Home Cuba CUBA: Après le 15 novembre, redoubler d’efforts pour la libération des prisonniers...

CUBA: Après le 15 novembre, redoubler d’efforts pour la libération des prisonniers politiques

La dénommée « Marche civique pour le changement », appelée par la plateforme « Archipiélago », ne s’est pas concrétisée. La Havane s’est réveillée en étant complètement militarisée. Les principaux organisateurs de la manifestation ont été arrêtés, ont disparu ou ont été empêchés de quitter leur domicile par des bouclages policiers accompagnés d’actes de dénonciation (escraches) par des foules fidèles au régime. La veille, le bâtiment où se trouvait Mora Yunior García, leader de l' »Archipiélago » qui avait annoncé une « marche solitaire », était encerclé par des dizaines de policiers et un dispositif militaire pro-gouvernemental.

Par la Ligue internationale des travailleurs (LIT-QI), le 17 novembre 2021

Le régime a toujours essayé de donner une image de normalité, malgré les centaines de policiers et de militaires qui ont parcouru les principaux points de la capitale. Le gouvernement a organisé des activités à l’occasion de la reprise de l’année scolaire, du 502e anniversaire de la fondation de La Havane et, surtout, des célébrations de la réouverture du tourisme après la pandémie, le principal business existant entre la haute hiérarchie des forces armées et l’impérialisme européen. Pendant que Miguel Díaz-Canel souriait aux photographes de Granma, des dizaines d’opposants étaient assiégés dans leurs maisons, beaucoup d’entre eux ont été arrêtés et ont même disparu. Le décompte préliminaire indique que du 3 novembre à ce jour, il y a eu 56 arrestations, dont 27 ont eu lieu le jour de la manifestation. Sur cette liste, huit personnes sont toujours portées disparues et 21 sont toujours en prison[1].  Ces militants rejoignent les plus de 650 prisonniers politiques qui restent en détention à la suite des manifestations historiques du 11 juillet[2].

Le régime a réussi à empêcher le 15N, même s’il est loin d’avoir étouffé le mécontentement populaire et évité d’éventuelles explosions sociales semblables à celles du 11 juillet.

Son seul recours pour désamorcer le 15N était l’imposition d’un véritable climat de terreur. Alors que l' »Archipiélago » demandait une autorisation officielle, les dirigeants cubains ont non seulement interdit la manifestation, mais ont prévenu que ses organisateurs subiraient tout le poids de la loi. Ils ont intensifié la sinistre campagne de calomnies et de menaces. Ils ont serré plus fermement la vis de la répression. Quelques semaines avant le 15N, le régime cubain a prononcé des peines sommaires allant jusqu’à 25 ans de prison à l’encontre des manifestants du 11 juillet. L’intention était d’afficher des « punitions exemplaires », pour semer la peur. Il y a eu des licenciements et toutes les formes d’intimidation. Dans la dernière ligne droite, les opérations de gangstérisme devant les maisons des opposants et la militarisation de la capitale ont achevé d’empêcher la manifestation.

Cependant, comme nous l’avons dit, rien n’est perdu. La vie politique cubaine sera marquée par avant et un après 11 juillet. Les difficultés matérielles et l’oppression de la botte dictatoriale deviennent chaque jour plus insupportables. Personne ne peut exclure de nouvelles explosions, de nouvelles protestations, spontanées ou non, car la situation objective reste désespérante et parce que le peuple cubain, courageux, a su et saura comment imposer sa libération.

La plateforme « Archipiélago », qui a le mérite d’essayer de donner une continuité dans la rue à l’explosion populaire du 11 juillet, a mis en évidence le coup d’intimidation et le siège terrible imposé par la dictature. Les jours précédents, on a pu constater, surtout chez les principaux porte-parole du groupe, une accentuation du discours pacifiste. L’annonce de la « marche solitaire » de Yunior García tenant une rose blanche, une action individuelle qui aurait eu un effet purement symbolique, a semé la confusion. Elle a été interprétée comme un « changement de stratégie », ce qui a probablement donné lieu à un sentiment de repli et de démobilisation. Le débat sur la manière d’affronter une dictature féroce, prête à toutes les violences contre toute opposition, doit se renforcer parmi les militants cubains à la lumière du bilan du 15N.

LIT-QI a soutenu le 15N et continuera à être solidaire des initiatives qui se confrontent à la dictature capitaliste cubaine, qui promeuvent l’organisation indépendante et la mobilisation populaire pour gagner les libertés démocratiques et améliorer les conditions de vie de la classe ouvrière. Nous le faisons et nous le ferons dans la perspective de donner à ces luttes un profil qui ne soit pas seulement anti-dictature, mais ouvertement socialiste et anti-impérialiste. Pour cette raison, nous réitérons notre rejet de toute ingérence impérialiste dans le processus et mettons en garde nos frères de classe à Cuba contre les intérêts néfastes de Washington et de Miami. On ne peut faire aucune confiance à l’impérialisme et à ses agents. Notre perspective de lutte contre la dictature s’inscrit dans la stratégie d’une nouvelle révolution socialiste sur l’île, qui récupère toutes les conquêtes de 1959.

La tâche immédiate, au-delà de l’équilibre politique des nombreux facteurs qui ont influencé le 15N, est de redoubler d’efforts, à l’intérieur et à l’extérieur de Cuba, pour la libération de tous les prisonniers politiques ; la garantie totale de la liberté d’expression, de réunion, d’organisation et de manifestation ; la fin de tous les actes de dénonciation contre les opposants au régime. La lutte ne fait que commencer. Chaque expérience, débattue démocratiquement, doit renforcer le mouvement qui s’est réveillé le 11 juillet.

Pour le droit du peuple cubain à s’exprimer, à se réunir, à s’organiser de manière indépendante et à manifester !

 Liberté pour les prisonniers politiques à Cuba !

 Pas d’ingérence impérialiste sur l’île !

 A bas la dictature capitaliste de Díaz-Canel !

 

[1] Voir: <https://www.facebook.com/119947266958317/posts/191518743134502/>.

[2] Voir: <https://twitter.com/justicia11j/status/1460496346461396993?t=anEh-ZGa8hek_qq5XV89Jw&s=19 >.