Home DÉCLARATION LIT-QI A propos des événements du 30 avril au Venezuela

A propos des événements du 30 avril au Venezuela

SHARE

1. Il y a eu une tentative de coup d’Etat au Venezuela, quand Guaidó, l’allié de Trump, de Bolsonaro, de Duque et consorts, a essayé de s’emparer d’une base aérienne avec le soutien d’un secteur de l’armée, en appelant au soutien des masses vénézuéliennes.
2. La dictature de Maduro est détestée par les masses vénézuéliennes en raison du désastre auquel ce régime bourgeois et corrompu a conduit le pays. Maduro n’a rien de progressiste. C’est une dictature commandée par la soi-disant bourgeoisie bolivarienne (la grande bourgeoisie qui est apparue à l’ombre du régime de Chavez), qui ne se maintient au pouvoir que moyennant la dure répression contre les masses. La faim, la misère et les éléments de barbarie qui existent au Venezuela sont le résultat de vingt ans de chavisme. Cela n’a rien à voir avec le socialisme, c’est un capitalisme décadent comme dans les autres pays de la planète.
3. La tentative de coup d’Etat a eu lieu parce que l’impérialisme avait décidé de destituer Maduro. Pas parce qu’il a une position anti-impérialiste. Les multinationales exploitent le pétrole vénézuélien en association avec l’Etat vénézuélien, exactement comme au Brésil. Trump a décidé de renverser Maduro pour empêcher le Venezuela d’exploser dans un nouveau Caracazo, un soulèvement à Caracas contre le gouvernement, que personne ne contrôlerait.
Une fois de plus, l’impérialiste a dévoilé sa tactique : diviser les forces armées vénézuéliennes pour renverser Maduro et mettre Guaidó aux commandes, en maintenant le contrôle de la bourgeoisie et de l’armée.
Il n’y a rien de progressiste dans le coup d’Etat de Guaidó. Un coup d’Etat militaire pro-impérialiste ne peut pas résoudre les problèmes économiques des masses, causés par le capitalisme, ni garantir les libertés démocratiques au Venezuela. Ce n’est pas par hasard que Guaidó cherche toujours une alliance avec un secteur militaire. Ce n’est pas par hasard qu’il est un agent de Trump, qui est un allié de toutes sortes de dictatures dans le monde.
Nous répudions la tentative de coup d’Etat de Guaidó, représentant de l’impérialisme et de la droite latino-américaine.
4. Un secteur des masses, profitant de la division des forces armées, a cherché à affronter directement et héroïquement la répression autour de la base aérienne de Carlota. La scène criminelle du char des troupes de Maduro qui écrase des manifestants non armés aura sa place dans l’histoire du Venezuela. La dictature a noyé dans le sang le début d’une rébellion.
Nous voulons que ce soit les masses vénézuéliennes qui renversent Maduro, et non un putsch militaire pro-impérialiste. Nous ne soutenons pas du tout cette tentative de coup d’Etat de Guaidó, soutenu par Trump, Duque, Bolsonaro et Piñera. Mais nous soutenons les masses dans leurs luttes contre Maduro. Nous serions alors avec les travailleurs, luttant ensemble contre la répression.
5. Le coup d’Etat de Guaidó a apparemment été vaincu, même s’il est possible que ce processus ne soit pas terminé. Guaidó s’est enfui, Leopoldo López s’est caché lâchement dans une ambassade. Ceux qui ont essayé de faire face à la répression, c’étaient les masses, pas les chiots de Trump et de Bolsonaro.
Les masses vénézuéliennes n’ont pas obtenu de victoire. Une fois de plus, la victoire a été celle de la dictature détestée de Maduro. Et la répression de Maduro tombera sur le peuple, pas sur l’opposition bourgeoise pro-impérialiste.
Il faut continuer la lutte contre Maduro et mettre en place une direction indépendante des travailleurs : indépendante de la dictature de Maduro, indépendante de l’option impérialiste de Guaidó et consorts.
Dans le monde entier, nous allons nous battre contre la « gauche » réformiste qui saluera la « victoire » de Maduro. Hier, ce ne sont pas les masses qui ont vaincu le coup d’Etat impérialiste comme en 2002. C’était la dictature meurtrière de Maduro. Cette fois, les travailleurs et le peuple vénézuélien ne sont pas sortis pour défendre ce qu’ils considèrent comme leur gouvernement ; au contraire, ils ont tenté de profiter de l’occasion pour lutter contre la dictature meurtrière de Maduro. Cette « gauche » réformiste porte maintenant une tache de sang en plus : l’image du véhicule blindé qui roule sur des manifestants non armés.

Maduro, dégage ! A bas la répression meurtrière de la dictature !
Aucun soutien pour Guaidó, Trump, Bolsonaro et Duque. L’impérialisme hors du Venezuela !
Pour des élections générales libres !
Pour le droit de manger du peuple vénézuélien ! Expropriation des réseaux de production et de commercialisation des aliments ! Congélation des prix !
Contre le capitalisme décadent au Venezuela ! En défense du vrai socialisme des travailleurs !
Pour un gouvernement des travailleurs qui exproprie les multinationales et la bourgeoisie bolivarienne !

 

SHARE