mar Sep 27, 2022
mardi, septembre 27, 2022

OTAN : Un sommet de voyous qui ne sauvera pas le peuple ukrainien

Les 29 et 30 juin, le sommet de l’OTAN qui se tiendra à Madrid réunira 44 dirigeants mondiaux, dont Joe Biden.

UNE MACHINE DE DESTRUCTION ET DE TERREUR DÉGUISÉE EN SAUVEUR

Créée par les grandes puissances impérialistes en 1949, l’OTAN a un bilan d’agressions militaires, d’occupations et d’assassinats qui n’a rien à envier à l’armée de Poutine. De l’Irak à l’Afghanistan, du Vietnam à la Syrie, les peuples du monde peuvent témoigner d’un tel CV sanguinaire.

Même lorsque ses interventions se faisaient passer pour « humanitaires », il suffirait de demander aux habitants de Srebrenica comment l’OTAN et l’ONU les ont « protégés » lorsque, après presque trois ans de siège, le 11 juillet 1995, le général serbe Ratko Mladic a ordonné l’attaque finale contre 40 000 civils dans cette ville bosniaque, une zone déclarée « protégée ».

L’OTAN est une machine de guerre impérialiste, elle n’a jamais été au service de la paix, ni de la garantie de quelque droit des peuples, mais bien de la protection des intérêts géostratégiques de ses bourgeoisies respectives. Elle n’a pas hésité, comme en Bosnie, à intervenir pour imposer un accord au nom de la paix, qui a divisé le pays et légitimé la partition et le vol de son territoire.

Au moment où nous écrivons ces lignes, 18 migrants ont déjà été tués à la frontière de Melilla dans le cadre de l’accord de la mort entre le gouvernement espagnol PSOE-UP et le gouvernement marocain.  C’est à cet objectif que répond l’annonce faite par M. Sánchez et la ministre de la défense, Margarita Robles, de proposer, lors du sommet, un renforcement et un déploiement de l’OTAN sur son flanc sud, face à l’Afrique.

Par conséquent, le juste rejet que la grande majorité de la classe ouvrière et de la jeunesse ressent face à l’invasion génocidaire de Poutine ne peut nous amener à céder à de faux récits sur la prétendue nature défensive de l’OTAN, ni à placer un quelconque espoir dans cette machine de mort. Au contraire, nous devons continuer à dénoncer son véritable caractère d’alliance militaire impérialiste.

L’IMMENSE CADEAU DE POUTINE À L’OTAN

La particularité la plus remarquable de ce sommet par rapport aux autres est qu’il se déroule en plein milieu de l’invasion de l’Ukraine par Poutine, qui dure depuis plus de quatre mois.

La guerre d’agression contre l’Ukraine a servi à donner à l’OTAN – une entité discréditée et remise en question par les populations de plusieurs de ses pays membres – une crédibilité sociale qu’elle n’avait pas et à la renforcer de cette manière.

Poutine a fourni le prétexte social pour que la Suède et la Finlande, historiquement neutres, décident de rejoindre l’OTAN. La crainte d’une future attaque russe a fait basculer leur position traditionnelle de non-alignement. Alors qu’il y a six mois, seuls 20 % de la population finlandaise (dont le pays partage plus de 1 300 kilomètres de frontière avec la Russie) étaient en faveur de l’adhésion, aujourd’hui, trois Finlandais sur quatre sont favorables à l’adhésion à l’Organisation atlantique.

Même dans l’État espagnol, où l’adhésion à l’OTAN a été remise en question dès le départ par une grande partie de la population, selon un récent sondage, le soutien de la population à l’Alliance atlantique s’élève à 83 %.

Il suffit de citer les mots sans ambiguïté du président des États-Unis, reproduits dans les médias du monde entier, en référence aux doutes qui ont surgi ces dernières années quant à la pertinence de l’OTAN dans le monde du XXIe siècle : « L’OTAN est pertinente, elle est efficace et elle est plus nécessaire que jamais« . Sans aucun doute, un cadeau en or à l’OTAN de la part de Poutine et de ses amis.

L’ARNAQUE DU SOUTIEN MILITAIRE À LA RÉSISTANCE UKRAINIENNE

L’un des objectifs déclarés du sommet, qui fait partie du discours de l’impérialisme, est de maintenir « l’engagement extrême des dirigeants [des pays membres de l’OTAN] à soutenir l’Ukraine et à démontrer leur solidarité non seulement en paroles, mais aussi en actes« . (Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN).

