ven Juil 12, 2024
vendredi, juillet 12, 2024

Ligue internationale des travailleurs : 40 ans de construction d’une direction révolutionnaire mondiale

En 2022, nous célébrons le 40e anniversaire de la Ligue internationale des travailleurs. Il y a 40 ans, quelques dizaines de délégués représentant des organisations de 16 pays différents, se sont réunis à Bogota et ont décidé de fonder une organisation pour la reconstruction de la Quatrième Internationale. Aujourd’hui, quatre décennies plus tard, nous continuons à lutter jour après jour pour la reconstruction de la Quatrième Internationale et la situation même de la lutte des classes au niveau mondial et la barbarie à laquelle le capitalisme nous conduit, nous confirme non seulement que c’est une tâche possible, mais en plus, une tâche urgente.

Le capitalisme conduit l’humanité à la décadence et à la destruction

Derrière le masque du développement et du progrès économique, le capitalisme impérialiste cache un système pourrissant qui entraîne l’humanité dans son ensemble dans un abîme de barbarie sans précédent. Aujourd’hui, dans le monde, 28 millions d’enfants, d’hommes et de femmes sont victimes de l’esclavage du travail forcé [[1]]. Jamais dans l’histoire de l’humanité, il n’y a eu autant de personnes en situation d’esclavage.

Loin de générer de meilleures conditions de vie pour l’humanité, le capitalisme génère toujours plus de pauvreté et d’inégalités. Les 10 % les plus riches du monde concentrent 75,6 % des richesses, tandis que les 50 % les moins riches ne possèdent que 2 % de l’ensemble des richesses mondiales [[2]] ; à la fin de 2020, il a été estimé que 719 millions de personnes survivaient avec moins de 2,15 dollars par jour [[3]]. Cela conduit à 828 millions de personnes qui souffrent de la faim dans le monde [[4]] et on estime que probablement 11 personnes meurent chaque minute à cause de la faim [[5]]. De manière contradictoire avec cela, on produit suffisamment de nourriture pour l’ensemble de la population mondiale et environ 30 % de plus.

Comme si cela ne suffisait pas, la violence à l’égard des femmes est une véritable calamité, on estime qu’une femme sur trois sur la planète a subi des violences physiques ou sexuelles à un moment de sa vie, et la plupart de ces violences sont perpétrées par leur partenaire ou ancien partenaire [[6]].

Le pillage impérialiste et l’exploitation de la bourgeoisie nationale obligent des millions de personnes à migrer, à quitter leur foyer, leur famille et toutes leurs racines, pour s’exposer aux routes migratoires les plus meurtrières vers les centres impérialistes d’Europe et des États-Unis. Cette année, nous avons assisté à cette scène douloureuse où 23 migrants sont morts dans une confrontation avec la police marocaine alors qu’ils tentaient d’entrer dans l’État espagnol. De 2014 à juin 2022, plus de 48 000 décès de migrants ont été enregistrés [[7]], mais on estime qu’il y en a beaucoup plus car de nombreux décès ne sont pas enregistrés.

De plus, le capitalisme menace l’ensemble de l’humanité par sa déprédation de la nature et son mode de production anarchique, cause fondamentale du réchauffement climatique. La planète est confrontée à une catastrophe environnementale qui menace les calottes glaciaires et la disparition des récifs coralliens avec des effets irréversibles. Cela entraîne une augmentation accélérée des catastrophes naturelles, avec une multiplication des vagues de chaleur, des incendies, des sécheresses et des inondations.

La récente pandémie de Covid-19 a mis en évidence l’incapacité du capitalisme à garantir la vie même de l’humanité. Une pandémie provoquée par la déprédation même de la nature, a causé jusqu’à présent plus de 6,6 millions de morts dans le monde, produit du besoin du capitalisme de faire prévaloir ses profits sur la vie. Les mesures d’isolement physique (fermetures ou quarantaines) ont été minimes, l’accès aux vaccins très inégal et les ressources destinées à atténuer les effets de la pandémie et à renforcer les systèmes de santé, insuffisantes.

