Home ITALIE Lecons des elections

Lecons des elections

SHARE

Les elections du 13 avril se sont polarisees autour du Parti de la Liberte de Berlusconi d’un cote et le Parti Democratique de Veltroni de l’autre. La « Gauche gouvernementale », qui avait participe au gouvernement de Prodi, s’est presentee comme Arc-en-ciel (essentiellement Refondation communiste). Deux courants issus de Refondation, le Parti Communiste des Travailleurs (PCL – de Ferrando) et Gauche Critique (liee au Secretariat Unifie) se sont presentes partout grace au soutien de parlementaires compromis avec le gouvernement Prodi. Le PdAC est parvenu a se presenter dans quelques circonscriptions, ou il a reussi a obtenir les signatures requises. Voici des extraits d’une Declaration du Comite Central du Partito d’Alternativa Comunista (PdAC), la section italienne de la LIT-QI.


 


La gauche gouvernementale disparait


 


La gauche anticapitaliste perd une occasion historique et ne profite pas de la crise du reformisme parce qu’elle se presente divisee a cause du sectarisme du PCL et de Gauche Critique. Partons des luttes pour construire le parti communiste enracine dans les luttes, qui n’existe pas encore !


 


Un des deux poles patronaux a gagne les elections, et le nouveau gouvernement appliquera donc un des deux programmes, photocopie de l’autre. La seule difference entre les deux est que Berlusconi n’apporte en dot aucun lien avec la bureaucratie syndicale et la social-democratie, raison pour laquelle la grande bourgeoisie a mise jusqu’a la fin sur le parti de Veltroni.


 


L’Arc-en-ciel chute en dessous de tout minimum historique et n’aura ni depute ni senateur. Il est probable qu’une partie sera candidat au gouvernement avec le Parti de Ventroni a la prochaine occasion, tandis qu’une autre restera dans le giron gouvernemental avec la justification de l’exigence « de battre la droite ».


 


La premiere exigence est donc celle de partir des luttes d’opposition aux deux formations bourgeoises, une opposition fondee sur l’independance de classe des travailleurs, des chomeurs, de tous les exploites. Cette lutte commence demain, dans les rues, contre la troisieme reedition du gouvernement Berlusconi-Bossi-Fini, auquel la gauche gouvernementale a deblaye le chemin en gouvernant avec les chefs d’entreprise et en paralysant l’opposition de classe.


 


L’exigence imperieuse est maintenant, plus que jamais, de construire un nouveau parti communiste enracine dans les luttes. Mais les deux forces electorales qui se sont presentees a gauche de l’Arc-en-ciel dans toutes les circonscriptions, Gauche Critique et PCL, n’ont pas donne de reponse. Ils ont rejete la presentation conjointe et ont fait appel aux signatures de parlementaires qui ont soutenu les guerres. Et apres tant d’arrogance, ils ont obtenu un resultat proche de 0,5%.


 


La bataille pour la reconstruction d’un parti communiste avec influence de masses, afin de donner de nouveau aux travailleurs l’instrument de lutte qui manque aujourd’hui, passe donc aussi par la defaite politique des positions caracterisees par les oscillations, l’opportunisme, le sectarisme, et surtout par la constatation que le travail de reconstruction n’en est qu’a ses debuts et que chaque triomphalisme de petites forces – comme nous le sommes tous – est bien hors de propos.


 


Le PdAC a pris part a ces elections pour developper la propagande sur un programme revolutionnaire. Si les autres organisations, a gauche de l’Arc-en-ciel, avaient accepte de s’unir dans un bloc electoral, l’unite des forces militantes et des ressources aurait pu representer, sur le plan electoral et dans la perception de secteurs plus vastes, une alternative plus credible a la crise du reformisme.


 


Cela ne fut pas le cas, mais la crise vertigineuse, definitive et sans precedent de la social-democratie, meme dans une situation difficile pour le mouvement ouvrier, met a l’ordre du jour des taches nouvelles et inconnues pour tous les militants qui – la ou ils se trouvent – veulent travailler a un projet de reconstruction d’une gauche classiste.


 


Alternative Communiste continuera a combattre pour cette perspective, sans sectarismes et en revendiquant en meme temps la necessite de la clarte programmatique et de la delimitation du reformisme, en rejetant tout compromis. Nous devons construire ce parti communiste et revolutionnaire, internationaliste, de militants, qui n’existe pas aujourd’hui. Nous faisons un appel en ce sens aux milliers d’activistes de Refondation et du reste de l’Arc-en-ciel, qui voient aujourd’hui leurs sacrifices et leur militantisme d’annees disperses par le choix opportuniste et suicidaire des groupes dirigeants de la gauche gouvernementale.


 


Comme Alternative Communiste, nous nous engageons sur ce chemin, en investissant les centaines de nouveaux contacts et de relations, les forces militantes de jeunes et de travailleurs dont dispose notre petit parti, que nous avons augmente dans cette campagne electorale et qui constituent pour nous le plus important de nos resultats dans une situation generale tres difficile pour les travailleurs et la lutte de classes.

SHARE