Pour mettre en scène ce soutien, le président Zelensky a été invité au sommet, mais il y participera finalement par vidéoconférence.

Les États-Unis sont de loin le pays qui s’est le plus impliqué jusqu’à présent dans l’aide à ce pays slave, avec un décaissement au 10 mai 2022 de plus de 42 milliards d’euros, dont seulement 24 milliards seraient une aide militaire. Il suffit de comparer ce chiffre avec le total des dépenses militaires des États-Unis, qui s’élevait en 2021 à 801 milliards de dollars.

Le gouvernement espagnol, tout en réitérant mille fois sa « solidarité et son soutien à l’Ukraine« , n’a rien fait d’autre que d’envoyer de la ferraille militaire qui ne suffit même pas pour deux heures de guerre. On pourrait dire la même chose de l’Allemagne ou de la Grande-Bretagne. En réalité, l’aide militaire totale accordée à l’Ukraine ne dépasse même pas 1 % du matériel militaire de l’OTAN.

Ils refusent d’envoyer des armes lourdes à l’Ukraine, ils ont même refusé de livrer des avions de fabrication russe prêts à être utilisés et ont même bloqué la livraison de chars d’assaut alors qu’ils sont obsolètes et inutilisables depuis près de dix ans. Le soutien militaire de l’OTAN à l’Ukraine est à proprement parler une arme de propagande pour justifier socialement son existence, ainsi que pour tenter d’éviter le rejet social dans les pays impérialistes de l’augmentation croissante des dépenses militaires et de la politique de réarmement.

Il suffit de voir comment, en 2021, les dépenses militaires mondiales ont atteint 2,1 trillions de dollars, soit 2,2% du produit intérieur brut mondial. Lors de ce sommet, les États-Unis demanderont une nouvelle fois à leurs alliés de porter le budget militaire à 2 % du PIB total. L’Allemagne a déjà opéré un virage stratégique, une nouveauté depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, dans sa politique d’armement, en portant ses dépenses militaires à 110 milliards de dollars, dépassant ainsi la Grande-Bretagne, qui était l’an dernier le deuxième pays de l’OTAN et le troisième au monde.  De même, Biden a annoncé une augmentation de 4 % du budget militaire américain d’ici 2023.

L’industrie militaire devient, comme souvent lors des crises capitalistes, un mécanisme « anti-crise ». Il suffit de voir comment, au milieu d’une pandémie mondiale, l’industrie militaire a survécu et prospéré en 2020. Menées par les États-Unis, les ventes d’armes ont progressé depuis 2015, augmentant pour la sixième année consécutive alors même que l’économie mondiale s’est contractée pendant la première année de la pandémie.

L’invasion de Poutine, comme nous l’avons déjà dit, a donné aux puissances impérialistes le prétexte social pour déclencher une course générale aux armements, bien que l’aide militaire au peuple ukrainien n’aille pas au-delà de la ferraille nécessaire pour faire de la place pour le nouvel arsenal militaire moderne.

TOUT N’EST PAS UNITÉ ENTRE LES PAYS DE L’OTAN ET L’UKRAINE N’EST PAS IMPORTANTE POUR EUX

Bien que l’objectif déclaré de ce sommet soit d’élaborer la feuille de route commune de l’alliance militaire dans les années à venir (« la nouvelle stratégie »), en filigrane, il y a, toujours, le conflit d’intérêts entre les différents pays impérialistes et les contradictions sous-jacentes que cette réunion ne parviendra pas à résoudre.

Avant l’invasion, le gazoduc Nordstream 2, qui relie la Russie à l’Europe centrale et occidentale, était considéré comme une menace majeure par le secteur capitaliste américain de l’énergie. L’exercice d’une pression intense sur les pays européens, en particulier l’Allemagne, pour qu’ils restent dans les réseaux d’approvisionnement contrôlés par les États-Unis et, plus généralement, l’isolement de la Russie (et de l’Iran) des marchés énergétiques mondiaux, ont été des motifs importants de la politique des États-Unis ces dernières années.

La guerre exprime la crise économique mondiale du capitalisme et, dans le cadre de cette crise, le conflit inter-impérialiste féroce pour le contrôle des ressources énergétiques. Malgré l’unité apparente de l’OTAN, l’Allemagne, qui dépend du pétrole et du gaz russes, se réarme en alliance avec l’impérialisme français et en entraînant l’UE derrière eux, pour tenter de se positionner de manière indépendante face à la Chine et aux États-Unis et jouer son propre rôle impérialiste dans le conflit qui les oppose.