La nécessité de mettre fin au capitalisme est évidente, mais le capitalisme ne s’arrêtera pas de lui-même, pour le vaincre il faut un parti mondial, c’est pourquoi le projet de la Ligue Internationale des Travailleurs est plus que jamais d’actualité.

Malgré la restauration capitaliste, la révolution socialiste est toujours d’actualité

Après la restauration du capitalisme dans l’ex-URSS aux mains de la bureaucratie stalinienne, et le fait que les révolutions antidictatoriales entre 1989-1991 dans l’ex-URSS et en Europe de l’Est n’ont pas pu inverser la restauration bourgeoise, la grande majorité de l’avant-garde révolutionnaire a été conduite à écarter l’idée de la lutte pour le pouvoir des travailleurs et de la voie révolutionnaire. Bien que les masses aient réussi à détruire l’appareil central stalinien, faute d’absence d’un parti révolutionnaire, elles n’ont pas pu inverser le processus de restauration capitaliste. Ce phénomène de restauration du capitalisme, qui avait déjà commencé en Chine dans les années 1970, et qui s’est ensuite produit à Cuba au début des années 1990, a démoralisé une grande partie de l’avant-garde qui voyait à tort dans le stalinisme un allié pour la révolution socialiste, alors qu’en réalité les staliniens étaient, et continuent d’être aujourd’hui, les agents de la bourgeoisie dans le mouvement de masse.

Cela a provoqué ce que nous appelons une tempête opportuniste, où les organisations révolutionnaires sont devenues centristes et les centristes sont devenus réformistes. La LIT-CI n’a pas échappé à cette pression, elle était sur le point d’être dissoute au milieu des années 1990, mais un groupe de camarades a continué à faire confiance à la voie révolutionnaire, à la nécessité et à la possibilité de la révolution socialiste, et a affronté de manière décisive cette tempête opportuniste, qui a fini par anéantir presque toutes les organisations de gauche, qui s’adaptaient de plus en plus à la démocratie bourgeoise.

Les années sombres, fruit de la restauration capitaliste, n’ont pas duré longtemps, et les masses ont rapidement démontré qu’elles étaient désireuses et prêtes à faire une révolution. Le nouveau siècle a été inauguré par une série de processus révolutionnaires : l’Équateur en 2000, l’Argentine en 2001, le Venezuela en 2002, la Bolivie en 2003 et 2005. Les masses dans le monde n’ont pas cessé de lutter, de renverser les gouvernements et les régimes dictatoriaux comme lors du printemps arabe en 2010-2011, ou de résister aux coups d’État comme au Honduras en 2009 ou en Bolivie en 2019. Comme ceux-ci, il existe de nombreux autres exemples de révolutions et de soulèvements : Honduras en 2017, Nicaragua en 2018, Chili en 2019, États-Unis en 2020, Kazakhstan, Iran et Sri Lanka en 2022, etc.

Pour ceux qui pensent que la lutte révolutionnaire est terminée, que la lutte des classes a pris fin et que toute forme de « résistance » doit être menée dans le cadre de la démocratie bourgeoise, les masses elles-mêmes se sont chargées de montrer à quel point ils se trompent, en démontrant avec une force énorme ce que le véritable léninisme et le trotskisme proposent depuis plus de 100 ans. Les conditions de la victoire de la révolution socialiste mondiale sont réunies, le monde a besoin de la victoire de la révolution socialiste, mais pour cela, l’existence d’un parti mondial de la révolution, d’une direction révolutionnaire, est indispensable. Cette année 2022, nous célébrons les 40 ans de la LIT-QI, qui fait partie d’un courant qui compte près de 80 ans de lutte pour la construction de la direction révolutionnaire internationale dont le monde a besoin pour mettre fin à la plaie du capitalisme.

L’Ukraine et le monde ont besoin d’un parti révolutionnaire mondial

La résistance héroïque du peuple ukrainien face à l’invasion russe est à la fois une preuve de la nécessité de la révolution mondiale et de sa possibilité. En 2014, la mobilisation révolutionnaire du peuple ukrainien a vaincu le gouvernement meurtrier, capitulard et oligarchique de Ianoukovytch. Cependant, l’absence d’une direction révolutionnaire a empêché cette mobilisation de faire progresser l’indépendance nationale et a conduit le peuple ukrainien à la croisée des chemins : soit l’invasion russe, soit la colonisation impérialiste par l’Union européenne et les États-Unis.

