mar Sep 27, 2022
mardi, septembre 27, 2022

Le TUC doit organiser une grève générale maintenant

La baisse des salaires est la plus rapide depuis le début des statistiques

Soutien total à toutes les grèves

Les travailleurs se défendent contre les attaques du gouvernement et des employeurs contre leurs salaires, leurs emplois et leurs conditions de travail en menant des actions nationales. Le RMT (chemins de fer) fera grève les 27 juillet, 18 et 20 août, le CWU (travailleurs des télécommunications) les 29 juillet et 1 août et l’Aslef (conducteurs de train) le 30 juillet.

Par l’ISL (International Socialist League) – Grande-Bretagne

Les 115 000 postiers du CWU ont voté à 97,6 %, en faveur de la grève, avec un taux de participation de 77 %. Cela représente le plus important mandat de grève depuis la mise en œuvre de la loi sur les syndicats de 2016. Sur son site internet, le « …CWU a déclaré que la direction de l’entreprise a décidé d’imposer de manière exécutoire une augmentation de salaire de 2% à ses employés, désignés comme des travailleurs clés au plus fort de la pandémie, dans un climat économique où l’inflation RPI a grimpé à 11,7%. »[1]

Des grèves urbaines et régionales ont également lieu. Par exemple, les chauffeurs de bus du syndicat Unite font grève dans de nombreuses villes et régions. À l’heure où nous écrivons ces lignes, des offres salariales allant jusqu’à 8 % sont rejetées, par exemple par des conducteurs de tramway à Londres, des dockers et des conducteurs de bus à Liverpool.

Les cheminots, les infirmières et les postiers disent qu’ils étaient traités comme des héros (pour avoir travaillé dans le cadre du COVID) mais qu’ils sont maintenant traités comme des zéros. Le mouvement de grève signifie également une rupture politique contre les promesses et les programmes creux du gouvernement tory, pour ces travailleurs qui ont voté pour le Brexit, puis ont apporté un soutien politique à Johnson parce qu’ils avaient été trahis par le Labour depuis la grève des mineurs en 1984/85. Les trois premières grèves du RMT ont été soutenues dans des sondages à 58 % en moyenne.

Crise gouvernementale

La crise du gouvernement britannique se poursuivra, peu importe le nombre de dirigeants qu’ils essaieront. Cette crise a donné aux travailleurs du RMT plus de confiance pour faire grève et a augmenté de façon spectaculaire le soutien dont ils bénéficient. La semaine suivant les grèves, Johnson a démissionné. Aucun commentateur grand public n’a fait le lien entre la grève et la chute de Johnson, mais c’était un facteur important, car Johnson a envoyé les caniches de son cabinet contre la direction du RMT dans une guerre médiatique, et il a perdu. Il a été prouvé qu’ils étaient des « menteurs » et ont été traités comme tels à de nombreuses reprises.

Les Tories mènent plus d’attaques contre notre classe, font plus de lois contre les travailleurs, les immigrants et les pauvres, et lancent plus d’attaques de la police contre les communautés noires. Les travailleurs commencent à sentir qu’il est temps de faire grève pour sauvegarder leurs salaires, leurs emplois, leurs familles et leurs quartiers.

La principale politique du gouvernement pour faire face aux crises internationales est de réduire les salaires réels alors que l’inflation réelle dépasse les 10% et frappe encore plus durement les pauvres. Les entreprises du secteur de l’énergie et les autres entreprises privatisées en profitent. Pourtant, la Banque d’Angleterre et le Financial Times affirment que les salaires sont la cause de l’inflation – un mensonge – comme si l’invasion russe de l’Ukraine ou l’aggravation des problèmes économiques de production et de commerce international n’existaient pas dans le capitalisme et l’impérialisme mondiaux.

Ces grèves ont lieu parce que les travailleurs doivent se battre pour obtenir des augmentations de salaire liées au coût de la vie. De nombreux travailleurs, et pas seulement ceux qui sont en grève, tels que le personnel hospitalier (1,5 million de travailleurs), les enseignants (624 000), les travailleurs des facultés, des universités, de la fonction publique et les pompiers, se voient offrir une combinaison d’augmentations salariales inférieures à l’inflation, de pertes d’emploi substantielles, et des retraites et des conditions de travail dégradées.

Ils devraient tous exiger une échelle mobile des salaires (ainsi que des prestations sociales et des pensions) pour suivre l’inflation – comme en Belgique. Le personnel du NHS en Angleterre ne s’est vu offrir que 5%.

