, mais ne s’est pas refermée. Et tout semble indiquer que nous entrons dans une nouvelle aggravation depuis le limogeage de Zaloujny à la tête des FDU. Et la dégradation des conditions de vie et l’accroissement des inégalités économiques et sociales au cours des deux dernières années ont joué un rôle dans cette aggravation. Crise au front et crise à l’arrière. Et une augmentation illimitée du pillage impérialiste, en particulier des ressources naturelles et des terres fertiles. Une information sur ce pillage : 2,8 millions d’hectares de terres fertiles, soit un tiers du territoire occupé par la Russie, sont détenus et exploités par des sociétés impérialistes : Kernel et IndustrialLacteos MMK du Luxembourg, TNA Corporate Solution et NCH Capital des États-Unis, Astarta Holding des Pays-Bas, PIF Saudi d’Arabie Saoudite et plusieurs sociétés ayant leur siège à Chypre, dont les capitaux peuvent être associés à des oligarques ukrainiens.

Fédération de Russie : La fausse image de solidité du régime du FSB et de Poutine

La complicité des impérialismes avec l’agression du régime de Poutine contre l’Ukraine est devenue évidente en 2014 avec l’annexion de la Crimée par une opération commando et en prétendant que « c’était une décision démocratique de la majorité russe ».  Elle s’est poursuivie avec les négociations et les « accords de Minsk » qui ont également légitimé la partition du Donbass. Aujourd’hui, face à l’invasion russe à grande échelle qui a provoqué la plus grande guerre en Europe depuis la deuxième période d’après-guerre, cette complicité est doublement mise en évidence. A commencer par les violations constantes des « sanctions » décrétées par les institutions impérialistes, de la part de leurs propres entreprises et filiales, qui ont continué et même augmenté leurs affaires avec la Russie. Mais aussi, à cause de la fausse image de puissance de l’envahisseur et de l’occupant de l’Ukraine, qui est transmise dans tous les médias mondiaux, malgré sa fragilité démontrée dans le strict domaine militaire. Et la préoccupation et l’attention de toutes les puissances en juin 2023, lorsqu’a éclaté la mutinerie militaire de Prigojine et de ses mercenaires, qui a ébranlé le régime de Poutine.

Le régime policier du FSB dans la Fédération de Russie s’est relativement bien remis de ce moment d’extrême fragilité. Prigojines’est officiellement « tué dans un accident d’avion », sa compagnie militaire « Wagner » a été dissoute et de nombreux commandants militaires soupçonnés d’avoir participé à la rébellion ont connu un sort incertain. Mais l’instabilité s’exprime dans le fait qu’à l’approche des élections présidentielles, où Poutine brigue un nouveau mandat jusqu’en 2030, toutes les candidatures présidentielles qui pourraient représenter un certain canal « officieux » d’expression du mécontentement au sein du régime ont été empêchées. Et l’assassinat de la principale figure de l’opposition, Alexey Navalny, qui purgeait une longue peine dans le Cercle polaire, représente un « message féroce » qui reflète la faiblesse plutôt que la force du régime.

Quelques jours après cet événement, alors que les médias du monde entier discutent encore de Navalny, Ivan Setchine, 35 ans, est décédé subitement. La raison de son décès a été diagnostiquée comme étant le « détachement d’un caillot de sang », paradoxalement la même que celle de Navalny. Qui est ce jeune homme qui est mort dans sa « datcha » située dans une région select réservée uniquement aux élites ? C’est le fils d’Igor Setchine, patron de la compagnie pétrolière Rosneft et de l’un des oligarques du cercle rapproché de Poutine. Igor Setchine a refusé tout accès aux services de l’Etat et a confié l’enquête sur la mort de son fils aux services de sécurité de la compagnie pétrolière. Une fois de plus, le régime poutinien révèle son « cannibalisme politique ».

Sur le terrain des masses, les pénuries se sont multipliéescet hiver. Malgré les immenses recettes en devises provenant des exportations de gaz, de pétrole, d’engrais chimiques et de la récolte de céréales, dont une grande partie a été pillée en Ukraine, ces ressources sont consacrées au budget de l’énorme machinerie et industrie militaires, ce qui entraîne une augmentation de la pauvreté et des privations, ainsi que d’énormes lacunes dans les budgets de la santé publique et de l’éducation. Cet hiver, l’approvisionnement en denrées alimentaires de base a également connu de graves problèmes, comme la « crise des œufs », qui a provoqué des troubles. D’autre part, la détérioration des infrastructures a laissé des dizaines de milliers de personnes dans les zones résidentielles sans chauffage, frigorifiées. Ainsi, malgré le régime répressif, des manifestations relativement importantes ont eu lieu dans les grands centres tels que les banlieues de Moscou, vastes et densément peuplées. Bien que l’on ne puisse pas parler de mobilisation générale, la crise et la protestation sociale naissante trouvent leur origine dans le fait que la guerre a fait 350 000 morts – sans compter les milliers de mercenaires tués – et des centaines de milliers de mutilés. Ce sont des faits qui ne peuvent plus être cachés derrière le pseudonyme pervers « opération militaire spéciale« . À la veille des élections, le régime évite de parler de recrutement massif et donne la priorité à la chasse aux travailleurs migrants et aux régions périphériques sous forme de contrats.

