jeu Fév 29, 2024
jeudi, février 29, 2024

Déclaration de solidarité avec toutes les organisations et tous les militants qui soutiennent la cause palestinienne en France.

19 octobre 2023

La Ligue internationale des travailleurs-Quatrième Internationale exprime sa solidarité inconditionnelle avec toutes les organisations politiques de gauche, les associations et tous ceux qui luttent en France pour la libération du peuple palestinien, qui sont aujourd’hui honteusement attaqués par le gouvernement Macron.

Notre organisation est engagée jusqu’au bout dans le mouvement de libération du peuple palestinien ; nous défendons la lutte pour une Palestine libre, laïque et démocratique, et pour cela nous préconisons des stratégies de lutte qui privilégient les actions de masse face à l’État israélien, comme la première Intifada (1987-1993), la Marche du Retour (2018) et le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions), et nous défendons inconditionnellement le droit à la résistance du peuple palestinien.

Le réflexe des gouvernements impérialistes occidentaux qui soutiennent l’État colonial et raciste d’Israël est de museler ceux qui veulent construire une solidarité active avec les masses palestiniennes et leur résistance à l’occupation. Nous condamnons fermement les actions scandaleuses du gouvernement Macron contre les alliés de la cause palestinienne en France, à commencer par les attaques injustifiées et mensongères contre le NPA (Nouveau parti anticapitaliste) et d’autres organisations de gauche. Le 10 octobre, lePNLH (Pôle national de lutte contre la haine en ligne) du parquet de Paris a saisi la brigade criminelle de la police judiciaire de Paris afin qu’elle ouvre une enquête contre le NPA pour « apologie du terrorisme ». Le même jour, Stéphane le Rudulier, le sénateur du parti conservateur (Les Républicains), a demandé la dissolution de La France Insoumise (LFI), du NPA, de la Jeune Garde, des Indigènes de la République et de Révolution permanente. Ils sont accusés de défendre le droit du peuple palestinien à résister à l’occupation. Ce faisant, le gouvernement assimile à des terroristes tous ceux qui veulent résister à la violence coloniale, et il tente de criminaliser toute action opposée à l’occupation sioniste. Nous rejetons ces amalgames et cette rhétorique fasciste. Nous défendrons également jusqu’au bout nos libertés démocratiques, c’est-à-dire le droit de s’exprimer librement et de discuter de la meilleure façon de mener cette bataille contre le projet colonial d’Israël et d’organiser une solidarité active, ainsi que le droit de manifester contre les actions de l’État israélien et des gouvernements qui le soutiennent politiquement et militairement.

Nous voudrions également souligner que, contrairement à ce que prétendent de nombreuses organisations sionistes et partis gouvernementaux, la critique de l’État d’Israël n’est pas du tout synonyme d’antisémitisme. La preuve la plus éclatante en est le nombre croissant de Juifs antisionistes dans le monde qui ont embrassé la cause palestinienne et le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) contre l’État d’apartheid d’Israël, ainsi que les organisations juives antisionistes telles que l’UJFP (Union juive française pour la paix) en France, Jewish Voice for Peace (JVP) aux États-Unis et l’International Jewish AntiZionist Network (IJAN), pour ne citer que les plus connues.

Le 12 octobre, le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin a envoyé un télégramme à tous les préfets demandant la dissolution de toutes les manifestations pro-palestiniennes parce qu’elles seraient « susceptibles de générer des troubles à l’ordre public ». Heureusement, les Palestiniens de France et tous leurs soutiens ont ignoré l’arrêté préfectoral et ont rassemblé des milliers de personnes dans les rues pour exiger la fin des atrocités en Palestine et la fin du siège de Gaza, où l’armée israélienne a déjà largué plus de 6000 bombes en 6 jours. Les mesures du gouvernement français répriment les Palestiniens parce que ceux-ci refusent que leur peuple soit massacré sans révolte. Ce qui trouble la paix sociale, ce sont les agissements d’un État colonial et guerrier qui menace aujourd’hui de rendre la Bande de Gaza invivable. Herzi Halevi, le chef d’état-major général d’Israël, a déclaré que « Gaza ne sera plus la même. Nous parviendrons à une situation où le groupe qui dirige Gaza sera durement frappé, nous le démantèlerons. Et quiconque y restera comprendra très bien qu’on ne fait pas cela avec l’État d’Israël« . Les FDI mènent déjà des incursions à Gaza, ils ont ordonné l’évacuation forcée du nord de Gaza et ils sont sur le point d’envahir le territoire.

Face à ces décisions attentatoires aux libertés, qui rappellent le passé le plus sombre de l’Etat français, il est plus que jamais important de ne pas se taire, de ne pas permettre aux États criminels et à leurs complices d’agir en silence et de se donner bonne conscience dans ce génocide clairement annoncé. Nous exprimons notre entière solidarité avec les organisations attaquées. Dans ces moments de répression, il est important d’agir en front uni avec toutes les organisations de notre classe qui sont déjà impliquées dans cette lutte commune pour défendre ensemble nos libertés et pour créer des espaces publics de débat et de protestation, afin que nous puissions impliquer de plus en plus de secteurs dans la solidarité active avec la cause palestinienne.

Nous insistons sur l’importance de continuer à utiliser nos libertés démocratiques pour expliquer à notre classe l’histoire de la résistance d’un peuple qu’on veut effacer, et pour défendre la légitimité de sa lutte. Nous appelons à la poursuite des mobilisations en France et dans le monde pour un arrêt immédiat du siège de Gaza et pour une nouvelle Intifada, un mouvement qui galvanise les masses palestiniennes et leurs alliés pour mettre fin à l’occupation.Nous étendons cet appel aux organisations étudiantes et aux syndicats pour qu’ils se joignent à ces mobilisations.

Nous serons toujours aux côtés de ceux qui luttent pour la liberté, contre l’exploitation, l’oppression et le colonialisme, aux côtés du peuple ukrainien qui résiste héroïquement à l’invasion meurtrière de Poutine, et aux côtés du peuple palestinien qui mène aujourd’hui une lutte de survie pour sa dignité et son existence, que nous soutiendrons de toutes nos forces.

Levée immédiate du siège de Gaza !

Garantie du droit d’expression et de réunion et fin des mesures répressives !

Vive la résistance héroïque du peuple palestinien !

Pour une Palestine libre, laïque et démocratique !

Partito di alternativa comunista (PDAC) – Italie

Corriente Roja -État espagnol

Em Luta – Portugal

Kirmizi Gazete – Turquie

International Socialist League (ISL) – Royaume-Uni

Ligue Communiste des Travailleurs (LCT) – Belgique

Militants de la LIT en France

Ces articles peuvent vous intéresser

Découvrez d'autres balises

Artigos mais populares