mer Août 10, 2022
mercredi, août 10, 2022

La crise du coût de la vie est hors de contrôle

La pauvreté augmente à mesure que les bénéfices s’accélèrent

Mobiliser pour la manifestation du TUC[1] du 18 juin

La crise du coût de la vie au Royaume-Uni est hors de contrôle. La baisse du niveau de vie touche tous les travailleurs, en particulier les bas salaires et toutes les personnes bénéficiant de l’aide  sociale. L’inflation a atteint 9% en avril, et on s’attend à ce qu’elle atteigne bientôt 10%. Cependant, elle peut aller beaucoup plus haut.

 

Par Martin Ralph – ISL, section de la LIT-QI au Royaume-Uni

L’inflation est partout dans le monde, non seulement en raison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, des confinements et des problèmes de chaîne d’approvisionnement qui ont commencé à partir de Covid, mais aussi de l’appât du gain (et cet énorme problème est ignoré par les pontes de la politique).

Les augmentations se font sentir depuis des années, comme l’augmentation de 5 % de la taxe municipale, davantage de salaires faibles ou gelées, les prestations sociales faibles ou réduites et l’augmentation des coûts de transport. Et les histoires abondent sur le nombre de familles qui manquent de nourriture, voire qui cessent d’utiliser le système de paiement à la consommation pour l’électricité ou le gaz – le moyen de paiement le plus coûteux, alors que des millions de pauvres sont obligés d’utiliser ce mode de paiement.

La pauvreté est inhérente au capitalisme

En avril, la valeur des allocations de chômage britanniques a connu sa plus forte baisse en 50 ans,[2] la pension d’État et la plupart des autres prestations publiques ont augmenté de 3,1 %, tandis que les factures de gaz et d’électricité ont presque doublé.

Cette augmentation signifie que la pension d’État augmente de 4,25 £, arrivant à 141,85 £ par semaine, tandis que la nouvelle pension d’État complète augmente de 5,55 £, arrivant à 185,15 £. Une personne célibataire âgée de 25 ans voit son allocation de crédit universel passer de 324,84 £ à 334,91 £ par mois, soit un total de 4 019 £ par an. Les allocations familiales augmentent de 68 pence par semaine – uniquement pour l’enfant le plus âgé.

Avant Covid et l’Ukraine, plusieurs rapports (comme celui de l’Institute for Fiscal Studies) suggéraient que la pauvreté des enfants atteindrait plus de 5 millions d’ici 2022 ; actuellement c’est encore plus. Plus de deux millions d’adultes au Royaume-Uni ont été privés de nourriture pendant une journée entière en avril.

En avril, les ménages ont vu leurs factures grimper en flèche après que l’Ofgem[3] a augmenté de 54 % le plafond des prix de l’énergie. Désormais, au lieu de pouvoir augmenter ce plafond deux fois par an, il le fera trois fois par an. Le plafond de l’énergie devrait à nouveau passer de 1 971 £ à 2 395 £ pour le ménage moyen en octobre.

Les bénéfices totaux de Shell, BP, Exxon Mobil et Chevron ont augmenté de 27,3 milliards de dollars (22 milliards de livres) au cours des trois premiers mois de cette année. Exxon Mobil, Shell, BP et Chevron ont réalisé près de 2000 milliards de dollars de bénéfices au cours des trois dernières décennies. Les fournisseurs d’énergie comme Centrica, propriétaire de British Gas, ont également enregistré des bénéfices exceptionnels.

Ainsi, les profits peuvent s’accélérer et c’est une priorité pour Boris Johnson, alors que son programme législatif pour 2022 exclut toute considération adéquate pour s’attaquer à la crise du coût de la vie.

L’augmentation de la pauvreté signifie que les autorités locales et les services de santé sont plus nécessaires que jamais, mais 12 ans d’austérité et des années d’affaiblissement du système des soins de santé (NHS) sapent ou empêchent l’accès à la santé – à moins que vous ayez l’argent pour payer.

Nous devons exiger le rétablissement de tous les services qui ont été coupés, détruits ou privatisés et construire un système de prestations qui réponde aux besoins de la population, notamment en matière de santé, d’éducation, d’emplois, de salaires et de logements sociaux.

Mais le gouvernement a maintenant des pouvoirs légaux pour mettre le NHS beaucoup plus directement entre les mains d’entreprises privées, ce qui permet de faire payer les patients pour les services de santé.

Certains appellent à un contrôle des prix, et les prix doivent être contrôlés. Mais pour ce faire, nous avons besoin de comités d’inspection de travailleurs et des communautés, qui ont le contrôle sur la production et la distribution et qui peuvent dénoncer l’appât du gain. Cela signifie la nationalisation et le contrôle par les travailleurs de toutes les compagnies d’énergie, des multinationales de l’alimentation, du NHS et de tous les services publics, y compris les transports.

