Home ITALIE « La décision des camarades italiens est historique »

« La décision des camarades italiens est historique »

SHARE

Du 5 au 7 janvier, le congrès de fondation d’un nouveau parti italien, convoqué par le PC-ROL (Projet Communiste – Refonder l’Opposition des Travailleurs) a été réalisé dans la ville de Rimini. Avec des délégués venus de diverses régions du pays, et dans une atmosphère remplie d’émotion et d’enthousiasme, le congrès a adopté, comme résolutions, deux décisions historiques. Il a approuvé la fondation d’un parti révlutionnaire qui revendique les traditions du marxisme, léninisme, trotskysme, dont le nom devient PdAC (Parti de l’alternative Communiste). Et il a approuvé la demande de filiation de ce parti à la LIT-QI, signalant clairement qu’il naît en revendiquant la meilleure tradition révolutionnaire – celle de l’internationalisme prolétaire. Etaient présents au Congrès, en plus de la représentation formelle de la LIT-QI, des représentants des partis de notre courant, de la Belgique, de l’Espagne, du Portugal et du Brésil. Lisez l’interview qui suit avec Zé Maria, le président du PSTU, qui a pu participer au Congrès.


 


Quelle est son impression sur le Congrès et sur son importance?


Zé Maria : Ça a été un Congrès historique dont l’importance ne se restreint pas à la situation politique italienne. En effet, une nouvelle organisation révolutionnaire a été fondée en Italie, immédiatement intégrée au projet de construction d’une internationale. Cela a en soi une grande importance, car c’est un comportement très rare aujourd’hui, ce, même dans les secteurs qui revendiquent la tradition troskyste. Pour moi, l’importance de ce congrès réside précisément dans le fait d’avoir construit un nouveau parti dans le cadre d’une Internationale. Cela permet de consolider une Internationale révolutionnaire qui suit la tradition de la IVème Internationale.


D’autre part, l’enthousiasme et la joie des cadres et militants présents au Congrès, en raison de la décision de fonder un parti révolutionnaire qui va chercher à se construire en intervenant directement dans la lutte de classes, étaient visibles (et contagieuses…). L’expérience militante de la grande majoritéde ces compagnons avait, jusqu’à maintenant, eu lieu au sein d’une organisation réformiste (le Parti de Refondation Communiste). Tous ces éléments, en plus de la situation politique que traverse l’Italie, avec un gouvernement de Front Populaire dirigé par la DS (ancien Parti Communiste Italien) indique de bonnes perspectives pour le développement de ce parti.


 


Quelle est la situation actuelle de ce parti? Où se concentrent ses militants?


Zé Maria – C’est un parti qui naît avec un contingent relativement important de militants, vue la nature des partis comme les nôtres, dans la conjoncture politique actuelle. Il y a des militants qui interviennent dans divers secteurs (métallurgistes, professeurs, employés portuaires, jeunes, employés des aéroports, etc.) Ils commencent aussi un travail riche en potentiel auprès des travailleurs immigrés. Les militants n’interviennent pas seulement à Rome, mais dans diverses régions de l’Italie.


 


Quelle est l’importance de ces événements pour le PSTU et pour la LIT-QI?


Zé Maria – La LIT-QI est en train de débattre de ce thème, mais il me semble (et je crois que c’est aussi l’opinion de la direction de notre Internationale) que l’importance de cette fondation est immense pour le projet politique que nous construisons. Concrètement, lorsque sera formalisé l’accord de filiation du PdAC à la LIT-QI (ce qui doit se produire lors de la prochaine réunion du Comité Exécutif International de notre courant, dans quelques mois) ce parti peut devenir le plus grand parti de la LIT en Europe.


La filiation à la LIT-QI devrait se répercuter dans le monde entier, auprès des autres groupes, renforçant la capacité d’attraction et d’agglutination de notre courant. La décision des révolutionnaires italiens est historique pour pouvoir avancer dans la reconstruction de la Quatrième Internationale, dans la perspective que nous avons définie ces dernières années.


Pour notre parti, l’importance des événements en Italie est très grande. D’abord parce qu’en renforçant la LIT-QI, nous renforçons aussi la direction de notreparti, qui n’existe que comme élément de ce projet international. Et cela contribue directement à renforcer notre parti, dans le mesure où nous pouvons nous approprier l’expérience des compagnons pour renforcer notre activité ici, au Brésil. Dans le discours que j’ai prononcé au Congrès, au nom du PSTU, j’ai invité les camarades à envoyer des cadres qui puissent rester quelques mois dans notre pays, pour connaître notre travail et la LIT-QI. De cette manière, ils pourraient aussi bien se faire une idée de nos politiques, en partant de leur  propre expérience en Italie, et utiliser notre expérience pour leur travail en Italie. Cela aiderait aussi à construire une expérience commune à l’intérieur de la LIT-QI.

SHARE