Home Uncategorized Non à l’intervention impérialiste française au Mali !

Non à l’intervention impérialiste française au Mali !

SHARE

 

Le Mali est soumis à une intervention française depuis le 11 janvier, avec le soutien du Conseil de sécurité de l'ONU et la collaboration (bien que n’atteignant pas le niveau souhaité par la France) des principales puissances impérialistes.
 
Le président « socialiste » François Hollande justifie l'intervention comme une « lutte contre le terrorisme ». C'est la même excuse que celle des États-Unis lors de l'invasion et l'occupation de l'Afghanistan et de l'Irak. Mais l'intervention impérialiste française n'a d'autre but que de maintenir le contrôle sur son ancienne colonie.
 
Avec une arrogance extrême, le gouvernement français parle d'empêcher l'installation de la « barbarie » salafiste, comme si les bombes de ses avions sur les villes, tombant sur la population civile, n'étaient pas l'expression de la barbarie impérialiste ! Ce ne sera pas l'intervention de l'impérialisme française, l'un des plus importants responsables de l'extrême pauvreté en Afrique, qui va libérer le continent de la faim et du retard séculaire. Si les interventions impérialistes étaient gage de progrès, l'Afrique serait déjà très prospère.
 
L'excuse de l'intervention – la lutte contre les « extrémistes islamistes » – est la façade utilisée pour maintenir les frontières impérialistes en Afrique et pour permettre aux entreprises françaises de continuer à contrôler les matières premières provenant de cette région. Il s'agit d'une guerre d'agression coloniale soutenant un régime fantoche, dont le but est de massacrer le peuple Touareg qui lutte pour son autodétermination.
 
Les frontières du Mali
 
Le Mali a été une colonie française de la fin du XIXe siècle jusqu'en 1960, année où le pays gagne son indépendance. Après la crise de la dette des années 1980, ce contrôle a été renforcé par la privatisation et la présence de multinationales françaises dans les mines d'uranium, la téléphonie (Orange), l'électricité (Bouygues), le coton…
 
L'un des grands problèmes du Mali, conséquence de la présence impérialiste, est la division entre les peuples de la région. Parmi eux se trouvent les Touaregs qui habitent une région qui s'étend sur l'Algérie, le Mali, le Niger, la Libye, le Tchad, le Burkina Fasso, et le Nigeria. Il y a entre 1 million et 1,5 million de Touaregs. Depuis l'indépendance du Mali, les conflits avec ce peuple furent constants, car il réclame son propre État national.
 
Le Mouvement national de libération d'Azawad (MNLA), un groupe nationaliste laïque qui lutte pour l'autodétermination touareg, a ainsi pris les villes de Ménaka, Aguelhok et Tessalit. Le gouvernement de Toumani Touré a alors déplacé des troupes pour stopper les Touaregs. Mais l'armée a été mise en déroute, ce qui a donné lieu à un coup d'État en mars, dirigé par le capitaine Amadou Sanogo et soutenu par l'impérialisme français. À la fin du mois de mai, le MNLA et Ansar Dine ont déclaré l'État indépendant d'Azawad, qui n'a été reconnu par aucun pays de la région. Voilà le contexte réel dans lequel prend place l'intervention.
 
Dans ce scénario, la France a ouvert les portes à une intervention armée. Juppé, l'ancien ministre des Affaires étrangères de Sarkozy, a déclaré en février 2012 que la clef était « l'intégrité territoriale du Mali ». La politique de Hollande lui a emboîté le pas. Une de ses manœuvres a été d'obtenir, en octobre 2012, l'approbation de l'ONU pour préparer une intervention. Le 20 décembre, le Conseil de sécurité approuva l'envoi de militaires.
 
À bas l'intervention impérialiste française !
 
L'impérialisme français, dirigé par le gouvernement « socialiste », justifie l'intervention avec l'argument « de mettre fin à la menace terroriste », mais son objectif est d'assurer le partage de l'Afrique tel qu'il a été fixé par les impérialistes, il y a plus d'un siècle, en séparant dans des États différents des peuples partageant les mêmes langues et traditions, pour assurer le pillage impérialiste.
 
La position du Parti communiste français (PCF) et du Parti de Gauche (PG) de Mélenchon, principales organisations du Front de Gauche (FDG), est lamentable : ils ne condamnent pas l'intervention. Qui plus est, le PCF affirme que l'agression coloniale doit avoir lieu « sous le drapeau des Nations Unies ». C'est-à-dire qu’il justifie l'agression coloniale et, en exigeant que l'intervention soit réalisée sous la bannière des Nations Unies, il demande que les autres États impérialistes prennent part à l'agression coloniale. C'est précisément ce qu'exige l'impérialisme français. Bref, la position du PG et du PCF revient à une déclaration de solidarité avec l'agression impérialiste.
 
L'intervention française dans la guerre civile du Mali est loin d'avoir des objectifs « humanitaires ». L'utilisation de l'énergie nucléaire, en tant que principal fournisseur d'énergie pour l'industrie et les habitations, signifie que trois quarts de l'électricité produite en France proviennent de l'uranium. En outre, le résultat de l’exportation de l’électricité produite dans ses centrales a atteint 3 milliards d'euros. Ce que Hollande tente d'éviter avec l'intervention au Mali, c'est une crise de l'approvisionnement en uranium, et donc une hausse des prix de l'énergie qui aggraverait encore la crise économique en France.
 
La dépendance française envers ce minerai est donc vitale pour les entreprises françaises. Les gisements connus dans la région, qui traversent les frontières de plusieurs pays, sont estimés à 5000 tonnes d'uranium. Au Niger (à 200 km de la frontière avec le Mali) ceux-ci sont exploités par la société française Areva, et les réserves dans le sous-sol malien sont convoitées par cette société.
Nous faisons face à une agression coloniale à part entière. Comme celle de Bush, l'intervention militaire de Hollande a les mêmes arguments pour masquer les mêmes objectifs : le pillage colonial.
 
Les troupes françaises hors du Mali !
NON à l'agression coloniale !
 
Il est urgent de démasquer la politique impérialiste française, de mener une campagne contre l'intervention et de démasquer l'union sacrée qui, au nom des « droits de l’homme », va perpétrer un nouveau massacre en Afrique.

SHARE