Les salaires, pas le profit

Le capitalisme veut un contrôle des salaires au lieu d’un contrôle des prix. Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, qui gagne 575 000 livres sterling par an, a récemment déclaré : « Je ne dis pas que personne n’a droit à une augmentation de salaire, ne vous méprenez pas. Mais ce que je dis, c’est que nous devons faire preuve de retenue dans les négociations salariales, sans quoi elles deviendront incontrôlables » [4].

Selon Martin Wolf, chroniqueur au Financial Times et keynésien, « Ce que [les banquiers centraux] doivent faire, c’est empêcher une spirale salaires-prix, qui déstabiliserait les anticipations d’inflation. La politique monétaire doit être suffisamment restrictive pour y parvenir. En d’autres termes, elle doit créer/préserver une certaine marge de manœuvre sur le marché du travail. » En d’autres termes, il s’agit de créer du chômage pour réduire le pouvoir de négociation des travailleurs. Il faut s’opposer au plein emploi et aux augmentations de salaires. Wolf et Bailey, le gouverneur de la BoE[5], prétendent que c’est pour arrêter l’inflation galopante. C’est pour préserver la rentabilité.[6]

L’inflation n’est pas causée par les augmentations des salaires. C’est un facteur mondial aujourd’hui, pas un problème dans un pays, mais à cause d’un monde capitaliste déséquilibré et qui fonctionne mal. L’idée que les salaires créent l’inflation est fausse, mais c’est l’argument principal, aux États-Unis comme en Europe.

Karl Marx sur les salaires et l’inflation

Karl Marx, réfutant le syndicaliste Weston (dans le débat au sein de la Ière Internationale) qui soutenait que les augmentations de salaires provoqueraient l’inflation, a déclaré, dans Valeur, Prix et Profit, que :

« une lutte pour une hausse des salaires ne fait que suivre la trace des changements antérieurs, et est la progéniture nécessaire des changements antérieurs dans la quantité de production, la productivité du travail, la valeur du travail, la valeur de l’argent, l’étendue ou l’intensité du travail extrait, les fluctuations des prix du marché, dépendant des fluctuations de la demande et de l’offre, et conformes aux différentes phases du cycle industriel ; en un mot, comme des réactions du travail contre l’action antérieure du capital.

En traitant la lutte pour une hausse des salaires indépendamment de toutes ces circonstances, en ne considérant que le changement des salaires, et en négligeant tous les autres changements dont ils émanent, vous partez d’une fausse prémisse pour arriver à de fausses conclusions… une hausse générale du taux des salaires entraînerait une baisse du taux général des profits, mais n’affecterait pas les prix des marchandises. »

Les salaires sont « restreints  » principalement pour augmenter les profits. Pendant 12 ans, il y a eu une restriction des salaires causée par les politiques d’austérité et en 2019, les salaires des travailleurs étaient à leur plus bas niveau historique. La décennie des années 2010 a vu une stagnation des salaires réels moyens dans la plupart des grandes économies.

Les banques centrales qui relèvent les taux d’intérêt pour « refroidir » les marchés du travail et réduire les hausses de salaires auront peu d’effet sur l’inflation et sont plus susceptibles de provoquer une stagnation des investissements et de la consommation, provoquant ainsi au moins une récession.

Le parti travailliste

Keir Starmer appelle à une taxe exceptionnelle sur les entreprises d’énergie mais n’a aucun programme pour mobiliser les travailleurs dans la lutte contre le capitalisme et l’austérité. Les élections locales montrent que les travailleurs de nombreuses régions sont en colère, désillusionnés ou peu convaincus par le Labour (le Labour n’a obtenu qu’un gain net de seulement 29 sièges en Angleterre, mais les Libéraux en ont gagné 191). Starmer a évité la question centrale des services et la façon dont les travailleurs ont été licenciés par milliers au cours des dix dernières années. La taxe exceptionnelle était une promesse vide de sens, en dehors de l’appel à une lutte de masse pour forcer les autorités locales à faire face à la crise énergétique en construisant un mouvement national de lutte avec tous les syndicats et les communautés de la classe ouvrière.

Mobiliser pour la manifestation nationale du TUC du 18 juin et les actions de grève nationales

En appelant à une manifestation le 18 juin, le TUC déclare : « Les travailleurs en ont assez. Tout augmente, sauf nos salaires. Rejoignez le mouvement syndical à Londres pour dire à ce gouvernement : nous EXIGEONS mieux ! ».

Quel faible slogan ! Nous disons : mobilisez-vous le 18 juin et luttez pour une grève nationale coordonnée contre le coût de la vie et tous les problèmes auxquels sont confrontés les travailleurs, les familles et les enfants. Construisez la résistance dans la classe ouvrière et les communautés opprimées.

