mer Nov 30, 2022
mercredi, novembre 30, 2022

L’Europe à l’épicentre de la pandémie

2 décembre 2021

La plupart des gouvernements du continent européen avaient adopté le discours « la pandémie est terminée » en se basant sur les taux de vaccination globaux élevés. Cependant, la réalité montre qu’une quatrième vague de plus en plus forte est en cours, même dans les pays les plus riches comme l’Allemagne. En même temps, dans plusieurs pays du continent, on assiste à d’importantes mobilisations contre certaines mesures de restriction de la circulation (comme le « laissez-passer sanitaire ») et la vaccination obligatoire.

Par: Alejandro Iturbe  

Dans un article récent de l’agence de presse britannique BBC, on peut lire : « L’Europe est à nouveau « l’épicentre » de la pandémie de Covid-19, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), après avoir observé une augmentation constante des cas sur tout le continent. Lors d’une conférence de presse, le directeur de l’OMS pour l’Europe, Hans Kluge, a déclaré que « la région pourrait enregistrer un demi-million de décès supplémentaires au cours des trois prochains mois » [1].

L’article évoque deux raisons pour expliquer cette augmentation. La première « est qu’au cours des derniers mois, le rythme de la vaccination a ralenti sur tout le continent ». La seconde, selon Kluge, est « que le relâchement des mesures de santé publique a contribué à l’augmentation des infections dans la région européenne de l’OMS » [2]. Dans ce cadre, deux grands pays du continent présentent un tableau très grave.

Russie

Le 19 octobre dernier, la Russie a « atteint un nouveau record de 1 015 décès en un seul jour » [3].  Les causes seraient les suivantes : « La lenteur du processus de vaccination et la réticence du gouvernement de Vladimir Poutine à imposer une fermeture nationale par Covid-19 produisent une nouvelle augmentation de la pandémie en Russie », causée par la variante Delta. Bien que le pays dispose d’un vaccin de sa propre fabrication (le Sputnik V), en octobre dernier, seuls 32 % de la population russe étaient entièrement vaccinés. La nouvelle citée fait référence au « scepticisme et à la méfiance » de la population à l’égard du vaccin.

Dans le même temps, au-delà des  » réticences  » du gouvernement de Poutine, la situation a contraint les autorités moscovites à  » imposer une quarantaine de quatre mois aux plus de 60 ans non vaccinés et le gouvernement national a proposé une semaine d’arrêt de travail pour tenter de freiner la montée de la pandémie de Covid-19 « , ainsi qu’un retour au télétravail pour les non vaccinés [4].

Malgré ces résolutions, la responsable de la santé Anna Popova « assure que les mesures actuellement adoptées « sont insuffisantes » en raison de l’augmentation considérable des contagions : « L’évolution de la situation épidémique exige un plus grand nombre de mesures et une réaction beaucoup plus rapide » [5].

Allemagne

Pendant ce temps, dans cet autre grand pays, mardi 16 novembre, « un nouveau record de contagions a été enregistré. Selon l’Institut Robert Koch (RKI) de virologie, le pays a enregistré 32 048 nouveaux cas de Covid-19, un nombre supérieur de 47% à celui de la semaine dernière.

Dans le même temps, les décès dus à la maladie continuent également d’augmenter, avec 265 décès, soit 169 de plus que mardi dernier. Des chiffres qui portent le total des décès dus au coronavirus à 97 980 décès depuis le début de la pandémie »[6].  Cela signifie que le nombre de contagions quotidiennes dépasse le pic de la fin de l’année dernière et que le nombre de décès par jour atteint celui du début de la pandémie (mars 2020).

En Allemagne, environ 66 % de la population est vaccinée, mais on constate une « stagnation » du processus de vaccination. Selon l’expert en santé Karl Lauterbach, « avec le nombre de cas que nous avons en ce moment, les hôpitaux de tout le pays atteindront leur capacité maximale dans les deux premières semaines de décembre » [7].

