Home AFRIQUE Soudan, un régime brutal

Soudan, un régime brutal

SHARE

Le 22 septembre 2017, le président du Soudan a ordonné une attaque armée contre le camp de Kalma (camp de réinstallation de 90 000 personnes) dans la région du Darfour. 28 personnes ont été blessées et 8 ont été tuées, y compris deux femmes et un enfant. Les attaques continuent (www.dabangasudan.org/en).

C’est une suite ininterrompue d’incendies, de mort, de vol et de viol qui continue depuis les années 1990 ; « plus de 480 000 personnes ont été tuées, et plus de 2,8 millions déplacées ». (worldwithoutgenocide.org)

Des dizaines d’étudiants ont été tués, blessés et expulsés des universités depuis 2014 pour avoir organisé des manifestations et pris la parole contre les violations des droits de l’homme au Darfour. En juillet 2017, les étudiants ont été empêchés d’utiliser les transports publics pour aller à une manifestation contre la privatisation de l’université à Khartoum, et plus de 1200 étudiants du Darfour de l’Université Bakht al-Rida (Etat du Nil Blanc) sont allés à pied à Khartoum pour porter leurs revendications au gouvernement : droit d’étudier et de participer aux élections étudiantes ; réadmission de 14 étudiants expulsés ; arrêt des massacres de leurs familles et leur parents une fois rentrés chez eux.

Deux étudiants, Ashraf Alhadi et Jafar Mohammed, ont été poignardés à mort et deux autres grièvement blessés dans cette manifestation, et le 26 septembre, Aesim Umar a été condamné à mort. Le 30 septembre, à l’Université Kordafan, 4 étudiants ont été tués, 13 blessés et 20 arrêtés.

Dans le même temps, la répression du Soudan envers des migrants et des réfugiés de Somalie, l’Erythrée et l’Ethiopie a connu une escalade. Selon The Guardian de février 2016 :« 65 demandeurs d’asile ont reçu 40 coups de fouet sur le dos et à l’arrière de leurs jambes avec des fouets de cuir ».L’opposition aux attaques du gouvernement a conduit à l’organisation de nombreuses manifestations, au Soudan et à travers l’Europe et les Etats-Unis, y compris au Royaume-Uni (à Liverpool avec Justice for Darfur). Compte tenu de cela, pourquoi les Etats-Unis ont-ils mis fin, en octobre 2017, à leur politique de sanctions vieille de 20 ans contre le Soudan ? Pourquoi l’UE donne-t-elle des millions à Al-Bashir ? Et pourquoi le gouvernement britannique n’a-t-il rien fait contre le commerce soudanais des armes via Londres ? »

Yaser Costa et Martin Ralph,
extrait de Socialist Voice (décembre 2017),
le journal de l’International Socialist League,
la section de la LIT-QI en Angleterre.

SHARE