sam Mar 02, 2024
samedi, mars 2, 2024

L’ENGAGEMENT DE LA LIT-QI DANS LA RÉSISTANCE UKRAINIENNE. LA LUTTE CONTINUE !

Le 24 août a marqué un an et demi depuis l’invasion de l’Ukraine par Poutine, et il n’y a toujours pas de fin en vue. Nous reproduit ci-dessous un extrait de la résolution sur l’Ukraine adoptée lors du 15e Congrès mondial de la LIT-QI.

LIT-QI – 20 septembre 2023

La campagne continue pour la victoire de la résistance ouvrière ukrainienne !

L’état de la guerre et les perspectives les plus probables

La contre-offensive ukrainienne a commencé à la fin du mois de juillet et progresse lentement. Bien qu’il y ait eu des avancées significatives au cours de la deuxième quinzaine d’août  une tête de pont  en Crimée et sur le front sud, la cause première de cette lenteur est le manque d’armement offensif, en particulier d’avions de combat. D’autre part, le retard des puissances occidentales à fournir des armes antiaériennes et de l’artillerie à longue portée – retard que nous avons dénoncé à maintes reprises – a donné à la Russie neuf mois de répit pour fortifier des centaines de kilomètres de lignes de défense dans les territoires occupés et miner massivement le terrain de la ligne de front.

Le soulèvement de la milice Wagner du 24 juin a révélé la faiblesse du régime oligarchique et policier de Poutine. Un régime centré sur l’institution du FSB et son Bonaparte , qui subordonne le reste des forces armées. Les purges au sommet de l’armée ont atteint plusieurs dizaines de généraux et d’officiers du service de renseignement militaire. Cela a affecté qualitativement la conduite médiocre de la guerre qui préexistait, dénoncée même par Prigojine et ses mercenaires.

Après la mutinerie de la milice Wagner, les masses ont pris conscience de la vulnérabilité de la dictature en voyant le chef mercenaire du soulèvement militaire, accusé de « trahison contre l’État », entrer au Kremlin avec ses 35 commandants pour rencontrer Poutine.

Deux mois plus tard, le « crash » de l’avion transportant « officiellement » le propriétaire de la milice Wagner et certains de ses commandants les plus importants, est interprété dans le monde entier comme la réponse inévitable du Bonaparte, punissant celui qui a montré sa fragilité et sa lâcheté. Mais cet apparent « dénouement » est loin de calmer les turbulences au sein du régime et du commandement militaire, car le bâtiment de la milice Wagner de Saint-Pétersbourg est devenu un sanctuaire de Prigojine. D’autre part, cette situation ne permet pas de résoudre les graves revers du front, dus au moral très bas des troupes.

Au niveau des masses ouvrières et populaires de la vaste Fédération de Russie, le mécontentement et l’incertitude grandissent. La première expression en a été l’exode massif de près d’un million d’hommes pour échapper à la conscription il y a dix mois, et les actions de répudiation de certaines nationalités opprimées dans le Caucase et en Sibérie orientale. Dans certaines d’entre elles, comme la Yakoutie, les aspirations sécessionnistes se développent.

Mais il n’y a pas encore d’actions de masse. Le régime prépare un nouveau recrutement compulsif, qui pourrait provoquer un changement drastique dans les masses. Pour l’instant, il y a eu des actes de sabotage individuel au siège des commissariats militaires et des plaintes écrites dans des lieux publics concernant la situation économique ou la récente montée du dollar.

En retour, le régime de Poutine mise sur l’accélération de ses accords de fourniture d’armes avec l’Iran – une usine iranienne de drones Shajid est même déjà installée au Tatarstan (autonomie musulmane) au sein de la Fédération de Russie. Il intensifie également sa colonisation du Belarus et d’autres républiques d’Asie centrale. Et maintenant, il intensifie sa présence et ses interventions en République centrafricaine, au Mali, au Soudan et dans d’autres dictatures.

L’utilisation de missiles et de drones pour attaquer l’ensemble du territoire ukrainien et le désespoir des commandants militaires russes face à la contre-offensive ukrainienne à Zaporozhie font peser la menace aiguë d’une catastrophe nucléaire à la centrale d’Energodar. À cela s’ajoute la catastrophe environnementale causée par le réseau de mines et la contamination de l’eau et d’autres ressources à la suite des bombardements.