Dans ce contexte, le Parlement allemand a prévu de voter le jeudi 18 novembre,  » un nouveau cadre juridique pour les restrictions liées à la pandémie de Covid-19, qui pourrait être plus strict que ce qui était prévu auparavant  » [8]. Quel que soit le vote du Parlement, plusieurs destinations touristiques ont déjà été affectées dans leur activité et la fermeture temporaire du marché central de Munich a été décidée.

Autres pays

Le rapport cité de l’OMS dresse également un tableau plus général de la région. « Au Royaume-Uni, qui dépasse les 37 000 cas quotidiens, l’inquiétude est centrée sur les effets possibles de la quatrième vague d’infections : un grand nombre de décès et la saturation du système de santé. Certains de ces chiffres sont déjà inquiétants, puisque 165 décès ont été enregistrés au cours de la dernière journée, contre 126 au cours de la semaine précédente. L’Ukraine a enregistré 3 800 décès et un nombre record de 27 377 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures. Les deux pays ont des taux de vaccination très bas. La Roumanie a enregistré le plus grand nombre de décès en 24 heures, soit 591, tandis qu’en Hongrie, le nombre d’infections quotidiennes par Covid a doublé au cours de la semaine écoulée pour atteindre 6 268. […] La Croatie, quant à elle, a enregistré 6 310 nouveaux cas jeudi, son nombre le plus élevé jusqu’à présent, tandis que la Slovaquie a signalé son deuxième plus grand nombre de cas. En outre, les contagions tchèques sont revenues à des niveaux enregistrés depuis le printemps boréal »[9].

D’autres pays ont un nombre proportionnellement plus faible de contagions et de décès, mais également en croissance.

Face à ce tableau, Maria Van Kerkhove, directrice technique de l’OMS pour Covid-19, a averti que « ces quatre dernières semaines, les cas en Europe ont explosé de plus de 55% ». Pour sa part, le docteur Mike Ryan a déclaré que « ce qui se passe en Europe est un coup de semonce pour le monde. Pour l’heure, nous semblons résolus à croire que la pandémie est terminée et qu’il suffit de vacciner quelques personnes supplémentaires. Ce n’est pas le cas. » [10].

La pandémie continue

L’essentiel est donc que, comme l’a dit cet expert, la pandémie continue et génère de nouvelles vagues, même dans les pays où les niveaux de vaccination sont moyens ou élevés et dont les gouvernements ont dit « c’est fini ». Pourquoi est-elle si persistante ?

Le facteur le plus important est celui que nous avons souligné dans un article de juin dernier, dans lequel nous avons rejeté l’idée de « la fin de la pandémie » [11].  « Nous affirmons qu’il s’agit d’une grande falsification : ce fléau et ses séquelles sont loin d’être terminés. Pour comprendre cette affirmation, il faut partir du concept même de pandémie donné par l’OMS (Organisation mondiale de la santé) comme « une maladie épidémique qui se propage dans de nombreux pays et sur plusieurs continents« . »

« Cela signifie que si dans les pays impérialistes, grâce à la vaccination de masse qui a été garantie aux dépens des pays pauvres et dépendants, les courbes des contagions et des décès diminuent, dans l’ensemble du monde, au contraire, elles augmentent. En bref, la pandémie de Covid-19, considérée comme mondiale, loin d’être terminée ou en voie de l’être, continue avec de nouvelles vagues très puissantes dans les pays où le taux de vaccination est très lent ou pratiquement inexistant.

L’article s’est penché en particulier sur le cas de l’Inde. « Dans ce contexte, dans plusieurs de ces pays, à la suite de mutations génétiques, de nouvelles souches du virus apparaissent. Certains d’entre eux sont plus rapidement contagieux et même plus dangereux que le coronavirus 2020, car ils causent davantage de dommages aux poumons et sont très résistants aux traitements essayés ; leur taux de mortalité est donc plus élevé. C’est le cas de la variante appelée Delta plus, qui est apparue (ou du moins identifiée) en Inde et commence déjà à être détectée dans d’autres pays » [12].

