Home HAITI LE PEUPLE HAITIEN RESISTERA ET VAINCRA

LE PEUPLE HAITIEN RESISTERA ET VAINCRA

SHARE

La voiture traverse Port-au-Prince en direction de l’aeroport (…) Je regarde une derniere fois, deja avec un peu de nostalgie. La misere dans les rues congestionnees contraste avec les palais luxueux sur les collines. Ici, contrairement a Rio de Janeiro, la bourgeoisie vit sur les collines. En une semaine, la delegation a fait beaucoup : nous avons parle avec les principales institutions du pays (le president, l’ambassadeur bresilien et le commandant de la Minustah). Nous avons eu un contact etroit avec le mouvement ouvrier, avec leurs luttes et avec les syndicats du CAP. Nous avons eu des conversations avec des organisations paysannes comme Cabezas Juntas (Tetes Unies) et l’organisation du CAP, ou il y a eu l’assassinat de deux paysans. Nous avons parle avec des secteurs du mouvement populaire, comme a Cite Soleil. Nous avons eu des conversations avec des etudiants et des organismes des droits de l’homme. Et en plus, nous avons meme eu un contact revelateur avec la culture haitienne, avec l’architecture de la Citadelle et avec le vaudou.


 


Environ 1.200 personnes se sont reunies avec nous. (….) Il parait que nous aurions derange assez et la reaction a deja commence. L’ambassadeur bresilien a ete tres irrite avec les repercussions. Il a fait savoir a Batay Ouvriye qu’il ne nous recevrait pas plus et il a annule la reunion que nous avions hier avec les ambassadeurs latino-americains. L’ambassadeur du Chili, pays qui dispute le commandement de la Minustah, a maintenu la rencontre avec nous. Quand nous lui avons parle, l’ambassadeur bresilien est arrive de surprise, apparemment pour « controler » la conversation.


 


Cela ne nous derange pas. Mais il y a d’autres reactions : la nuit meme ou nous avons quitte le CAP, un groupe d’hommes armes a essaye d’envahir le siege de Batay Ouvriye, mais ils ont ete stoppe par la reaction des travailleurs de la region. Hier, tot le matin, un tank et une autre voiture de la Minustah se sont arretes face au siege de Batay Ouvriye et sont reste la pendant toute la journee, dans une position claire d’intimidation. Dans la conference de presse qui a cloture notre visite, nous avons denonce ces man?uvres repressives. Nous avons responsabilise personnellement l’ambassadeur bresilien et le president Preval pour toute repression contre Batay Ouvriye. (…)


 


L’image que nous avons gardee des Haitiens refute l’ideologie coloniale des occupants. Oui, car l’occupation a une strategie economique (les zones franches et le bio-diesel), une face militaire (la Minustah) et une ideologie : « Il est necessaire que les troupes restent ici parce que ce peuple n’est pas capable de se gouverner seul ». Ceci n’a rien de nouveau, c’est la mise a jour de l’ideologie coloniale qui embellissait l’esclavage, parce que « les Noirs n’avaient pas de conditions » autres que de se soumettre aux blancs. L’elite haitienne et les multinationales ne craignent pas « les bandes » mais la possibilite d’une nouvelle rebellion, maintenant sous la forme d’une revolution. L’histoire de ce peuple a deja montre que ceci est possible, et peut se repeter.


 


Les adieux a l’aeroport sont emotifs. Nous avons non seulement connu un peuple ici, nous nous sommes fait des amis. Le Bresil occupe deja de nouveau nos preoccupations. Les gens de Batay Ouvriye vont faire une declaration de solidarite avec le peuple du Morro del Aleman, a Rio de Janeiro, ou la police a tue au moins 19 personnes. D’autre part, la police de Rio dit qu’ils utilisent les techniques que les troupes bresiliennes apprennent ici. En fin de compte, Haiti est ici… et la.

SHARE