La seule façon de sortir de cette disjonction est la construction d’un parti révolutionnaire en Ukraine lié à un parti révolutionnaire mondial. Dans la résistance à l’invasion russe, les masses et la classe ouvrière jouent un rôle formidable, avec l’organisation de la résistance et le combat militaire contre l’envahisseur. La défaite éventuelle de la Russie, avec les masses ukrainiennes armées, sera un coup contre le contrôle impérialiste dans la région, il lui sera plus difficile d’appliquer ses plans d’attaques contre la classe ouvrière ukrainienne et, de plus, ce sera un encouragement pour la lutte de classe en Eurasie.

C’est pourquoi, à la LIT-CI, nous sommes aux côtés du peuple ukrainien depuis le premier jour, exigeant que les armes lourdes et la technologie militaire, dont la résistance ukrainienne a besoin pour faire face à l’invasion et gagner la guerre, lui soient livrées sans aucune condition. Nous avons promu la solidarité des organisations de travailleurs pour renforcer cette résistance, sans accorder un millimètre de confiance au gouvernement bourgeois de Zelenski, et en le dénonçant en outre pour ses tendances conciliantes et pour les attaques qu’il mène contre la classe ouvrière.

Cependant, il ne suffit pas de vaincre la Russie, il est nécessaire de construire un parti révolutionnaire qui se mette au service de la défaite de l’impérialisme et des prétentions annexionnistes de la Russie, en menant cette lutte jusqu’à ses conséquences ultimes, ce qui signifie que le pouvoir de l’État ukrainien soit pris par la classe ouvrière. Les efforts de la LIT-QI sont au service de la construction de cette direction révolutionnaire.

La situation en Ukraine n’est que l’épicentre d’une crise générale. Aujourd’hui, le monde connaît une polarisation de plus en plus aiguë, la crise économique et la crise de l’ordre impérialiste entraînent une augmentation du pillage et de la spoliation des peuples à travers le monde. Ce mécontentement provoque, d’une part, de fortes mobilisations de masse contre les différents plans visant à décharger la crise sur la classe ouvrière et leurs conséquences, comme nous le voyons aujourd’hui en Europe.

Dans le cadre de cette polarisation, nous assistons à la croissance des mouvements et des partis politiques d’extrême droite qui ont gagné du terrain au niveau électoral et social, comme en témoignent les élections de Trump en 2016, de Bolsonaro au Brésil (2018) et même maintenant avec Kast en 2021 (Chili) et Meloni en Italie cette année. Il est clair que le renforcement de l’extrême droite n’est plus seulement un phénomène européen.

Ce renforcement est lié à la désillusion des masses vis-à-vis des gouvernements dits « progressistes » de la dernière période, tous des gouvernements avec et pour la bourgeoisie. Les masses ont constamment lutté, mais ces luttes ont été contrôlées et détournées par les différents appareils « progressistes » sur le terrain électoral, où, une fois au pouvoir, ils ont mis en œuvre les mêmes plans d’austérité et attaques contre la classe ouvrière que les gouvernements précédents. Cette désillusion conduit les masses à chercher d’autres issues, hors du « conventionnel » et c’est là que les projets de l’extrême droite se renforcent.

C’est pourquoi la nécessité de construire des partis révolutionnaires et socialistes est la seule issue pour vaincre l’extrême droite. Même les défaites électorales que subit l’extrême droite, comme celle de Bolsonaro au Brésil, finiront par renforcer l’extrême droite parce que les gouvernements « progressistes », comme celui de Lula, des gouvernements de la bourgeoisie, appliqueront ses programmes et finiront par contribuer à la désillusion des masses. Il est de plus en plus urgent d’avoir des partis forts qui se battent pour toucher la conscience des masses, afin qu’avec l’expérience du « progressisme », la trahison des réformistes soit démasquée, et qu’elles arrivent à la conclusion que la seule solution est la lutte contre la bourgeoisie, contre les réformistes, contre la droite et pour le socialisme.