Les mois de juillet et août verront la première grande grève nationale des travailleurs de British Telecom depuis 1987, et le RMT fera encore trois jours de grève nationale, ce qui en fait six cette année. Nous soutenons Mick Lynch (secrétaire général du RMT) lorsqu’il appelle les autres syndicats à rejoindre le RMT dans une action de grève nationale. Nous pensons que le RMT et d’autres dirigeants syndicaux devraient aller plus loin et demander au TUC d’organiser une grève générale. La base des syndicats devrait porter cette revendication à tous les niveaux.

Le TUC a appelé à la manifestation de 60 000 personnes à Londres le 18 juin, mais n’a pas l’intention d’organiser une grève nationale ou même une conférence nationale pour coordonner les grèves nationales. Il faut le pousser à le faire.

L’offensive du gouvernement consiste à faire baisser les salaires, à attaquer les conditions de travail et à supprimer des droits aux travailleurs. Cela signifie que si les travailleurs d’un secteur peuvent obtenir des augmentations de salaire supérieures à l’inflation, ils ne peuvent pas vaincre seuls l’offensive des employeurs et du gouvernement. Ils doivent mettre en place des actions de grève conjointes, et tous les travailleurs doivent exiger que le TUC organise une grève générale.

Ce gouvernement est détesté, et la colère contre lui ne cesse de croître. La grève du RMT a contribué à faire tomber Johnson, une grève générale peut faire tomber le gouvernement.

Internationalisme

Pendant les trois jours de la grève précédente, des syndicats internationaux ont montré leur solidarité. Comme CUB Trasporti en Italie, la CGT du rail en France, la CSP-Conlutas au Brésil ; et le Réseau international de solidarité et de lutte des travailleurs, dont Solidaires en France, appelle les 100 syndicats affiliés au niveau international à soutenir la grève du RMT.

C’est le début de la construction de la solidarité internationale pour la lutte des travailleurs britanniques et de la construction de luttes communes avec d’autres pays. Les travailleurs du rail et de nombreux syndicalistes sont confrontés à une lutte globale contre le capital international. Par exemple, parmi les propriétaires du système ferroviaire figurent l’État néerlandais, la Deutsche Bahn et l’entreprise italienne Trenitalia Rail, soutenue par l’État. Selon le RMT, 70 % des chemins de fer britanniques sont aujourd’hui sous propriété étrangère à un degré ou à un autre.

Les propriétaires nationaux et internationaux exploitent les travailleurs du monde entier. Ces luttes doivent donc être liées entre elles car nous avons les mêmes ennemis : leur système capitaliste et impérialiste est mondial. Les travailleurs se battent pour les salaires, contre le travail précaire, la privatisation et l’oppression dans le monde entier, contre le rude système de l’impérialisme capitaliste, y compris le FMI, la Banque mondiale et le G20 qui exige qu’il n’y ait pas de barrières à leur capital.

Opprimer et voler les travailleurs

Les syndicats affirment que les actionnaires des chemins de fer privatisés et de British Telecommunications (BT) versent des sommes énormes aux actionnaires. Dave Ward, secrétaire général du CWU, a déclaré : « Alors que les patrons engrangent 758 millions de livres de profits et que les actionnaires prennent 400 millions de livres, les travailleurs sont censés subir une sérieuse baisse de salaire en termes réels« .

Les entreprises accordent des primes obscènes aux PDG et augmentent les prix. Les travailleurs et les clients, en général, ont dû supporter l’augmentation des coûts pour tout, y compris les transports « publics » et les téléphones.

Ces attaques contre les travailleurs, si elles ne sont pas vaincues, entraîneront de nombreux problèmes de sécurité au travail, d’emplois précaires et d’inégalité des salaires (que le capitalisme n’a jamais résolus). En revanche, certaines nouvelles attaques, comme celle contre les pompiers, vont dans le sens de la fin de la reconnaissance des syndicats. Tout cela est poursuivi par un système capitaliste qui maintient sa cupidité et cherche tous les moyens de réduire le coût de l’emploi des travailleurs. Ils sont déterminés à augmenter le montant de la plus-value qu’ils volent aux travailleurs.

Le Royaume-Uni compte désormais 177 milliardaires, soit six de plus que l’année dernière. La richesse combinée des 250 personnes et familles les plus riches du Royaume-Uni a atteint 710 milliards de livres, soit une augmentation de 8 % en 12 mois.

Tout le monde sait que de nouveaux chocs de prix sont à venir. Les factures de gaz et d’électricité, qui ont déjà augmenté de façon spectaculaire en 2022, vont augmenter de 50 % à 64 % en octobre prochain, à moins que le gouvernement ne soit contraint de plafonner les prix et de mettre fin aux profits.