 

Le Labour et un nouveau parti des travailleurs

Le syndicat des boulangers, le BFAWU, a choisi de se désaffilier du Labour lors de la conférence du parti en septembre 2021. Le syndicat des conducteurs de train ASLEF a également menacé de se désaffilier du Labour lors de sa propre conférence annuelle, le 16 mai. « Certains estiment que le comité exécutif de l’ASLEF, hors le secrétaire général, est à 5 contre 3 en faveur de la désaffiliation »[7]

Le leader travailliste a été critiqué par Unite[8], le plus grand affilié du Labour, et par Gary Smith, secrétaire général du GMB, ainsi que par des syndicats affiliés plus petits, TSSA et CWU.

Lors de la conférence de la FBU, le syndicat des pompiers, en mai, 25 % des membres ont voté pour se désaffilier du parti travailliste. La motion de Merseyside indique que le Labour de Keir Starmer a « apparemment tenté de se purger des socialistes, s’est activement éloigné des travailleurs et des travailleuses et a cherché à s’aligner sur les grandes entreprises« .

À Tower Hamlets, à Londres, le Labour a perdu face au nouveau parti Aspire parce ce dernier promettait de faire plus pour les travailleurs, les Noirs et les immigrants. À Liverpool, le Labour a perdu neuf conseillers municipaux au profit d’un nouveau parti, le Liverpool Community Party.

À Wakefield, dans le Yorkshire, une élection partielle aura lieu à la suite de la démission d’Imran Ahmad Khan, l’ancien député conservateur qui a été reconnu coupable d’agression sexuelle sur un garçon de 15 ans. L’exécutif du parti travailliste de Wakefield a quitté la réunion finale d’élection pour protester contre l’imposition par Starmer du choix des candidats, qui excluait tous les candidats locaux (selon l’exécutif local). Seuls 25 % des membres locaux ont participé au vote d’élection.

L’aile droite du parti travailliste détient entièrement le contrôle, c’est une direction bourgeoise pro-business et pro-OTAN. Aucune personne qui se considère comme socialiste ne devrait faire partie du Labour. Depuis la Première Guerre mondiale, le Labour est un parti ouvrier bourgeois (tel que défini par Lénine). Aujourd’hui, comme Blair, la direction soutient : l’impérialisme à outrance, les grandes entreprises britanniques, les contrôles de l’immigration, la légalisation antisyndicale ; et elle s’oppose à la démocratie interne.

Les travailleurs et les opprimés, ainsi que la jeunesse combative, doivent construire un parti des travailleurs capable de donner une nouvelle orientation à cette crise du coût de la vie et d’unir tous ceux qui vivent dans la pauvreté, qui luttent pour leurs droits au travail, les syndicats et les communautés combatives.

Seul un parti basé sur une démocratie interne complète pour développer un programme de lutte et aider à diriger la lutte contre le capitalisme sur la base de l’indépendance de classe contre l’exploitation et l’oppression peut porter des coups au gouvernement autoritaire de Johnson.

Pour ce faire, nous devons construire la Ligue Socialiste Internationale, pour aider à ce processus de lutte de classes contre le capitalisme. Nous ne devons pas être forcés à payer pour les crises du système capitaliste.

 

– Pour un parti des travailleurs combatif et démocratique basé sur la lutte des opprimés, des syndicats et des travailleurs.

– Une échelle mobile des salaires et des avantages sociaux liée à l’inflation et convenue avec les syndicats.

– Un salaire minimum de 15 £ l’heure

– Gel de la taxe communale pour les ménages les plus pauvres, extension de la gratuité des repas scolaires, contrôle des loyers contre les hausses de loyer.

– Nationaliser l’énergie, les transports et le commerce de détail sous le contrôle démocratique des travailleurs :

– Mettre fin à toutes les lois anti-immigration, à la nouvelle loi sur la police et à la privatisation du NHS.

 

[1] Trade Union Congress, fédération des syndicats.

[2] https://www.theguardian.com/business/2022/apr/11/cost-of-living-crisis-uk-benefits-plunge-to-lowest-value-in-50-years

[3] Régulateur des marchés du gaz et de l’électricité

[4]  https://www.thehrdirector.com/business-news/pay_and_reward/prime-minister-wrong-to-rebuke-andrew-bailey-on-pay-restraint/

[5] Banque d’Angleterre

[6] https://thenextrecession.wordpress.com/2022/02/19/inflation-supply-or-demand/

[7] https://labourlist.org/2022/02/train-drivers-union-aslef-could-cut-ties-with-labour-at-upcoming-conference/

[8] Fédération syndicale

Ces articles peuvent vous intéresser

Découvrez d'autres balises

Artigos mais populares