Les intérêts divers et contradictoires de toutes les puissances impérialistes et de leurs institutions telles que l’OTAN font pression sur l’Ukraine pour qu’elle accepte de négocier les annexions russes. Cela se traduit par des atermoiements persistants et un refus manifeste d’armer l’Ukraine avec des avions de combat modernes, sous des prétextes toujours plus absurdes. Les discussions secrètes entre la CIA et le FSB[1] depuis la fin de l’année 2022 ont été rendues publiques et saluées par la presse américaine. Les discours divergents des différentes ailes du département d’État, des militaires et des diplomates étasuniens, ainsi que les attentes frustrées concernant l’absence de définition de l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN lors du récent sommet en Lituanie, ont créé un malaise et mis à rude épreuve le gouvernement de Zelensky.

Dans ce cadre, la Conférence d’Arabie Saoudite s’est déroulée « sans la présence de la Russie » et avec l’aide de l’Ukraine. Elle comptait sur la présence de la Chine et d’un groupe de pays beaucoup plus global. Le but : que le gouvernement ukrainien écoute « diverses initiatives de paix ».

La politique impérialiste des États-Unis et de l’UE vise la gigantesque entreprise de « reconstruction » d’après-guerre et la colonisation de la plus grande partie « inoccupée » de l’Ukraine, qui est déjà endettée à hauteur de milliards pour de longues décennies.1

En bref, toute la politique a été synthétisée dans la récente proposition, beaucoup plus flagrante et trompeuse, glissée par un chef subalterne de l’OTAN au gouvernement ukrainien : « Garantie de sécurité » avec adhésion à l’OTAN, commençant par la cessation de la guerre et le début d’un processus de négociation, qui impliquera des concessions sur les territoires occupés.

Certains analystes supposent que l’intérêt des États-Unis de faire avancer cette proposition est d’attacher une ligne de vie au régime de Poutine afin de l’éloigner de l’influence croissante de la Chine et d’empêcher la poursuite de la collaboration militaire entre la Russie et la Chine.

D’autre part, les accords de coopération militaire directe de la Russie avec la Corée du Nord (qui prévoient l’envoi de munitions, de soldats entraînés et de combinaisons pour les industries) sont un autre élément qui démontre l’urgence de la Russie.

Cette pression a suscité une forte réaction de la part des militaires ukrainiens, qui s’est traduite par des déclarations au Washington Post de Valery Zaluzhniy, le commandant des forces armées – ZSU (acronyme ukrainien) : « Ils ne nous dicteront pas comment faire la guerre et jusqu’où aller« . Depuis lors, les frappes ukrainiennes sur des cibles militaires et de renseignement se sont multipliées dans diverses régions du territoire russe, notamment dans la ville de Moscou, en Crimée et en mer Noire.

En général, lorsqu’il est devenu clair que l‘Ukraine n’adhérera pas à l’OTAN et qu’aucune date précise n’a été fixée, les médias et les réseaux ukrainiens se sont montrés sceptiques et méfiants à l’égard du « soutien » des puissances « occidentales ». Ils sont indignés que l’on reproche à l’Ukraine son « manque de gratitude pour l’aide reçue« . Dans le même ordre d’idées, il y a même eu des croisements diplomatiques amers avec la Pologne, qui agit comme un agent servile des Etats-Unis en Europe de l’Est.

Tout cela prend racine dans la classe ouvrière et la population ukrainienne. Malgré la plus grande expérience acquise par les combattants, le nombre et la fréquence des pertes sur les fronts les plus durs (Donbass et Zaporizhia) augmentent également. Cependant, parallèlement à la fatigue due aux difficultés croissantes et aux pertes causées par le bombardement aveugle permanent de l’ensemble du territoire du pays, une expérience douloureuse est faite avec l' »Occident riche et démocratique », qui donne lieu à une avancée dans la conscience anti-impérialiste d’une classe ouvrière qui a appris à manier les armes de guerre modernes. Et c’est ce qui inquiète les puissances impérialistes et les classes dirigeantes en Ukraine.

L’urgence et les exigences de la guerre ne suffisent plus au gouvernement Zelensky et à la Rada pour continuer à préserver les profits capitalistes, pour couvrir les cas fréquents de corruption dans toutes ses institutions, et pour justifier ses attaques contre le niveau de vie des masses et contre les organisations syndicales.