La conclusion était qu’en parlant de la « fin de la pandémie » et en agissant comme si c’était une réalité, les gouvernements des pays impérialistes appliquaient « une politique négationniste et suicidaire puisque, dans la dynamique actuelle de transport des marchandises et de déplacement des personnes dans le monde, il est inévitable que ces nouvelles souches reviennent comme un boomerang et pénètrent dans les pays impérialistes eux-mêmes » [13].  Malheureusement, c’est ce qui s’est produit.

Récemment, une nouvelle mutation est apparue, appelée Omicron. Elle a été identifiée pour la première fois en Afrique du Sud il y a quelques jours, mais des cas ont déjà été recensés aux Pays-Bas, en Australie, en Allemagne, en Israël, à Hong Kong et au Royaume-Uni et, selon les scientifiques, il est très probable qu’elle soit présente dans de nombreux autres pays. L’OMS l’a déjà qualifiée de « variante préoccupante » et plusieurs pays ont déjà commencé à imposer des restrictions aux passagers en provenance d’Afrique du Sud[14].

La politique criminelle de la « nouvelle normalité »

Au début « officiel » de la pandémie (mars 2020), la bourgeoisie des différents pays et les gouvernements à leur service se sont divisés en deux secteurs. L’une d’entre elles, comme celle de Donald Trump aux États-Unis et de Jair Bolsonaro au Brésil, a eu pour politique de nier la gravité et l’impact de ce qui se passe et, de cette manière, n’a adopté aucune mesure pour le combattre. « Rien ne devrait s’arrêter pour une petite grippe », ont-ils dit.

L’autre secteur a adopté des mesures visant à restreindre le mouvement et la concentration des personnes. Il s’agissait de mesures partielles qui n’ont jamais fait partie d’un plan de lutte global incluant les investissements publics nécessaires à la reconstruction des systèmes de santé publique, affaiblis pendant des décennies par le fait que la santé était considérée comme une affaire privée.

Cependant, en plus de leurs limites, ces mesures ont potentialisé la crise économique internationale qui se profilait déjà depuis 2019 et a provoqué, au premier semestre 2020, une chute historique du PIB mondial [15]. Face à cette situation, les bourgeoisies et leurs gouvernements ont commencé à enlever leur masque et à montrer sans déguisement leur caractère de défenseurs des profits capitalistes : sans avoir vaincu la pandémie, ils ont entamé depuis juillet 2020 une ouverture toujours plus grande des activités économiques (avec le sinistre slogan de la  » nouvelle normalité « ), multipliant ainsi les possibilités de contagion[16].

Les bourgeoisies ont encouragé la réouverture toujours plus grande de l’économie et d’autres activités, ce qui a explosé entre leurs mains avec de nouvelles vagues de la pandémie. Face à cela, ils ont réintroduit convulsivement certaines mesures restrictives (comme les « couvre-feux » nocturnes ou la fermeture plus précoce des bars) qui, isolées d’une politique globale de lutte sérieuse contre la pandémie, ont fini par être stériles.

Dans cette politique d’imposition de la  » nouvelle normalité  » de l’exploitation à tout prix, les gouvernements bourgeois négationnistes, comme ceux de Trump et de Bolsonaro, n’étaient pas différents de ceux  » concernés  » et prétendument  » progressistes  » comme certains Européens et celui d’Alberto Fernández et de Cristina Kirchner en Argentine. Finalement, ce sont ces derniers qui ont été les plus hypocrites. C’est l’une des raisons sous-jacentes de la persistance de la pandémie : l’avidité de la bourgeoisie pour le profit, même au prix de la vie de millions de travailleurs.

Les vaccins

Sur ce point, les bourgeoisies et leurs gouvernements ont cherché à accélérer le développement des vaccins et leur mise à disposition pour une application de masse, indispensable pour une lutte approfondie contre la pandémie. Cependant, ils ne l’ont pas fait pour des facteurs ou des considérations humanitaires, mais pour avancer plus rapidement vers la « nouvelle normalité » de l’exploitation et des profits.