Les grandes entreprises utilisent l’inflation comme couverture pour faire grimper les prix car elles veulent plus de profits. Depuis l’austérité, à partir de 2010, et l’effondrement du COVID, la part du revenu des travailleurs et les salaires réels ont fortement diminué. Le Royaume-Uni est devenu une économie à bas salaires.

La Banque d’Angleterre va augmenter les taux d’intérêt, mais cela n’aura que peu d’effet sur l’inflation et risque plutôt de provoquer une stagnation des investissements et de la consommation, aggravant ainsi la récession, voire pire.

Les travailleurs britanniques subissent l’attaque la plus sévère sur les salaires parmi les pays du G7 et la paye devrait chuter de plus de 6 % au cours des deux prochaines années, selon une étude du TUC. La question est maintenant de savoir ce que le TUC va faire.

Les travailleurs se défendent

Les travailleurs organisés se défendent, encourageant de nombreuses sections à se battre, l’adhésion aux syndicats augmente et des militants appellent à une grève générale dans les listes de discussion des syndicats. De nombreux travailleurs affirment que ce sont les profits, et non les salaires, qui sont la cause de l’inflation au Royaume-Uni.

Cela signifie que le mouvement de grève doit être organisé à partir de la base avec des demandes permanentes des sections syndicales et de la base sur leurs directions syndicales et à travers elles sur le TUC.

Il ne faut pas oublier qu’en 2011, lorsqu’il y a eu une grève nationale du secteur public contre les attaques sur les retraites, le TUC n’a organisé qu’une seule journée, et il n’y a pas eu de grand appel d’un groupe de dirigeants syndicaux de gauche pour organiser une autre journée. Cependant, les travailleurs demandaient « à quand la prochaine grève nationale pour les retraites » pour battre le gouvernement conservateur. Onze ans plus tard, nous pouvons aller beaucoup plus loin, tant que les mouvements de grève sont dirigés et contrôlés par la base syndicale.

Les syndicats du rail réclament la propriété publique des chemins de fer. Mais ce slogan ne dit pas qui contrôlera : l’État capitaliste ou un État des travailleurs ? Nous avons fait l’expérience de ce que signifie la nationalisation par l’État capitaliste – la création de services et d’entreprises dans un océan de capitalisme. Pour mettre fin à toutes les escroqueries et à la corruption, nous avons besoin du contrôle des travailleurs, et pas d’indemnisation. Seule la lutte pour la démocratie et le contrôle des travailleurs peut vaincre le capitalisme avec un gouvernement des travailleurs.

Que fait le parti travailliste ?

Keir Starmer a clairement indiqué qu’il ne soutenait pas les piquets de grève du RMT, ce qui signifie que lui et le Labour ne soutiennent pas les grèves contre le coût de la vie. Le député David Lammy a poursuivi l’attaque contre les travailleurs d’Heathrow. Starmer a été contré par 50 députés travaillistes qui ont soutenu les piquets de grève ou s’y sont rendus. Mais la direction du Labour est hostile à la lutte de la classe ouvrière, et les députés qui se sont rendus aux piquets de grève sont dans le mauvais parti.

La politique internationale de Starmer le prouve. Il soutient totalement l’OTAN, et lorsque certains députés de gauche ont signé une déclaration contre l’OTAN, il a dit qu’il les sanctionnerait s’ils ne retiraient pas leur signature. Ils ont tous retiré leur soutien à cette déclaration contre l’OTAN.

Ainsi, alors que les travailleurs et les syndicalistes luttent contre l’invasion russe en Ukraine, en Biélorussie et en Russie, Starmer se range du côté des États-Unis et de l’UE pour augmenter le programme d’armement, non pas pour le peuple ukrainien mais pour l’utiliser contre les travailleurs. Il n’y a aucune différence entre les Tories et le Labour de Starmer.

Non pas le Labour mais un nouveau parti des travailleurs

En discutant de la nécessité d’un nouveau parti des travailleurs avec des militants syndicaux, un commentaire a été formulé : « Ce que nous voulons, c’est un parti socialiste ». Notre réponse est qu’en raison des revers subis par la classe ouvrière du fait du stalinisme et du réformisme, il existe une grande méfiance à l’égard des partis politiques.

Nous appelons à la création d’un nouveau parti des travailleurs parce que de nombreux travailleurs commencent à se battre, et qu’ils peuvent associer le socialisme au Parti communiste britannique ou au Parti travailliste ; en ce moment, ils ne sont peut-être pas convaincus du socialisme. Un parti des travailleurs ne peut être construit que sur la base de la lutte et de la démocratie des travailleurs.

