Home ARGENTINE Campagne pour la libération de Daniel Ruiz ! Contre la répression en...

Campagne pour la libération de Daniel Ruiz ! Contre la répression en Argentine !

SHARE
Daniel Ruiz, dirigeant bien connu du syndicat des pétroliers à Chubut en Argentine et dirigeant du Parti Socialiste des Travailleurs Unifiés, section de la LIT en Argentine a été arrêté arbitrairement ce 12/09. Cet outrage fait partie de la persécution de Sebastián Romero, dirigeant syndical de General Motors pour avoir défendu les retraités lors de la journée de mobilisation massive réprimée brutalement ce 18 décembre 2017. Une fois de plus, le gouvernement Macri poursuit et arrête ceux qui combattent aux côtés des travailleurs et du peuple. Le jour de son arrestation, le camarade Daniel accompagnait la lutte héroïque des ouvriers du chantier naval de Rio Santiago dans la mobilisation et les actions menées contre l’ajustement du gouvernement. Il a aussi participé activement à l’organisation des manifestations qui auront lieu contre la réunion du G20 à Buenos Aires début décembre 2018.
C’est cette justice des patrons qui détient aujourd’hui notre camarade Daniel Ruiz. Ils ont fouillé son domicile, et à partir de ce moment-là, il a été détenu et maintenu au secret dans la Division des Menaces et des Intimidations publiques, dans la Capitale fédérale. Daniel Ruiz est détenu pour sa lutte infatigable contre l’application des réformes du travail et des pensions.
Nous rejetons fermement sa détention et exigeons sa libération immédiate. Nous appelons toutes les organisations syndicales, politiques et des droits de l’homme à se joindre à la campagne internationale pour sa libération.
A bas la répression !
Pour la fin des persécutions politiques aux activistes syndicaux et combattants en Argentine, en particulier le camarade Sebastian Romero !
Pour la libération immédiate du camarade Daniel Ruiz !

Modèle de motion: 

À la Cour fédérale n ° 12, au juge fédéral Sergio Torres:

En tant que………………………., nous nous adressons à vous pour exiger la libération immédiate de Daniel Ruiz, dirigeant du syndicat des pétroliers, dirigeant politique du PSTU et membre du Réseau syndical international.

Daniel Ruiz a été arrêté le 12 septembre dernier sur ordre de cette cour, en revenant d’une mobilisation en faveur des travailleurs du chantier naval Río Santiago. Deux jours plus tard, le juge Sergio Torres a rejeté la demande de libération demandée par ses avocats et Daniel Ruiz a été transféré à la prison de Marcos Paz.

Son arrestation est liée à sa participation à la marche massive du 18 décembre contre la réforme des retraites. Cette Cour suit une hypothèse du Bureau du Procureur, selon laquelle Daniel aurait pu être impliqué dans des événements plus graves, entravant le fonctionnement normal du Congrès.

Il s’agit d’une détention arbitraire, fondée sur des hypothèses, contraire au droit de se manifester, ce qui convertit le fait de se manifester en crime.

Le rejet de sa demande de libération invoque des raisons avec un manque similaire de justification, telles que le fait que sa liberté pourrait entraver la recherche de Sebastián Romero, étant donné que les deux appartiennent au même parti politique. Cette conjecture confère à l’arrestation de Daniel le caractère de persécution politique, tout comme la persécution dont est victime Sébastien, pour les mêmes événements du 18 décembre.

Nous considérons l’arrestation de Daniel Ruiz comme une grave violation des droits démocratiques fondamentaux, tels que le fait de défendre des idées contraires à celles du gouvernement et de ne pas être persécutée pour cela, de manifester, de se réunir syndicalement et politiquement ; cette arrestation est contraire à la présomption d’innocence face à une accusation et jusqu’à preuve de culpabilité.

En vertu de ces abus, nous demandons la libération immédiate de Daniel Ruiz, tout comme nous demandons celle de tous les prisonniers pour être engagés dans la lutte, et la cessation de la persécution de combattants comme Sebastián Romero.