Par conséquent, cette grande avancée que représentaient les vaccins était également traitée avec les critères du capitalisme impérialiste. D’une part, cela s’est fait sans plan de développement centralisé au niveau international, mais dans le cadre d’une concurrence féroce entre les grands conglomérats pharmaceutiques privés qui les produisent et protègent leurs bénéfices grâce aux « droits de brevet ». Ainsi, les vaccins ont eu un prix élevé.

Dans ce contexte, les pays impérialistes ont acheté et monopolisé des doses gigantesques de vaccins pour leur population tandis qu’à l’autre extrême, les pays les plus pauvres n’avaient aucune possibilité de les acheter et, aujourd’hui encore, ils ont des pourcentages de vaccination très faibles, voire inexistants.

Un pays qui a exprimé cette contradiction de manière très aiguë est l’Inde, qui d’une part est le principal fabricant de vaccins dans le monde (dans des laboratoires appartenant à des conglomérats impérialistes) et d’autre part, en raison du prix élevé généré par les droits de brevet, elle n’a pas pu les acheter en masse pour sa population. La conséquence a été qu’une deuxième vague très forte de la pandémie s’est développée dans le pays, qui a donné naissance à la variante extrêmement dangereuse Delta [17]. Comme nous l’avons déjà vu, cette variante s’est rapidement répandue dans les pays impérialistes.

Face à ce panorama, nous affirmons que les propositions de la LIT-QI étaient et sont tout à fait correctes : comme les vaccins pour tous, la rupture des droits de brevet des laboratoires qui les fabriquent, et la nécessité d’un plan de vaccination international de masse et gratuit, étendu à tous les pays du monde.

Au-delà des faiblesses qu’ils peuvent avoir, sur ce qui fait encore l’objet de recherches, compte tenu des chiffres mondiaux, les vaccins se sont révélés être un outil très efficace dans la lutte contre le coronavirus : ils réduisent le nombre d’infections ou atténuent la dangerosité de la maladie et, avec elle, le risque de décès chez les personnes vaccinées. S’ils avaient appliqué les mesures proposées, nous serions aujourd’hui bien plus avancés dans ce combat. Le capitalisme impérialiste est responsable de la pandémie qui se manifeste par de nouvelles vagues, même dans les pays impérialistes. C’est la surexploitation des ressources naturelles qui provoque de plus en plus de zoonoses (comme cette pandémie), sa lutte partielle initiale, la politique criminelle de la « nouvelle normalité », et le critère capitaliste impérialiste avec lequel il a traité la vaccination.

Ceux qui ne veulent pas être vaccinés

C’est dans le cadre de la responsabilité centrale du capitalisme qu’un nouveau facteur a commencé à avoir un impact ces derniers mois : celui des secteurs de la population des pays impérialistes (bien qu’il se manifeste également dans d’autres pays), qui refusent de se faire vacciner, bien que leurs gouvernements comptent sur les vaccins pour cela. Ils finissent donc par être les secteurs les plus vulnérables aux nouvelles vagues promues par la variante Delta.

La vague que les États-Unis ont connue il y a quelques mois en est la preuve. Une note publiée dans le New York Times rapporte : « Un grand nombre des patients atteints du COVID-19 qui arrivent maintenant à l’hôpital sont non seulement non vaccinés mais ont beaucoup moins de 50 ans, ce qui constitue une différence marquée par rapport aux patients frêles et âgés qui ont été infectés lorsque la pandémie s’est déclarée l’année dernière. Les médecins affirment que les patients non vaccinés âgés de 20 à 30 ans sont tombés malades plus gravement et plus rapidement. » Selon les experts, cela n’est pas seulement dû à la plus grande dangerosité des nouvelles souches, mais aussi « au fait que le changement dans la démographie des patients est le résultat de taux de vaccination plus faibles dans ce groupe »[18]. Quelque chose de similaire se produit actuellement en Europe[19].