Un parti basé sur les principes du marxisme

Pour accomplir cette tâche, qui consiste à reconstruire la Quatrième Internationale, la Ligue internationale des travailleurs est convaincue qu’elle ne peut être accomplie qu’en se maintenant fermement dans le marxisme, c’est-à-dire dans ses principes et dans les conclusions que celui-ci a tirées de la lutte des classes elle-même.

C’est pourquoi nous luttons pour la reconstruction de la Quatrième Internationale sur les principes de la Troisième Internationale, l’Internationale communiste dans ses premières années, avant qu’elle ne soit usurpée par le stalinisme.

Nous avons construit les partis de la LIT-CI selon une conception internationaliste. Pour nous, la construction de nos partis est au service et subordonnée à la construction d’un parti international, démocratiquement centralisé. La lutte pour la libération de l’humanité du capitalisme est impossible dans les limites des frontières nationales. Le capitalisme est un système économique et social international, par conséquent la lutte pour le socialisme ne peut pas se construire sur des bases nationales, elle ne pourra être victorieuse qu’en détruisant le capitalisme dans le monde entier. C’est pourquoi l’élaboration du programme est internationale, la direction est internationale, et aussi faible que soit cette direction, elle sera toujours supérieure à quelque direction nationale que ce soit.

Pour que ce parti international serve la révolution socialiste, il ne pourra se construire que sur la base d’une indépendance de classe complète. Nous comprenons que le capitalisme est le système de domination de la bourgeoisie pour exploiter la classe ouvrière. La tâche principale de la LIT est d’amener la classe ouvrière à assumer son rôle de leader dans la lutte pour la révolution socialiste. Cela n’est possible qu’en éduquant les masses à l’indépendance de classe, en comprenant que la bourgeoisie est l’ennemi à vaincre, et que pour ce faire, elle doit détruire son État et vaincre ses gouvernements. Par conséquent, nous nous construisons avec une indépendance de classe complète, ce qui signifie une indépendance complète de tout gouvernement.

Comme le disait Engels (en paraphrasant l’indigène Dionisio Yupanqui), « un peuple qui opprime un autre peuple ne peut être libre », de la même manière, la classe ouvrière, pour pouvoir remplir son rôle de leader, doit lutter contre toutes les formes d’oppression, qu’il s’agisse des femmes, des indigènes, des LGBT, des noirs, des immigrés, etc. Pour que la révolution socialiste triomphe, il faut, premièrement, l’unité de classe la plus large, et deuxièmement, diviser les classes moyennes et la petite bourgeoisie, en gagnant à la révolution leurs secteurs les plus radicaux et les plus appauvris. C’est pourquoi, pour la LIT-CI, la lutte contre les oppressions au sein du mouvement ouvrier et de ses organisations (y compris au sein du parti lui-même) et la lutte pour les revendications des secteurs opprimés, sont une question de principes. Ce n’est qu’avec une lutte quotidienne contre les oppressions et pour les revendications des opprimés qu’il est possible d’unifier la classe elle-même et de gagner ceux qui luttent contre les oppressions à un programme socialiste et révolutionnaire, pour être en mesure de disputer ces militants aux directions bourgeoises qui luttent contre les oppressions dans les limites du système capitaliste.

Le parti que la LIT construit est une organisation pour la prise révolutionnaire du pouvoir. Nous n’avons aucune illusion sur la démocratie bourgeoise. Bien que nous participions aux élections et que nous puissions même faire élire des députés comme la camarade María Rivera à l’Assemblée constituante chilienne, nous ne le faisons pas parce que nous avons des illusions dans les institutions de la démocratie des riches, mais pour utiliser ces postes comme une tribune révolutionnaire, pour dénoncer combien ils sont inutiles pour satisfaire les revendications de la classe.

