mer Août 10, 2022
mercredi, août 10, 2022

17 mai | Être LGBTI n’est pas une maladie, le capitalisme est malade !

Par: Em Luta, section de la LIT-QI au Portugal, 17 mai, 2022

 La Journée internationale contre l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie marque la date à laquelle, en 1990, l’homosexualité n’a plus été considérée comme une maladie par l’OMS. Plus de trente ans plus tard, cependant, la pathologisation des identités LGBTI, et en particulier des identités trans, continue d’exister.

 Dans une enquête récente, menée par le centre de psychologie de l’université de Porto, près d’un jeune LGBTI sur dix a déclaré avoir déjà été la cible de tentatives de reconversion sexuelle – et les supposées « thérapies de reconversion sexuelle » ne sont toujours pas interdites. Ce n’est pas une coïncidence si 81,7% ont répondu qu’ils cachent leur identité de genre ou leur orientation sexuelle à tous les enseignants et au personnel scolaire.

 Pendant ce temps, le gouvernement PS – le même qui, ces derniers jours, a proposé des mesures visant à punir les médecins et les professionnels de la santé qui pratiquent des avortements et identifient les IST – continue à être complice des discours non seulement de l’extrême droite, mais aussi de divers secteurs conservateurs, contre « l’idéologie du genre » dans les écoles. L’année dernière, après une demande de révision promue par des membres du CDS et du PSD (et un membre du PS lui-même), la Cour constitutionnelle a rejeté les normes qui proposaient des mesures pour la protection de l’identité de genre dans les écoles – et le PS n’a plus rien dit à ce sujet.

Sous ce gouvernement – dans la continuité du précédent gouvernement Geringonça – les personnes LGBTI continuent de subir des discriminations dans les écoles, d’occuper les emplois les plus précaires ou d’être exclues du marché du travail. Ils n’ont toujours pas accès, notamment la population transgenre, aux soins de santé – une situation qui n’est qu’aggravée par la précarité du NHS.

 L’oppression et l’exploitation auxquelles la population LGBTI est soumise, et la division que cette oppression génère au sein de la classe ouvrière, dans la société capitaliste, servent à augmenter les profits des employeurs. Par conséquent, nous réaffirmons: les personnes LGBTI ne sont pas malades ! Malade est ce système qui profite de l’oppression !

 En ce 17 mai, nous réaffirmons que la manière de défendre les droits LGBTI, et même de combattre les attaques des secteurs les plus conservateurs, ne passe pas par la confiance dans ce gouvernement ou dans les institutions de la démocratie des riches, qui jour après jour soutiennent ce système qui profite de notre oppression et de notre exploitation. La voie de la défense des droits des LGBTI passe par l’organisation avec tous les travailleurs et leurs secteurs opprimés dans la lutte pour une société véritablement libre de toute oppression et exploitation.

 

Traduction Silas Teixeira

 

 

Ces articles peuvent vous intéresser

Découvrez d'autres balises

Artigos mais populares