Face à cette pression des masses, qui s’exprime avec acuité dans la chaîne de commandement des troupes au front, Zelensky est contraint de manœuvrer, en opérant des changements qui donnent la priorité dans le commandement aux combattants des zones occupées, en raison de leur « connaissance du terrain » et de leur meilleur moral au combat. D’autre part, face aux scandales de corruption, tous les chefs des commissariats militaires sont remplacés par des officiers militaires ayant une expérience du combat.

La méfiance des masses à l’égard de l’establishment politique a contraint ce dernier à reporter les élections législatives de cette année à l’année prochaine. La seule institution qui bénéficie à ce jour d’un soutien majoritaire sont les ZSU. Les panneaux monumentaux de soutien et de confiance dans les ZSU et les collectes ou les dons, non seulement de certains oligarques comme Rinat Akhmetov et des entreprises, mais aussi de la population en faveur des ZSU, sont frappants.

En bref, deux forces contradictoires agissent sur les masses populaires ukrainiennes. L’une, la campagne de démoralisation et d’usure permanente des pouvoirs en place, qui fait pression sur le gouvernement et vise à générer un sentiment d’impuissance face à l’agression contre-révolutionnaire de l’impérialisme russe. Et l’autre force, celle des masses, qui découle de leurs aspirations à la liberté et à la souveraineté et d’un fait évident : par leur héroïsme et leur sacrifice, elles ont su résister pendant 18 mois, et jusqu’à présent, arrêter et repousser la « Deuxième Armée du Monde ».

Plusieurs pronostics se dégagent de cet antagonisme. Le plus probable est que la guerre se prolonge au moins jusqu’au milieu de l’année prochaine. D’autres scénarios ne sont pas à exclure : l’un, de plus en plus probable, est que le front russe s’effondre en raison de la crise persistante du régime, et que de nouveaux revers successifs accélèrent encore la démoralisation de ses troupes. Ou bien, dans le cas où les pressions du front contre-révolutionnaire de toutes les puissances impérialistes sur le gouvernement bourgeois ukrainien s’intensifient, la moins probable, que cela décourage les masses. Ou bien, que ce gouvernement capitule et qu’il y a une réaction de masse contre le gouvernement.

Notre programme et nos mots d’ordre :

Pour le prolétariat mondial :

Des armes, de l’artillerie à longue portée et des avions de combat pour l’Ukraine ! L’invasion de Poutine doit être vaincue ! Les occupants russes doivent quitter l’ensemble du territoire ukrainien ! Il n’y aura de paix que sans annexions !

Annuler la dette extérieure de l’Ukraine envers le FMI et tous les usuriers impérialistes !

NON à l’OTAN, les États-Unis et l’UE, qui poursuivent leur pillage impérialiste et prévoient de l’accroître, tout en renonçant à la souveraineté et à l’intégrité de l’Ukraine, en négociant les annexions avec Poutine !

Rapatriement de tous les Ukrainiens déportés dans les camps de concentration et récupération des milliers d’enfants enlevés et séparés de leurs parents.

Punition de tous les criminels de guerre, à commencer par Poutine, Loukachenko et tous les militaires génocidaires.

Liberté pour tous les prisonniers politiques des dictatures de Poutine et de Loukachenko, en particulier pour ceux qui sont emprisonnés pour s’être opposés à l’invasion de l’Ukraine.

Pour le prolétariat ukrainien dans la résistance :

Nous dénonçons toutes les « initiatives de paix » qui menacent l’intégrité territoriale de l’Ukraine !

Confiscation de tous les biens et entreprises russes et des oligarques ukrainiens qui continuent à servir le régime agresseur !

Centralisation de l’économie dans les mains de l’Etat, sous le contrôle des travailleurs au service de la défense nationale !

Toute l’économie et les ressources de la nation au service de la victoire dans la guerre et non des profits des oligarques et des sociétés transnationales !

_____________

1. Données actuelles sur la dette. Comme notre camarade Y. l’a répété avec une ironie amère lors de la tournée européenne : « L’impérialisme russe nous tue pour continuer à nous voler, les autres impérialistes regardent et promettent qu’ils nous défendront pour continuer à voler ceux qui restent en vie« .


[1] Service fédéral de sécurité de la fédération de Russie, anciennement KGB.

Ces articles peuvent vous intéresser

Découvrez d'autres balises

Artigos mais populares