Home VENEZUELA Nationalisation de Sidor : un triomphe de la lutte ouvriere

Nationalisation de Sidor : un triomphe de la lutte ouvriere

SHARE

Declaration de l’Unite Socialiste des Travailleurs (UST) du Venezuela


 


Il faut exiger maintenant que le Contrat Collectif de Travail soit applique selon la proposition de SUTISS : aucune indemnisation a l’entreprise transnationale Techint, et controle ouvrier de l’entreprise.


 


A l’aube du 9 avril, le vice-president de la Republique, Ramon Carrizalez, a annonce la nationalisation de Ternium-SIDOR dans une reunion avec des representants de l’entreprise et du syndicat des metallos, SUTISS. Le meme jour, les travailleurs de Sidor ont fait une assemblee dans la cour de l’entreprise, ou ils ont fete l’annonce de la nationalisation.


 


La nationalisation de SIDOR est une conquete de la lutte des travailleurs de cette entreprise et un exemple pour les travailleurs de tout le pays. Elle a eu lieu apres presque un an et demi de lutte tenace pour la convention collective, dans laquelle les travailleurs ont fait huit greves et ont subi, le 14 mars, une repression brutale avec un bilan de 53 arrestations et 13 blesses.


 


Ce triomphe a eu lieu, a peine quelques jours apres la marche du 28 mars a San Felix, qui a reuni plus de 6 mille personnes, suivie le 29 mars par la Rencontre Nationale de solidarite avec les travailleurs de Sidor, avec la participation des representations de 200 syndicats de tout pays, et le referendum du 1 au 3 avril sous controle du syndicat SUTISS, dans lequel les travailleurs ont rejete la proposition de l’entreprise et ont decide massivement de continuer la lutte.


 


L’annonce de la nationalisation de SIDOR n’est donc pas du tout un cadeau du gouvernement Chavez, bien au contraire. En ce sens, nous sommes completement d’accord avec la declaration d’Orlando Chirino, coordinateur national de l’UNT et membre de C-CURA (courant classiste, unitaire, revolutionnaire et autonome) :


 


« Les vaincus sont l’entreprise multinationale Ternium, ainsi que le gouvernement du president Chavez qui, jusqu’a la semaine derniere, soutenait l’entreprise a travers la position du ministre du Travail, Jose Ramon Rivero. Nous ne pouvons pas oublier que, dans le cadre de cet appui gouvernemental, l’entreprise avait mis fin aux negociations et pretendait imposer un referendum frauduleux, une intention que les travailleurs de Sidor ont dejoue en realisant leur propre referendum autonome, dans lequel les travailleurs ont massivement rejete la proposition patronale. »


 


Nous ne devons pas non plus oublier que le gouvernement a respecte, pendant 9 ans, cette privatisation faite par le gouvernement pro-imperialiste de Raphael Caldera et a ete, de fait, associee aux affaires de Ternium, a travers l’entreprise etatique CVG (Compania Venezolana de Guayana).


 


Avec cette victoire, les travailleurs de Sidor sont maintenant plus forts pour combattre pour leur Contrat Collectif de Travail dans les termes proposes par SUTISS : pour l’augmentation de salaire ; pour l’absorption des 10 mille travailleurs en situation precaire qui travaillent pour des sous-traitants ; et pour l’augmentation retroactive du minimum des paiements aux pensionnes. C’est le moment indique pour reclamer du gouvernement Chavez l’accomplissement immediat de toutes les revendications pour lesquelles les travailleurs de SIDOR combattent depuis presque un an et demi, ainsi que le renvoi du ministre du Travail, Jose Ramon Rivero.