Ainsi, notre premier appel s’adresse à tous les travailleurs qui se lancent dans la bataille et à tous les jeunes qui veulent se battre aux côtés de tous les opprimés du pays. C’est la classe ouvrière alliée à tous ces secteurs qui peut vaincre non seulement un gouvernement mais aussi le capitalisme britannique.

L’ISL soutiendrait un tel développement avec un programme de lutte de classe pour répondre à tous les problèmes qui existent aujourd’hui et lutter pour le socialisme ouvrier, le socialisme révolutionnaire, au sein d’un tel Parti des Travailleurs.

Dans les problèmes croissants d’une récession imminente et d’attaques de classe plus importantes par un gouvernement conservateur ou travailliste, les travailleurs passeront par de nombreuses expériences, les testeront en pratique et apprendront de leurs expériences. Ni les dirigeants ni les programmes ne peuvent être imposés à un tel parti, et nous défendrions le maximum de démocratie ouvrière.

Pour avancer, nous ne pouvons pas passer par le même processus que Jeremy Corbyn. Ses reculs face aux attaques des Tories, des sionistes et des travaillistes de droite n’ont jamais été discutés ou planifiés devant les centaines de milliers de personnes qui le soutenaient. Ses reculs ont été décidés à huis clos. C’est pourquoi il a perdu les dernières élections générales, car de nombreux travailleurs ne pensaient pas qu’il était un leader pour eux et ne croyaient pas qu’il allait changer les choses.

S’unir et lutter

Les personnes issues des luttes sociales telles que les sections de BLM[2], LGBTQ+ (et la Pride de gauche), les communautés pakistanaises, les étudiants, les organisations de retraités et ceux qui luttent pour la Palestine soutiennent les grèves du RMT. Construisons des groupes de soutien à la grève en lien direct avec les travailleurs en grève et construisons une véritable grande lutte de classe contre le gouvernement et les employeurs.

C’est aux travailleurs de mener cette lutte nationale, avec tous les opprimés, les quartiers populaires et les jeunes, qui veulent lutter à travers les syndicats pour une grève générale, pour une véritable démocratie et l’action des syndicats, et pour un nouveau parti des travailleurs qui aidera à construire un mouvement de masse dans les rues du Royaume-Uni, contre le capitalisme.

Construire l’ISL

L’ISL se battra au sein de toutes les luttes contre le système capitaliste qui est déterminé à faire payer la crise aux travailleurs. Nous ne cessons jamais de croire que la classe ouvrière – en étroite alliance avec les masses laborieuses et les personnes opprimées – est la seule à pouvoir transformer la société en raison de sa position sociale dans la production. La classe ouvrière nous montre qu’elle peut et va mener cette lutte, agir et être au centre des luttes politiques et des combats dans l’industrie.

L’ISL a été créée pour lutter pour un nouveau monde où, comme le disait Rosa Luxemburg, nous serons « socialement égaux, humainement différents et totalement libres ». D’où notre engagement dès le début dans les luttes contre toutes les formes d’oppression, comme partie de la lutte des classes, nécessaire pour unir la classe ouvrière sur la voie de la prise du pouvoir, pour une révolution socialiste et un gouvernement des travailleurs.

Dans l’ISL, nous nous battons pour que la classe ouvrière entre dans la bataille pour la direction des luttes pour ses revendications démocratiques, avec une orientation et une perspective de classe dans la lutte révolutionnaire.

Nous faisons partie de la Ligue internationale des travailleurs – Quatrième Internationale (LIT-QI). Nous comprenons qu’une organisation dont le but est la lutte de la classe ouvrière doit être internationale. Nous existons en tant que partie d’une Internationale révolutionnaire pour affronter l’impérialisme capitaliste sous toutes ses formes : pour les grèves, pour la solidarité ouvrière internationale, pour la classe ouvrière ukrainienne, pour la lutte de masse au Sri Lanka.

Victoire pour l’été des grèves au Royaume-Uni !

Le TUC doit organiser une grève nationale maintenant !

Créons des groupes de soutien à la grève !

Pour une échelle mobile des salaires, des prestations sociales et des pensions !

Imposons des plafonnements de prix – stoppons les profiteurs !

Nationalisation sous le contrôle des travailleurs et sans indemnisation de tous les services publics et des grandes entreprises privées !

Construisons un nouveau parti des travailleurs !

[1] RPI : Retail Price Index. Taux d’inflation des prix de détail

[2] Black Lives Matter.

Ces articles peuvent vous intéresser

Découvrez d'autres balises

Artigos mais populares