L’oppression grand-russe de nombreuses autres nationalités est le facteur le plus dynamique qui met en évidence l’un des points les plus vulnérables de la Fédération de Russie. La guerre a exacerbé à l’extrême l’oppression historique des dizaines de peuples et de nationalités non russes de la Fédération de Russie, les hommes étant envoyés en masse sur les lignes de front, dans certains cas sous la forme d’une extermination ethnique. La colère et la haine croissantes se sont manifestées de manière aiguë dans différentes parties de la vaste géographie russe. En 2022, ce fut le Daghestan, puis la Yakoutie et d’autres. Les affrontements les plus récents ont eu lieu dans la république autonome du Bachkortostan, à l’est de l’Oural, où vit une vaste population connue sous le nom de Bachkirie, majoritairement musulmane. Des rassemblements de plusieurs milliers de personnes et des affrontements sanglants avec l’OMON (forces de choc fédérales) au milieu de la steppe gelée ont eu lieu à la suite de l’arrestation et de la condamnation, dans le cadre d’un simulacre de procès, d’un activiste national bachkire qui dénonçait la profanation, par des mégaprojets d’extraction, de montagnes qui sont des sanctuaires religieux traditionnels.

Nous ne pensons pas qu’un processus de mobilisation à grande échelle soit l’hypothèse la plus probable à court terme. Cependant, le régime FSB-Poutine est confronté à une crise profonde, qui semble presque cachée à la majeure partie du monde en raison de la complicité de tous les impérialistes, pour des motivations internes et géopolitiques diverses, et même contradictoires.

Le jeu des intérêts dans le contexte de la crise de l’ordre mondial

Ce n’est pas l’objet de cet article de les détailler. Mais les motivations des États-Unis ont été énoncées il y a longtemps par l’idéologue contre-révolutionnaire et décrépit Henry Kissinger. Il avertissait qu’une défaite retentissante de Poutine pourrait conduire à une déstabilisation du vaste espace eurasien, ce qui compliquerait encore le maintien de l’hégémonie américaine. L’occupation sioniste de Gaza et le génocide en Palestine déclenché depuis octobre dernier affectent l’ensemble de la domination du Moyen-Orient, ce qui aiguise la crise du régime bipartisan américain et affaiblit davantage les chances de la réélection prévue de Biden, tout en donnant de plus grandes marges au chantage républicain qui paralyse l’aide à l’Ukraine et donne de l’air aux aspirations de Trump. Les impérialismes de l’UE restent dépendants de l’énergie et du carburant de la Russie et de son commerce avec la Chine. D’autre part, une partie importante des États de l’UE boycotte les importations agricoles et de produits industriels de base de l’Ukraine. Et pour la Chine, la permanence du régime de Poutine représente une opportunité d’importer du pétrole et du gaz à des prix avantageux, d’étendre ses marchés à l’ensemble du territoire de la Fédération de Russie et de progresser dans la colonisation des anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale.

En bref, la Russie n’est pas invulnérable face à une guerre prolongée. Cette guerre est une confrontation entre deux faiblesses et NON PAS entre deux forces. En d’autres termes, il s’agit de savoir qui est capable d’endurer un sacrifice prolongé.

Les impérialistes occidentaux qui font pression sur la marionnette de Kiev misent sur la démoralisation de la résistance ukrainienne.

Nous qui connaissons et combattons l’hypocrisie sans bornes des impérialistes, nous avons dénoncé dès le début de l’invasion le fait que le prétendu « soutien à l’Ukraine » de l' »Occident démocratique » était subordonné à sa candidature à l’ordre mondial en crise d’hégémonie et à l’objectif de coloniser l’Ukraine ou ce qu’il en reste. En ce sens, la doctrine Kissinger de partition de l’Ukraine pour empêcher l’effondrement du régime poutinien a été imposée.

