Home AFRIQUE Manifeste international de la périphérie

Manifeste international de la périphérie

SHARE

Les entités et les organisations qui se sont réunies lors du Congrès de la CSP-CONLUTAS et de la rencontre du Réseau Syndical des Amériques appellent toutes les organisations du mouvement noir mondial à participer à la construction de la Marche de la Périphérie et du Novembre Noir 2017.

La bourgeoisie a commis le plus grand crime de l’Histoire : l’esclavage de 20 millions d’Africains, dont plus de la moitié est décédée dans le transport à l’intérieur de l’Afrique vers les ports ou sur des navires négriers qui traversaient l’Atlantique avec des centaines d’êtres humains enchaînés et traités comme des animaux. Les navires ont été appelés des « tumbeiros » (des navires-tombes) à cause du haut taux de mortalité dans leurs soutes.

Les bourgeois ont également été impitoyables avec les peuples indigènes dont plus de 50 millions ont été exterminés au nom du capitalisme et sous l’approbation de l’Eglise.

Au Brésil, ils ont maintenu l’esclavage pendant 300 ans, et quand ils y ont mis un terme, ils ont toutefois maintenu les grandes propriétés, sans donner la moindre éducation ni un emploi pour les esclaves libérés, en les laissant sans maison, sans travail, sans terre et sans respect humain.

En Afrique, ils ont divisé le continent selon les intérêts de l’impérialisme et surexploité la population ; ils ont supprimé toute souveraineté nationale ; ils ont pillé toutes les richesses.

En Haïti, ils ont envahi le pays plusieurs fois, ils y ont mis des gouvernements fantoches et y ont amené des troupes étrangères pour opprimer la population.

Tout cela pour garantir leurs profits et leur richesse.

Beaucoup d’héritiers impérialistes reconnaissent qu’ils ont pratiqué tout cet holocauste. Ils plaident coupables, mais restent impunis. Jusqu’à maintenant, ils n’ont rien fait pour réparer ces crimes.

Au contraire, ils continuent avec le génocide du peuple noir et indigène en défense de leurs intérêts impérialistes, maintenant à travers des gouvernements qui les représentent, marionnettes de ces mêmes impérialistes.

Pour nous qui construisons la « Marche Nationale de la Périphérie » dans plusieurs pays du monde, l’heure du changement du cours de notre Histoire est arrivée. C’est l’heure d’intensifier la résistance noire, indigène, des jeunes, des femmes, des LGBTs et des prolétaires dans tout le pays. C’est l’heure d’unifier les luttes pour la construction du Novembre Noir et de la Marche de la Périphérie vers une perspective de transformation sociale profonde et de construction d’un monde sans explorateurs ni exploités.

C’est l’heure de régler les comptes !

Si les Etats impérialistes ont commis un crime historique, ils doivent payer et réparer les dommages.

Ils doivent indemniser les esclaves réfugiés dans les quilombos, les indigènes et les nations dont ils ont pillé les richesses et entravé la possibilité d’avoir un développement social.

Notre jeunesse noire et indigène doit avoir un avenir. Nos peuples doivent être indemnisés avec des politiques de santé publique, d’étatisation des hôpitaux, des projets d’éducation, de formation et de qualification professionnelles ; des projets de création d’emplois pleins pour toute la population des pays exploités.

Les immigrants ont le droit à la nationalité et aux pleins droits dans les pays qui ont bénéficié de l’exploitation des peuples africains, asiatiques et des Amériques.

Pas de coupes dans les droits des travailleurs et des immigrants. Que les riches payent pour la crise !

Plan de construction de travaux publics pour créer des emplois.

Suspension immédiate du payement de toute la dette publique !

Organiser les peuples exploités à l’échelle internationale !

Installation dans chaque pays de Conseils Populaires des travailleurs exploités, où les décisions soient prises collectivement et démocratiquement.

Soutien des luttes des immigrants partout dans le monde.

Combattre toute forme de racisme et de préjudice oppresseur.

Exiger des pays impérialistes la reconstruction et la réparation pour les pays victimes de l’exploitation capitaliste.

 

Réunion de pays et entités lors du Congrès de la CSP-CONLUTAS et du Réseau Syndical des Amériques.

SHARE