Les agissements des pays impérialistes et de l’OTAN montrent très clairement que ce sur quoi ils sont d’accord, c’est qu’il ne s’agit pas de détruire Poutine (qui, entre autres, joue un rôle important pour enrayer d’éventuels processus révolutionnaires dans la région). Leur objectif est de le stopper dans son élan et de le faire échouer dans ses projets de contrôle de la production, de la distribution et de la commercialisation du pétrole et du gaz.

Dans ce contexte, les déclarations pompeuses de « soutien jusqu’au bout » à l’Ukraine et l’envoi d’armes au compte-gouttes, petites et mauvaises, n’ont pas pour but que l’Ukraine gagne la guerre mais de forcer Zelensky à effectuer une sortie négociée.

MANIFESTATIONS CONTRE L’OTAN OU EN SOUTIEN À POUTINE ?

Dans cette guerre d’invasion de l’Ukraine et de libération nationale ukrainienne, on ne peut ignorer le rôle misérable joué par une partie de la gauche qui, cette semaine, organisera diverses manifestations pour désavouer ce sommet.

Certains d’entre eux – les plus rares – justifient l’invasion de l’Ukraine en disant qu’il n’y avait pas d’autre solution à la menace de l’expansion de l’OTAN ou défendent le mensonge éhonté de Poutine sur la « dénazification » de l’Ukraine.  Un autre secteur condamne l’invasion de l’Ukraine par Poutine, mais ensuite, dans leurs déclarations et leurs écrits, ils ne consacrent pas une seule ligne de soutien et de solidarité au peuple ukrainien et refusent de demander aux gouvernements d’envoyer des armes à l’Ukraine, arguant que cela ne ferait que contribuer à la remilitarisation de l’Europe et au renforcement du pouvoir de l’OTAN.

Cette attitude misérable, qui nie en pratique le droit du peuple ukrainien à se défendre et sa souveraineté nationale, les place du côté de Poutine. Ils font partie de ce que l’on pourrait appeler les « amis non déclarés » de Poutine.

NOTRE REJET DE CES IMPOSTEURS ET NOTRE SOUTIEN AU PEUPLE UKRAINIEN

Au sein de la LIT-CI, nous continuons à exiger de tous les pays qui prétendent défendre le droit des Ukrainien.nes à leur souveraineté, qu’ils ENVOIENT PLUS D’ARMES EN UKRAINE sans aucune condition. Parce que l’invasion ne peut être arrêtée seulement par des mots et parce que le peuple ukrainien a le droit de déterminer sa politique, son économie, sa culture et son mode de vie, qui ont été violemment ébranlés.

En même temps, à partir de notre engagement envers l’héroïque résistance ukrainienne, nous pensons que le peuple ukrainien ne devrait pas avoir la moindre confiance politique dans l’OTAN, ni dans aucune des puissances impérialistes. Notre confiance demeure dans la résistance héroïque des travailleurs/ses et du peuple ukrainiens. Seule l’action indépendante de la classe ouvrière mènera la guerre de libération nationale à la victoire. Elle doit prendre en main les tâches de défense et de victoire sur les occupants, s’organiser de manière indépendante et aller vers la formation de son propre gouvernement des travailleurs et du peuple exploité.

C’est pourquoi, à l’occasion de ce sommet, nous continuons à clamer haut et fort que nous, la classe ouvrière et les peuples d’Europe et du monde entier, ne sommes pas plus en sécurité et mieux protégés, mais plus menacés, par cette alliance militaire. Le réarmement militaire entraînera également un endettement accru des pays, ce qui se traduira par davantage de coupes sociales et de misère pour les populations.

Continuons à exiger la réduction drastique des dépenses militaires, le désarmement nucléaire et la destruction des armes de destruction massive !

Dissolution de l’OTAN et de toutes les alliances et pactes militaires, et démantèlement de ses bases militaires à l’étranger !

Halte aux interventions impérialistes !

Dissolution des armées professionnelles et leur remplacement par une armée basée sur le principe du peuple en armes !

Contre l’OTAN et les pactes impérialistes, construisons une internationale révolutionnaire.

25/06/2022

Sections européennes de la Ligue internationale des travailleurs – Quatrième Internationale

Ces articles peuvent vous intéresser

Découvrez d'autres balises

Artigos mais populares