Home HAITI ZONE FRANCHE :ENCORE UNE FOIS, L’EXPLOITATION IMPERIALISTE

ZONE FRANCHE :ENCORE UNE FOIS, L’EXPLOITATION IMPERIALISTE

SHARE

Le matin, nous avons pu admirer une merveille de l’architecture mondiale : la grande forteresse faite par les Noirs liberes et non par les Europeens dans les colonies. (…) La Citadelle, dans les environs de Cap-Haitien, est une demonstration du developpement inegal et combine dans le domaine de l’architecture et de l’ingenierie militaire. Construite peu apres l’independance de Haiti, en 1804, elle faisait partie d’une serie de grandes fortifications pour la defense, au cas ou la metropole essayerait une nouvelle invasion. Elle a ete concue par un ingenieur militaire haitien, qui avait etudie en France et avait appris les techniques les plus modernes de l’ingenierie militaire europeenne. Avec ses 375 canons, elle a ete construite par des dizaines de milliers de Haitiens, pendant sept ans. C’est une expression de la force de la revolution et de la technique la plus avancee du monde en cette epoque. (…)


 


Les Europeens ne consideraient pas les esclaves comme des personnes, mais comme des choses, des proprietes, des animaux. Toutefois, les Noirs haitiens ont mis en echec les armees des principales puissances du monde de cette epoque : la France, l’Espagne et l’Angleterre. Les grands generaux noirs ont ete a la hauteur des plus grands strateges de l’epoque, y compris Napoleon, et les ont depasse. L’arrogance imperiale sur les Haitiens s’est revelee une stupidite historique (….)


 


Nous allons a Ouanaminthe, ou se trouve la premiere zone franche de Haiti. Ces zones franches ont commence sous le gouvernement d’Aristide. La Codevi est un embleme de la zone : on y fabrique des jeans pour des marques celebres, comme Levis et Wrangler. Elle fait partie d’un conglomerat dominicain lie au Chase Manhattan. Les ouvriers recoivent 46 dollars par mois et travaillent sous la vigilance de contremaitres armes (selon la denonciation du syndicat). Peu apres le debut de la production, en 2003, un syndicat a ete organise pour combattre contre ces abus. La reaction immediate a ete le licenciement de 34 activistes. Une greve de deux jours a fait reculer les patrons qui ont du reintegrer les ouvriers : la premiere victoire dans la zone. Immediatement, 370 ouvriers se sont affilies au syndicat. Peu de temps apres, l’usine a licencie les 370, et une autre lutte a commence, pendant plus d’un an, avec des greves et une campagne internationale qui est arrivee jusqu’aux Etats-Unis. Une alliance avec des etudiants universitaires de New York et de Los Angeles a permis un boycott des jeans de ces marques. Finalement, l’entreprise a du reculer et reintegrer les ouvriers.


 


En arrivant, nous sommes alles au siege de Batay Ouvriye. Apres le dejeuner, il y a eu une reunion avec environ cent personnes de la region, dont des ouvriers et ouvrieres de la Codevi et du syndicat de l’entreprise. Une jeune ouvriere rapporte comment ils sont de nouveau en lutte recemment, contre le licenciement de 42 travailleurs a cause d’une greve spontanee pour salaire. Ensuite, nous avons ete jusqu’a l’entreprise. A l’entree, nous avons vu cinq ruines en bois sans parois, qui feraient paraitre les pires bidonvilles bresiliens comme des palais. C’est la que mangent six mille travailleurs. Cela rappelle beaucoup le passe d’esclavage. Nous traversons un pont sur une riviere (avec le nom significatif de Massacre) et nous nous trouvons face a des gardiens armes qui bloquent l’entree principale de la Codevi.


 


Voila l’explication economique de toute l’occupation : les troupes sont ici pour garantir un plan economique qui inclut le bio-diesel, dans la campagne, et 18 zones franches. Ils veulent profiter de la main d’?uvre dans des conditions de semi-esclavage pour produire pour le marche des Etats-Unis, tout pres de Miami. De nouveau, l’exploitation violente est combinee avec une occupation militaire a Haiti. De nouveau, l’arrogance imperiale et la violence contre les travailleurs sont la regle dans ce pays.

SHARE