 


Nous ne pouvons pas oublier la repression feroce dechainee et le fait que beaucoup de travailleurs soient encore mis en accusation et poursuivis par la Justice. Avec l’annonce de la nationalisation, le gouvernement national doit garantir la suspension immediate de tous les proces juridiques, se compromettre a ne plus utiliser les forces de repression contre le mouvement ouvrier et populaire, et relever de leurs fonctions les ministres de l’Interieur et de la Defense, responsables pour la repression ensemble avec le gouverneur de la province de Bolivar, Francisco Rangel Gomez, declare l’ennemi numero un des travailleurs.


 


D’autre part, durant les dernieres annees, 18 travailleurs de SIDOR sont morts dans des accidents de travail ou par des maladies mises en rapport directe avec les conditions desastreuses et les rythmes hallucinants de travail. Le dernier en date est mort le 25 mars, d’une crise cardiaque a l’interieur de l’entreprise. Il faut donc revendiquer aussi l’indemnisation de leurs familles et le jugement et la prison pour les dirigeants de l’entreprise responsables pour ces deces.


 


Quant a la forme de la nationalisation, nous exigeons du gouvernement Chavez une SIDOR etatique a 100%. Les travailleurs ne peuvent pas accepter que la nationalisation de SIDOR se limite simplement a l’achat d’actions par l’Etat venezuelien et la transformation de l’Etat en actionnaire majoritaire, c’est-a-dire que SIDOR soit transformee en une entreprise mixte de plus, qui aura surement comme partenaire l’infame entreprise italo-argentine transnationale Techint. En meme temps, les travailleurs doivent exiger qu’aucune indemnisation ne soit accordee a l’entreprise transnationale. Techint a deja engrange des profits juteux de la sueur des travailleurs de Sidor. Elle a achete l’entreprise a « prix d’occasion » (1.200 millions de dollars) et elle a gagne 500 millions, rien qu’en 2007.


 


La lutte pour le controle ouvrier de SIDOR est intimement liee l’exigence de sa nationalisation. Les Travailleurs de Sidor ne doivent pas accepter qu’une bureaucratie, nommee d’office par le gouvernement national et en accord avec d’eventuels actionnaires prives minoritaires, controle l’entreprise. Les travailleurs de SIDOR doivent controler la production, la distribution et l’administration de l’entreprise nationalisee.


Finalement, l’Unite Socialiste des Travailleurs (UST), la section venezuelienne de la Ligue Internationale des Travailleurs – Quatrieme Internationale (LIT-QI) adhere a la perspective de realiser une grande manifestation du Premier Mai, independamment du gouvernement et des patrons, avec les travailleurs de Sidor dans la province de Bolivar.


 


VIVE LA NATIONALISATION DE SIDOR !


APPLICATION IMMEDIATE DU CONTRAT COLLECTIF DE TRAVAIL : AUGMENTATION DE SALAIRES, INTEGRATION DES TRAVAILLEURS EN SOUS-TRAITANCE ET AUGMENTATION DES PENSIONS !


A BAS LES MINISTRES DU TRAVAIL, DE L’INTERIEUR ET DE LA DEFENSE, A BAS LE GOUVERNEUR DE LA PROVINCE BOLIVAR !


SUSPENSION DE TOUS LES PROCES CONTRE LES TRAVAILLEURS DE SIDOR ! NON A L’UTILISATION DES FORCES REPRESSIVES CONTRE LE MOUVEMENT OUVRIER ET POPULAIRE !


INDEMNISATION POUR LES FAMILLES DES MORTS PAR ACCIDENT DE TRAVAIL ! JUGEMENT ET PRISON POUR LES RESPONSABLES DE CES DECES !


POUR UNE SIDOR ETATIQUE A 100% : AUCUNE INDEMNISATION A L’ENTREPRISE TRANSNATIONALE TECHINT !


CONTROLE OUVRIER DE LA PRODUCTION, DE LA DISTRIBUTION ET DE L’ADMINISTRATION DE SIDOR !


POUR UN PREMIER MAI INDEPENDANT DU GOUVERNEMENT ET DES PATRONS !


Caracas, le 14 avril 2008.

SHARE