Dans ses groupes de populations qui ne veulent pas se faire vacciner, différents secteurs sont combinés avec différents arguments. La première a toujours nié l’existence des pandémies (c’est pourquoi on les appelle les « négationnistes ») et considère que la science est une conspiration de groupes secrets pour dominer le monde. Un exemple extrême de ce secteur est l’organisation Q-Anon qui est devenue célèbre lors de l’assaut du congrès américain à la fin de l’année dernière. De là, il s’est répandu dans d’autres pays, comme l’Allemagne. Il s’agit d’un secteur rétrograde et réactionnaire avec lequel il est inutile de discuter car leurs arguments sont irrationnelles.

D’autres secteurs utilisent des rationalisations (parfois combinées) qui expriment les secteurs des travailleurs et du peuple. D’une part, ceux qui voient que les gouvernements et les capitalistes ont utilisé la nécessité de lutter contre la pandémie pour faire avancer les mesures répressives et le contrôle policier de la société, et que les grands conglomérats pharmaceutiques ont fait fortune grâce aux vaccins et à la vente des moyens techniques nécessaires pour soigner les personnes infectées. Ces deux faits sont tout à fait vrais, mais ils ne nient pas l’existence de la pandémie et l’impact profondément négatif qu’elle a eu sur la santé et le niveau de vie des travailleurs et de la population, et donc la nécessité de la combattre. Il s’agit de faire avancer sérieusement ce combat (la vaccination en fait partie) et, dans ce cadre, de combattre le capitalisme qui l’a généré et laissé se développer, et qui utilise maintenant une nécessité (la vaccination) de manière réactionnaire.

Enfin, il y a ceux qui ne nient pas la pandémie et soutiennent même la vaccination de masse gratuite par l’État, mais s’opposent à son caractère obligatoire et défendent le droit individuel de refuser de se faire vacciner.

Pour discuter de cet argument, il est nécessaire d’aborder un point très profond : la vaccination obligatoire entre dans le domaine de la santé publique, c’est-à-dire dans les intérêts et les besoins de la collectivité sociale. Et ces intérêts et besoins sont supérieurs à la liberté de choix de l’individu et lui sont imposés s’ils se contredisent. Car si un travailleur refuse de se faire vacciner, il s’agit d’une décision qui ne concerne pas seulement lui, mais aussi ses collègues de travail, sa famille, ses amis et ses voisins, car il est une source potentielle de transmission et de contagion. Hormis les distances, c’est un argument très similaire à celui utilisé par le président réactionnaire et négationniste du Brésil, Jair Bolsonaro :  » Personne ne peut forcer quiconque à prendre le vaccin… Si quelqu’un ne veut pas être traité, qu’il ne soit pas traité… [si je ne veux pas me faire vacciner] c’est mon problème « [20].

Les mobilisations

Dans ce contexte, d’importantes mobilisations ont eu lieu dans plusieurs pays contre les mesures adoptées par divers gouvernements européens, comme le « certificat-covid » (donné à ceux qui ont été vaccinés) qui est requis pour entrer dans les lieux publics et qui pourrait même être utilisé sur les lieux de travail pour justifier des sanctions et des licenciements, comme un mécanisme pour faire pression (ou forcer) ceux qui n’ont pas été vaccinés à se faire vacciner. En Belgique, le test rapide donne droit à un certificat-covid temporaire, mais il est payant et coûte entre 20 et 25 euros. En Italie, un certificat-covid temporaire est également accordé avec le test rapide et un « super certificat-covid » a été créé, qui n’est accordé qu’aux personnes vaccinées.

Selon les journaux, des mobilisations de plusieurs milliers de personnes ont eu lieu en Autriche, en Belgique, au Danemark et aux Pays-Bas. En Belgique, au Danemark et aux Pays-Bas, il y a eu des affrontements avec les forces de la répression[21]. En France, en juillet et août derniers, des mobilisations ont anticipé ce processus, qui tend désormais à s’étendre, contre les projets de loi de ce type du gouvernement d’Emmanuel Macron[22].

Nous avons vu que les bourgeoisies et leurs gouvernements sont responsables de l’émergence et du développement de la pandémie. Maintenant, avec l’excuse d’avancer dans un combat qui n’a jamais eu lieu sérieusement, il veut l’utiliser pour continuer à attaquer la classe ouvrière et la diviser entre vaccinés et non vaccinés. Par conséquent, pour nier sa responsabilité dans l’ensemble de la pandémie, il attaque durement les non-vaccinés comme responsables de la situation actuelle.