(à envoyer à l’email: jncrimcorrfed12@pjn.gov.ar

avec copie à libertadadanielruiz@gmail.com et à litci@terra.com.br) 

La compagne de solidarité parcourt le monde
Il y à déjà des organisations syndicales et politiques ainsi que des personnalités de 13 pays qui se sont déjà pris position pour la libération du camarade. Chez nous, l’assemblée des délégué de la CGSP-ALR Bruxelles s’est prononcé pour sa libération, des travailleurs de l’usine Vache Bleue à Nivelles, la délégation du SETCa du Centre d’Action Laïque ( C.A.L), la délégation de Molenbeek-Saint-Jean , de Saint-Josse et de Saint Gilles de la CGSP-ALR Bruxelles, des travailleurs du nettoyage d’ISS à l’Université Libre de Bruxelles, la Ligue Communiste des Travailleurs (LCT),  le Parti Socialiste de Lutte (PSL/LSP),   la CGSP-ALR de Bruxelles, Comité Unité, Organisation Socialiste Internationaliste (OSI)
Angleterre : Conférence des Syndicats (TUC) de Liverpool Brésil :CSP-CONLUTAS, Centrale Sindicale et Popular (motion avec signature de 50 syndicats) FENAMETRO, Fédération nationale des conducteur de métro.FENTECT- Fédération nationale des travailleurs des postes, télégraphes et sociétés similaires- Union des pétroliers de Pará, Amazonas Maranhão et Amapá – Syndicat des métallurgistes de San José Dos Campos. Syndicat des métallurgistes d’Itajuba et de la Región Minas Gerais – SINSEF-SP Syndicat des travailleurs du service public fédéral de l’État de São Paulo – Syndicat deschimistes Vinhedo –Syndicat des chauffeurs de métro, San Pablo, Brésil. SINTECT / SC Syndicat des travailleurs du secteur postal, télégraphique et autres entreprises de Santa Catarina – Syndicat – PASSO FUNDO – RS – BRESIL Sind-Rede / BH Lutte populaire administrative Etat espagnol : Confédération Générale du Travail – Co. Bas (Syndicat de Commissions de Base) – Courrant Rouge – Colombie:-Parti Socialiste de Travailleurs – José Antonio Forero Mayorga, Président de l’Organisation colombienne des pensionés – Sindicat de l’Industrie de l’Alimentation, Cartagena. – Jesús Horacio Sánchez Ramírez, Instructeur Grade 20 – SENA. Centre pour le développement Technologique, la construction et l’industrie Uruguay : Gauche Socialiste des Travailleurs – Parti des Travailleurs Mexique : Commission de l’Association des retraités et retraités de la délégation 23 du Syndicat démocratique des travailleurs de l’éducation SDTEV, de l’Etat de Veracru – Raúl Puentes Días de Torreón Paraguay : Confédération de la Classe des Travailleur – Parti des Travailleurs Italie : Parti d’alternative Communiste Chili : Mouvement International des Travailleurs Belgique: l’assemblée des délégué de la CGSP-ALR Bruxelles s’est prononcé pour sa libération, des travailleurs de l’usine Vache Bleue à Nivelles, la délégation du SETCa du Centre d’Action Laïque ( C.A.L), la délégation de Molenbeek-Saint-Jean , de Saint-Josse et de Saint Gilles de la CGSP-ALR Bruxelles, des travailleurs du nettoyage d’ISS à l’Université Libre de Bruxelles, la Ligue Communiste des Travailleurs (LCT),  le Parti Socialiste de Lutte (PSL/LSP),   la CGSP-ALR de Bruxelles, Comité Unité, Organisation Socialiste Internationaliste (OSI) Portugal : En Lutte Costa Rica : Syndicat des travailleurs du secteur privé SITRASEP – Parti des Travailleurs Salvador : PCT Perú : Syndicat Unitaire des Travailleurs CELIMA – SA SITRAFAPESA yndicat des travailleurs d’Eternit, SA.
SHARE