Washington et l’OTAN ont boycotté, sous les prétextes les plus absurdes, la fourniture d’avions F-16 et d’armes offensives à longue portée. Et depuis Kiev, ils mettent en œuvre leur part de la doctrine : les attaques du régime (gouvernement et parlement) contre les conditions de vie de la classe ouvrière et les droits syndicaux en Ukraine, avec le projet du nouveau KZoT, le code du travail ; et la nouvelle loi sur le service militaire dans les FDU.

La réponse des masses à cette situation ne se fait pas attendre.

Les mobilisations et l’organisation des familles des soldats se multiplient, qui exigent la rotation des soldats au combat et la réduction de la période de service au front à 18 mois (actuellement, elle est de 36 mois), afin de permettre à d’autres soldats de combattre en première ligne. Les experts en la matière affirment que si la rotation est appliquéesans les privilèges agaçants, l’effectif global des troupes le permettra. Les actions de protestation des étudiants et des citadins concernant les griefs économiques et sociaux découlant des difficultés de la guerre se sont multipliées. Il y a également eu des actes désespérés de violence individuelle dans l’enceinte d’une mairie, qui ont reçu de nombreuses expressions de solidarité avec l’événement. C’est l’expression d’une tension sociale croissante.

Pendant ce temps, dans les usines et les entreprises, les recherches pour le recrutement des ouvriers sont devenues plus fréquentes et plus rigoureuses. Dans le même temps, des scandales de corruption éclatent en raison des cas d’évasion fiscale payés par les secteurs sociaux les plus fortunés.

Les différents secteurs des masses résistent du mieux qu’ils peuvent, pour l’instant en ordre dispersé. Dans les rangs syndicaux, le KVPU, Confédération des syndicats libres d’Ukraine, qui comprend le Syndicat indépendant des mineurs d’Ukraine, le NPGU, et ses militants des mines de charbon, de fer et d’uranium, qui, bien que réduits en nombre par les fermetures de mines et d’usines de traitement du minerai, maintiennent une tradition de lutte parce qu’ils ont affronté les privatisations des années 1990par des grèves. Ils ont déjà fait face à Zelensky en 2020 par des grèves et des mobilisations. Le KVPU comprend également le Syndicat libre des cheminots d’Ukraine, VPZU, qui joue un rôle très important dans le transport de passagers et de marchandises. Tous dénoncent sans ambages le fait que ce nouveau projet de loi conduit à un code esclavagiste, qui contredit toutes les conventions internationales de l’OIT et les lois de l’Europe « démocratique » à laquelle le gouvernement de Zelensky aspire à adhérer.

Les leçons d’années de guerre : seule la classe ouvrière peut conduire à la victoire

Ce que Léon Trotsky a exprimé il y a 85 ans est une fois de plus confirmé avec une clarté absolue dans la question ukrainienne :

« LaQuatrième Internationale doit comprendre clairement l’importance énorme de la question ukrainienne non seulement dans le destin de l’Europe de l’Est et du Sud-Est, mais de l’Europe dans son ensemble. Il s’agit d’un peuple qui a prouvé sa vitalité, numériquement égal à la population de la France et qui occupe un territoire exceptionnellement riche et, de surcroît, de la plus grande importance stratégique. La question du destin de l’Ukraine est pleinement posée. Il faut un mot d’ordre clair et précis, qui corresponde à la nouvelle situation. A mon avis, il n’y a actuellement qu’un seul mot d’ordre : Pour une Ukraine soviétique des ouvriers et des paysans, unie, libre et indépendante » …

Dans cette perspective, nous devons combiner la guerre de libération nationale avec la lutte pour l’indépendance politique de la classe ouvrière en vue de sa libération sociale. Et c’est cette combinaison qui fait peur à Poutine et à tous les autres impérialistes. Car l’histoire a prouvé que la période de l’Ukraine indépendante a commencé avec la révolution des soviets en 1917. Et l’indépendance réelle – la seule connue dans l’histoire du pays – n’est apparue qu’avec un pouvoir aux mains de la classe ouvrière et des paysans ukrainiens armés et par une politique claire d’autodétermination nationale de la part des bolcheviks.

Programme d’action pour avancer vers la victoire

Cette guerre a pour but de libérer le pays et de chasser les occupants. Si sur le front, la classe ouvrière est en première ligne, c’est elle qui doit décider du pouvoir à Kiev. Nous rejetons le fait que la guerre soit devenue une affaire pour les oligarques et les entreprises étrangères. Assez de privilèges ! Qu’ils se sacrifient tous ! Des centaines de milliers de travailleurs se gèlent dans les tranchées au front, tandis que les entreprises licencient les travailleurs et réduisent leurs salaires de moitié à l’arrière. Pendant ce temps, les ministres et les députés élaborent des lois pour accroître les profits des capitalistes.