Par exemple, le Premier ministre des Pays-Bas, Mark Rute, a déclaré : « Je comprends qu’il y ait des tensions dans la société parce que nous avons mis beaucoup de temps à gérer la disgrâce du coronavirus, mais je n’accepterai jamais que certains idiots utilisent la violence contre les personnes qui assurent la sécurité de ce pays [la police] »[23].

Ainsi, face à ces mobilisations, nous avons un premier problème de compréhension de leur objet. Ces mobilisations sont-elles le fait de secteurs rétrogrades et réactionnaires et, par conséquent, doivent-elles être répudiées ? Ou, au contraire, s’agit-il de mobilisations qui expriment la juste saturation de secteurs de la classe ouvrière et du peuple avec le capitalisme et ses gouvernements et, dans ce cadre, expriment la confusion sur la pandémie et la vaccination à laquelle nous faisons référence ?

Cette dernière compréhension est celle contenue dans l’article auquel se réfèrent les camarades sympathisants de LIT-QI en France lorsqu’ils soulignent que, tant par leur composition sociale et leur localisation géographique que par leur colère croissante contre le gouvernement Macron, ils rappellent ceux des « gilets jaunes » de janvier 2019.

Un point de vue similaire est offert par un article d’une organisation de gauche sur la récente mobilisation à Vienne (Autriche) : « La plupart des participants [étaient] des travailleurs et des secteurs de la classe moyenne inférieure, issus d’un milieu non universitaire. Pour beaucoup, c’était la première manifestation de leur vie et, de surcroît, leur première expérience politique. Les affiches, faites à la main par la plupart d’entre eux, comportaient des slogans tels que « mon corps, mon choix » ; « vaccinés – non vaccinés : nous ne sommes pas divisés, nous sommes unis » et, très populaire : « quand l’injustice devient loi, la résistance devient un devoir » [une phrase attribuée au dramaturge allemand Bertolt Brecht, NdA] »[24].

En d’autres termes, dans les deux cas, nous devons les caractériser comme des mobilisations essentiellement progressistes de secteurs de masse qui, dans ce contexte, contiennent des éléments de confusion dans les secteurs qui y participent et, pour cette raison, nous devons y intervenir. Une politique qui consiste à promouvoir et à développer la colère et l’épuisement contre le capitalisme et ses gouvernements, à unifier les luttes de la classe ouvrière et des peuples et, en même temps, à engager le dialogue pour les convaincre de la nécessité d’incorporer dans ces luttes l’exigence d’une lutte réelle contre la pandémie qui nous punit à tous.

En Italie, il y a eu des mobilisations de caractère contradictoire. Plusieurs d’entre elles ont été organisées directement par les fascistes de Forza Nuova, avec les mots-d’ordre de ce secteur. L’une d’entre elles s’est terminée par une attaque contre le centre syndical de la CGIL. Il est clair que des mobilisations de ce type ne peuvent être soutenues ou « disputées ». D’autres manifestations contre le certificat-covid ont eu un contenu différent, comme celle des dockers de Livourne et certaines grèves spécifiques. Dans ce dernier cas, nous avons l’obligation d’intervenir et de les soutenir. En Belgique, les manifestations ont été appelées par l’extrême droite. C’est pourquoi l’organisation de la LIT-QI dans le pays n’a pas appelé à y prendre part.

Dans ce cadre, il est important de comprendre que l’extrême droite la plus réactionnaire parvient à s’implanter dans les secteurs populaires dans la mesure où il n’existe pas d’organisations qui interviennent dans la réalité de la pandémie avec une politique révolutionnaire de lutte contre le capitalisme et ses gouvernements, dans tous ses aspects. Nous avons ici une tâche urgente à laquelle nous, les révolutionnaires, devons faire face afin d’offrir une issue à la crise de la pandémie capitaliste.

Ces articles peuvent vous intéresser

Découvrez d'autres balises

Artigos mais populares