Mais cette prise de pouvoir révolutionnaire nécessite la construction d’un parti international aux caractéristiques particulières. En premier lieu, c’est un parti d’action, un parti de combat, qui sert à mobiliser les masses et à affronter les forces de l’ordre bourgeois. Nous ne construisons pas des partis électoralistes et parlementaristes, mais des partis pour prendre le pouvoir et changer le monde. Ce type de parti exige la discipline la plus stricte, une action commune et coordonnée, où, en dehors du parti, tous les militants agissent comme un tout. Cependant, pour atteindre ce degré de centralisation, la démocratie la plus large est nécessaire au sein de l’organisation, où la base a accès pour discuter et définir, à travers ses organismes, la politique fondamentale du parti dans son ensemble. Où les militants et les dirigeants sont subordonnés aux organismes et où ces dirigeants sont élus démocratiquement par la base du parti.

La route est longue et difficile, mais nous sommes confiants dans la victoire.

Au cours de ces quarante années d’histoire, des milliers de révolutionnaires ont consacré leurs efforts et beaucoup ont même donné leur vie pour la LIT. Nous avons eu des avancées, par exemple la récente fusion aux Etats-Unis qui signifie l’incorporation de la tradition du SWP dans les rangs de la LIT. Mais nous avons aussi des revers dans la construction du parti, nous savons que la construction du parti pour la révolution mondiale est une tâche très difficile qui nous prendra toute une vie.

Célébrer les quatre décennies de la LIT-QI, cela signifie se réapproprier son programme et son action, cela signifie célébrer la tradition d’un courant qui a passé l’épreuve de la restauration capitaliste et de la tempête opportuniste, et qui a milité avec acharnement pour soutenir les soulèvements et les luttes du prolétariat dans le monde. Nous savons que nous sommes loin du compte, qu’il nous manque encore des décennies pour construire le parti dont l’humanité a besoin pour la victoire de la révolution socialiste.

Cependant, nous sommes convaincus qu’il n’y a pas d’autre voie, qu’il n’y a pas de raccourcis ou de chemins de traverse. Ce n’est que par un militantisme quotidien acharné, déterminé et audacieux qu’il est possible de construire le parti. C’est pourquoi nous invitons tous les militants qui se battent jour après jour dans les différentes sphères de la lutte sociale à rejoindre nos rangs. A combiner cette lutte, que nous menons déjà chaque jour sur nos lieux de travail, dans nos quartiers, dans nos lieux d’étude, avec la lutte pour la révolution socialiste mondiale.

Le capitalisme nous conduit à la barbarie. C’est pourquoi, à l’occasion du 40e anniversaire de la LIT, nous affirmons qu’il est nécessaire de détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise, et de le remplacer par une nouvelle société, un monde socialiste, où la production soit réalisée de manière planifiée et organisée afin de s’assurer qu’elle est en accord avec les possibilités de la planète à la supporter, où la richesse produite par la classe ouvrière soit destinée à satisfaire les besoins de l’ensemble de l’humanité et non à engraisser les comptes bancaires et à satisfaire les caprices d’une poignée de milliardaires, où enfin les bases soient établies pour pouvoir avoir un monde sans exploitation et sans oppression, où nous sommes « socialement égaux, humainement différents et totalement libres ».

19 novembre 2022


[1] https://news.un.org/es/story/2022/09/1514261

[2] World Inequality Report 2022, World Inequality Lab. https://wir2022.wid.world/www-site/uploads/2021/12/WorldInequalityReport2022_Full_Report.pdf

[3] https://www.bancomundial.org/es/news/press-release/2022/10/05/global-progress-in-reducing-extreme-poverty-grinds-to-a-halt

[4] https://www.unicef.es/noticia/las-cifras-del-hambre-en-el-mundo

[5] https://www.oxfam.org/en/press-releases/six-fold-increase-people-suffering-famine-conditions-pandemic-began

[6] https://www.unwomen.org/es/what-we-do/ending-violence-against-women/facts-and-figures

[7] https://www.migrationdataportal.org/es/themes/muertes-y-desapariciones-de-migrantes#:~:text=Desde%202014%2C%20se%20han%20registrado,el%20mundo%20no%20se%20registran.

Ces articles peuvent vous intéresser

Découvrez d'autres balises

Artigos mais populares