Consacrer toutes les ressources du pays au service de la victoire militaire contre les occupants ! Donner la prioritéaux soldats et aux brigades de la Défense Territoriale ! Pleins salaires et allocation vers la défense de toute la main d’œuvre disponible dans l’industrie ! Nationalisation de toutes les entreprises liées à la défense nationale, sous le contrôle des travailleurs !

Limitation de l’arbitraire des chefs militaires ! Respect pour les troupes qui risquent leur vie dans les tranchées avec peu de munitions ! Approvisionnement des brigades de Défense Territoriale sur un pied d’égalité ! Jusqu’à présent, les victoires militaires ukrainiennes ne sont dues qu’aux sacrifices et aux efforts du peuple travailleur. Le peuple sait que l' »Occident » l’a laissé tomber. Seuls quelques-uns des armements promis sont arrivés, avec des retards, des pénuries et la plupart d’entre eux sont défectueux. Nous exigeons des avions de combat et des armes pour l’Ukraine !

Lutte contre la corruption par ceux qui sont en première ligne ! Tous les achats des forces armées doivent être contrôlés par des comités de soldats élus dans les régiments eux-mêmes! Les ressources destinées à la guerre contre l’occupant, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, sont dilapidées par le profit, la corruption et le pillage des biens de l’État ! Le gouvernement ne parvient pas à lutter contre la corruption parce qu’il en fait partie. Il remplace certains fonctionnaires par d’autres tout aussi corrompus ou incapables. Il y a des moyens. Le peuple a collecté massivement des fonds pour l’armée. Exigeons urgemment des pensions pour les familles des soldats tombés au combat, et une assistance gratuite pour les blessés et leurs familles !

Non au remboursement de la dette extérieure ! L’Ukraine est en guerre contre une invasion impérialiste et l’occupation génocidaire d’une dictature, Exigeons du FMI et de la Banque européenne l’annulation de sa dette extérieure ! L’hypocrisie des puissances impérialistes, qui déclarent leur soutien et s’apprêtent à encaisser la facture comme des usuriers, est révélée au grand jour.

Non à l’adhésion à l’OTAN et à l’UE ! Au cours de la guerre, l’OTAN a clairement indiqué que l' »aide matérielle » n’était ni proportionnelle ni adaptée aux besoins urgents de la résistance ukrainienne, et ce parce que cette « aide » sert en fait les intérêts de l’impérialisme européen et américain et vise à remplacer la domination du régime russe sur la partie non occupée de l’Ukraine par une domination de l’UE. Les plans de « reconstruction » convenus entre Zelensky, l’UE et le FMI renforceront la domination coloniale de l’État ukrainien. C’est pourquoi il est important de défendre l’intégrité territoriale d’une Ukraine réellement unie, indépendante et libre.

Expropriation de tous les biens des oligarques russes et des entreprises associées au régime de Poutine en Ukraine ! Il est scandaleusement paradoxal que, l’Ukraine ayant été envahie par la Russie, tous les actifs substantiels de ses nombreux oligarques dans le pays n’aient pas été expropriés. Cela permettrait d’obtenir les ressources nécessaires sans s’endetter davantage à l’étranger et de créer des conditions dignes pour les soldats au front et la population à l’arrière.

Pour une organisation politique indépendante de la classe ouvrière ! Seule la classe ouvrière ukrainienne, alliée au reste du prolétariat européen et mondial – et faisant appel en particulier à la solidarité des travailleurs de Biélorussie et de Russie – peut prendre en main ces tâches de défense nationale et mener à la victoire.

Solidarité internationale des travailleurs et des peuples

C’est là le seul soutien efficace et cohérent pour une solution positive de cette guerre et pour éviter la démoralisation. Notre objectif est que la classe ouvrière, qui est le principal sujet social de la guerre de libération, nourrisse la construction du sujet politique, leparti ouvrier révolutionnaire d’une Ukraine indépendante avec un gouvernement des travailleurs des villes et des campagnes.

Pour renforcer la résistance des travailleurs ukrainiens, nous devons continuer à développer et à coordonner toutes les initiatives actuelles de solidarité internationale de la classe ouvrière, telles que celles du Réseau international de solidarité syndicale RSISL, du Réseau européen de solidarité avec l’Ukraine et du Réseau de solidarité avec l’Ukraine aux États-Unis.

Cette solidarité internationale de classe montre que le nationalisme (quel qu’il soit) n’a pas démontré ses capacités, mais son impuissance, car il ne fait qu’apporter son projet de soumission à d’autres puissances et institutions impérialistes.

Ces articles peuvent vous intéresser

Découvrez d'autres balises

Artigos mais populares